Articles taggés avec: Christelle Angano

Enfants bourreaux - enfants victimes

Ecrit par Christelle Angano le 09 juin 2012. dans La une, Société

Enfants bourreaux - enfants victimes

 

Il est 7 heures, mon réveil sonne. Je dois me lever.

Aujourd’hui, j’ai un contrôle en maths. Mais ce n’est pas grave.

Je me lève. Dans la salle de bains, je me regarde dans le miroir. J’essaye de sourire.

Le petit déjeuner a du mal à passer. Mes parents le voient bien, qui tentent de me rassurer. Je connais mes leçons, j’ai travaillé sérieusement, je n’ai pas à m’en faire.

Je leur souris doucement, d’un sourire un peu forcé. « Ça va le faire ». « Ça va le faire », c’est devenu ma formule ; celle que je me répète inlassablement pour me donner du cœur au ventre, sur le chemin du collège.

Dans quelques minutes, je serai dans l’arène.

Que vont-ils inventer aujourd’hui mes « camarades » de classe ?

Comment vont-ils m’humilier ? Quel nouveau jeu ?

Entretien avec Yves Jamait

Ecrit par Christelle Angano le 26 mai 2012. dans La une, Musique

Entretien avec Yves Jamait

 

Nous sommes en 2001 quand pour la première fois, j’entends Yves Jamait à la radio. Il interprète Dimanche. Evidemment, je rate le nom de l’auteur, et le titre de la chanson ! Et puis quelques jours plus tard, je retrouve cette voix, chez Patrick Sébastien. Et toujours cette chanson. Comme la première fois, elle me prend aux tripes et me laisse sans voix, les larmes aux yeux et au ventre aussi. Toutes ces émotions qui font se sentir vivant. Découvrir l’univers d’Yves Jamait m’a fait du bien, parce que je me sentais « orpheline » de la chanson française. Je… m’encroûtais.

Oh, bien sûr, je continuais d’aimer ceux qui m’enchantent depuis longtemps et qui n’ont jamais cessé de le faire, Le Forestier, Aznavour, Mitchell, Brel, Ferré, et tant d’autres… mais j’attendais.

Et puis Yves Jamait est arrivé, comme ça, sans s’presser !

Un coup de cœur, un coup de foudre, une révélation.

Pas de pot les larrons

Ecrit par Christelle Angano le 12 mai 2012. dans Ecrits, La une, Education

Pas de pot les larrons

 

Oyez oyez braves gens la malencontreuse histoire de Jacquemin, le paysan qui s’était fait rapiner tous ses biens ! Ce dernier décida donc de s’adresser aux paysans sur la Grand-Place du marché. C’est parmi les aboiements, les caquètements, les cancanements et les meuglements qu’il prit la parole : – Oyez amis paysans écoutez-moi. J’ai une inquiétante nouvelle à vous annoncer. Cette nuitée des larrons ont rapiné tous mes biens. C’est pour cette raison que je ne tournerai pas autour du pot. Prenez garde amis paysans ! Quant à moi, je vais devoir faire face à cette saison calamiteuse. C’est alors qu’intervint Livia, une jeune femme brune au teint de porcelaine et fille de son voisin comme lui paysan. – Ce n’est vraiment pas de chance ce pillage, j’en suis attristée pour vous… Mais dîtes-moi mon cher Jacquemin, autour de quel pot vouliez-vous tourner ? Je croyais que les larrons vous avaient tout rapiné ! Cependant je propose que nous leurs tendions un attrapoire. – Vous êtes bien sotte espèce de bécasse ! Mais, je suis d’accord. ils vont sûrement revenir. Soudain Josette, une vieille femme aux cheveux enneigés et au regard de turquoise se leva. Elle avait une idée : prendre des pots comme celui de Jacquemin et les emplir de bouse de vache et de lisier. Tous les paysans en installeraient chacun un en équilibre au-dessus de leurs portes laissées entrouvertes. Ainsi quand les larrons les ouvriraient, toute la merdaille leur tomberait dessus !

Farandole

Ecrit par Christelle Angano le 09 mars 2012. dans La une, Ecrits

Farandole

 

 

A Petrus

 

 

Seule sur le sofa, je me laisse sombrer.

Le halo de la ville se fait caressant.

Là-bas, bien plus loin, on entend une sirène.

Les outils de l’artiste près de moi s’endorment.

 

Salon du livre de Grandcamp 17 mars 2012

Ecrit par Christelle Angano le 08 mars 2012. dans La une, Littérature

Salon du livre de Grandcamp 17 mars 2012

 

Voici le mois de Mars.

Qu’il soit le Bienvenu avec ses promesses de douceur et  de couleurs.

Le soleil nous fait de l’œil et c’est bien sympa.

Le printemps, c’est aussi la saison des poètes.

Le Printemps des Poètes …

J’aimerais vous présenter à cette occasion la petite ville de Grandcamp-Maisy et son Salon du Livre.

Comme vous le savez peut être, ou pas, Grandcamp-Maisy est une petite commune du Calvados, le pays de la coquille saint Jacques …

Et puis, depuis deux ans, Grandcamp s'habille le coeur, joue avec les rimes et se fait poète.

Aux enfants que nous ne sauverons pas

Ecrit par Christelle Angano le 17 février 2012. dans Monde, La une, Ecrits, Politique

Aux enfants que nous ne sauverons pas

 

La Planète se meurt, crie sa désespérance

Petit enfant du Sahel au ventre tendu

Gamine violée, violentée dans sa chair,

Fillettes excisées par la main d’une mère.

Jeunesse que l’on musèle, dont on étouffe la voix,

Petite sacrifiée au fin fond de l’Asie,

Fillette abandonnée, effacée quelque fois,

Désespoir et souffrance ; impuissance de sa mère.

Je suis différent mais je suis...

Ecrit par Christelle Angano le 10 février 2012. dans France, La une, Société

Je suis différent mais je suis...

– 80 % de handicap ? C’est dommage, 10 % de plus et vous n’aviez pas la redevance télé !

Nous sommes en 1995, 1996… Je suis à la Préfecture.

Je viens chercher ma vignette automobile, pour moi gratuite, « cadeau » de l’état pour me dédommager du handicap de ma fille. Je n’ai pas de grosse voiture américaine, mais cela me rend bien service ! je n’ai pas perdu sur tous les plans…

Mais voilà, à l’époque, je suis une petite nouvelle dans le « club des parents d’enfants handicapés », et la pilule est assez amère, pour ne rien cacher.

Tout m’agresse ! La file d’attente, le regard des autres (« quoi sa gueule, qu’est-ce qu’elle a sa gueule »…) et cette carte orange, que je dois sortir.

« Station debout pénible » ; en même temps, ma fille a un an. De grands yeux bleus, et une moustache verte, cette sonde gastrique que je dois lui poser deux fois par jour. Sa tête est un peu aplatie, parce qu’elle ne peut pas s’asseoir, et encore moins tenir debout !

D'Amédée à Mallock

Ecrit par Christelle Angano le 27 janvier 2012. dans La une, Arts graphiques, Musique

D'Amédée à Mallock

 

Partons à la rencontre d’Amédée Mallock.

Vous le présenter n’est pas chose facile.

Par quoi je commence ? C’est LA question…

Véritable autodidacte, Mallock est avant tout un personnage à facettes, multiple.

Il y a l’écrivain (A Mallock est un pseudo), le photographe, le peintre, et enfin, le musicien.

Par quoi je commence ?

Avant tout, Mallock, c’est un air des Beatles, une musique et une ambiance qui fleurent bon une certaine nostalgie, mais sans jamais tomber dans la « vieux schnock attitude ». Parce-que Mallock est aussi infiniment moderne ; il suffit de visiter son site, pour s’en persuader.

Patron, encore un Girard ...

Ecrit par Christelle Angano le 13 janvier 2012. dans La une, Littérature

Patron, encore un Girard ...

– Patron, encore un Girard…

– Ah non, tu as assez lu… !!

En cette période de fin d’année malheureusement un peu morose, alors que les maisons sont peut-être moins scintillantes qu’elles ne l’ont été, j’ai envie de vous raconter une jolie histoire, une histoire de rencontre.

C’est une histoire moderne ; la rencontre s’est faite grâce à un réseau social : Henri Girard, en trois clics, est devenu un ami « virtuel ».

Ecrivain bas-normand, originaire de Briouze, dans l’Orne, Henri a vécu quelques années à Caen et sa région. Là, il a exercé plusieurs métiers, agent d’assurances, recenseur de cimetière ; avant de rejoindre une grande entreprise.

Aujourd’hui à la retraite, il se consacre à sa passion : l’écriture. Et c’est tant mieux ! Il est aussi souvent sur les routes (ou dans les trains) à la rencontre de ses lecteurs. C’est ainsi que j’ai eu la chance de le présenter à mes amis Douvrais…

<<  1 2 3 [4