Articles taggés avec: Claude Gisselbrecht

Juste un mot (51)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 13 septembre 2010. dans La une, Cinéma

Juste un mot (51)

Le pourfendeur des " Folies bourgeoises " vient de s'éteindre. En visionnant sa filmographie, impressionnante, on s'aperçoit qu'elle est en parfaite adéquation - mais est-ce un hasard ? - avec la société dans laquelle nous vivons et l'actualité du moment ... Moteur ! De " Rien ne va plus " à " Au coeur du mensonge ", en passant par " Le sang des autres " , " Les innocents aux mains sales ", ou " Le cri du hibou " , qui toujours nous effraie ... Doit-on en déduire, par exemple, que  " L'ivresse du pouvoir " n'est pas, à proprement parler, " Une partie de plaisir " , mais plutôt " La rupture " ou " L'enfer " ? A chacun de réaliser son propre film ... Jusqu'au clap de fin.

Juste un mot (50)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 10 septembre 2010. dans La une, France

Juste un mot (50)

Dans une précédente chronique - " Juste un mot " (23) -, je proposais à mes lecteurs, en guise de devoir de vacances, un " exercice à trous ", dans lequel il fallait retrouver le nom d'un personnage célèbre : " .... dans l'ombre, il attend son heure et espère que, prochainement, on lui déroulera le ... rouge ". Eh bien, ça y est, c'est fait !

210 millions d'euros, en effet, c'est la somme que versera l'Etat à Bernard Tapie ! De quoi rester coi ! L'information, qui vient d'être confirmée, a d'abord été révélée par " Le Canard Enchaîné " ... De " Canard " à " Nanar ", il n'y a qu'un pas, que la République française vient de franchir, cahin-caha, clopin-clopant ... Dur à encaisser, tout de même !

Lors de l'université d'été du Parti radical de gauche, qui s'est tenue à Seignosse, dans les Landes, il a brillé par son absence, due, semble-t-il, à la mort de son chien ... Un Saint-Bernard ? Pas à ma connaissance, car cette race est connue pour son dévouement sans limites. Mais qu'importe, après tout : un seul " être " vous manque - petit ou grand -, et tout est dépeuplé !

Juste un mot (49)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 08 septembre 2010. dans La une, France

Juste un mot (49)

Une nouvelle fois, la rue vient de parler haut et fort ... Certes, la mobilisation contre la réforme des retraites a été massive, mais rien n'est réglé pour autant. La grève, qui demeure un droit absolu, ne peut à elle seule constituer une réponse au mécontentement des uns et des autres. Il y faut autre chose. Cet « autre chose », ce pourrait être des négociations menées en amont, dans un climat de sérénité et de respect mutuel, et un zeste de civisme, qui voudrait que l'intérêt général l'emporte largement sur les intérêts particuliers.

On a souvent l'impression que le dialogue est impossible et que les acteurs en présence sont des " malentendants " chroniques ! Difficile d'avancer, dans ces conditions ... Mais à qui et à quoi attribuer cette atmosphère de flottement ? Au personnel politique, sans doute, mais pas seulement. Aux responsables syndicaux, quelquefois irresponsables dans leurs prises de position et leurs stratégies. Aux salariés eux-mêmes, qui refusent souvent de voir la vérité en face, mondialisation oblige.

Juste un mot (48)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 06 septembre 2010. dans Monde, La une

Juste un mot (48)

Ces derniers mois, de nombreux volcans se sont montrés particulièrement " éruptifs " : en janvier, le Piton de la Fournaise, sur l'île de la Réunion, en mars et avril, l'Eyjafjöll , en Islande ... C'est maintenant au tour du volcan Sinabung, situé sur l'île de Sumatra, de faire des siennes, après quatre siècles d'inactivité ... Quatre siècles ! Cela nous ramène en l'an de grâce 1610, où Henri IV fut assassiné par Ravaillac, et Louis XIII, sacré à Reims. La même année, le comté d'Auvergne était réuni à la couronne !

Ah ! l'Auvergne, l'autre pays des volcans, qui nous a donné, entre autres, Vercingétorix, Doumer, Pompidou et VGE ! Eteints, les volcans auvergnats, mais pour combien de temps encore ? Jacques Brel, né dans le plat pays qui est le sien, ne disait pas autre chose dans sa chanson, " Ne me quitte pas " : " On a vu souvent / Rejaillir le feu / De l'ancien volcan / Qu'on croyait trop vieux ... " Méfions-nous du feu qui dort !

Juste un mot (47)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 03 septembre 2010. dans Monde, La une

Juste un mot (47)

Récemment, Barack Obama se baignait en famille dans les eaux polluées du Golfe du Mexique. Afin de prouver que la marée noire avait reculé, presque sans laisser de traces ? Peut-être, mais il n'en est pas ressorti " blanchi " pour autant, car, ces dernières semaines, le président des Etats-Unis a été la cible de violentes critiques.

On lui a vertement reproché d'occulter les " vrais " problèmes, socio-économiques, notamment ... Autre événement, qui a déclenché une polémique : il vient de donner son accord pour la construction d'une mosquée à proximité de Ground Zero ! Geste hautement symbolique, pour un lieu qui ne l'est pas moins ... L'opposition, bien sûr, a profité de cet " écart " pour appuyer là où ça fait mal, en arguant, par exemple, du second prénom de Barack Obama, Hussein !

Juste un mot (46)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 30 août 2010. dans Arts graphiques

Juste un mot (46)

Van Gogh a peint toutes sortes de fleurs, iris, roses, glaïeuls, marguerites, bleuets, tournesols ... Sa toile, " Coquelicots ", évaluée à plus de 50 millions de dollars, vient d'être volée dans un musée du Caire. Bien involontairement, " l'homme à l'oreille cassée " se retrouve au coeur d'une nouvelle " affaire Tournesol ", si l'on peut dire ... Curieuse similitude, en tout cas, avec l'album de Tintin, " L'oreille cassée ", où un fétiche arumbaya a été subtilisé dans un musée ethnographique !

Pavot, pas pris ... En effet, les caméras de surveillance ne surveillaient plus grand-chose depuis belle lurette, et le système d'alarme était défaillant ... Une sorte d'invitation au larcin.

Certes, cette toile aura le plus grand mal à être écoulée sur le marché, mais cela pourrait, finalement, constituer la " morale " de l'histoire ... Et comme le disait Arthur Rimbaud, mort à 37 ans, comme Van Gogh, " La morale est la faiblesse de la cervelle " ! Dont acte.

Juste un mot (45)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 27 août 2010. dans La une, France

Juste un mot (45)

Soudain, il s'exclama : " Il y a aujourd'hui sur notre drapeau une tache de honte ! " Drapé dans son habit de poète lyrique, et en sa qualité de dirigeant d'un nouveau parti, Dominique de Villepin s'en est pris, en ces termes, au président de la République, coupable, selon lui, d'une politique sécuritaire qui fait le déshonneur de la France. Il n'est pas le seul, loin s'en faut. Le discours de Grenoble et ses conséquences ont, en effet, secoué la patrie des droits de l'homme, à gauche comme à droite, et d'autres pays " amis ", dont le Vatican ... Certes, nous ne sommes pas à la veille d'une nouvelle " séparation de l'Eglise et de l'Etat ", parce que l'Eglise connaît parfaitement les limites de son droit d'ingérence. Mais il est de son devoir d'intervenir lorsqu'elle considère que la communauté des chrétiens est bafouée.

Juste un mot (44)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 14 août 2010. dans Société

Juste un mot (44)

Piercing et tatouage sont les deux mamelles de l’homme moderne … Manières différentes d’être au monde ou signes d’appartenance à la même ” tribu ” ? Les deux, sans doute. Pour combler le vide qui l’entoure, l’homme d’aujourd’hui a besoin de se démarquer, en revêtant ses plus beaux ” atours “… Etre ” vu “, donc ” reconnu “, voilà l’objet de ses tourments !

Même chose pour les marques ou griffes, qui font un tabac, surtout auprès des jeunes … Dis-moi ce que tu achètes, et je te dirai qui tu es … Exister ” à travers “, ” par l’entremise de “, n’est pas exister vraiment !

Vêtu de tous ces oripeaux, l’homme du XXIe ne cesse de prendre du poids, se goinfrant de préjugés et en faisant grand cas du ” prêt-à-penser “. Là où il ne voit que liberté individuelle, il n’y a, en vérité, qu’aliénation et mise au pas !

Généralement, on privilégie les ” extérieurs “, comme au cinéma. Priorité à tout ce qui se voit, à tout ce qui est palpable. Cependant, il ne faudrait pas que notre société se transforme en ” théâtre d’ombres “, comme dans l’allégorie de la caverne, chère à Platon, selon laquelle l’homme ne peut que difficilement accéder à la connaissance de la réalité et la transmettre … Alors, à quand le grand sursaut ?

Juste un mot (42)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 12 août 2010. dans Environnement

Juste un mot (42)

Une info qui fait froid dans le dos : un bloc de glace géant, de 240 km2 environ, vient de se détacher d’un glacier du Groenland ! Rappelons que cette île gigantesque, de plus de 20 millions de km2, soit environ 4 fois la France, est presque entièrement recouverte d’une calotte glacière … En danois, Groenland signifie ” Terre verte “, en groenlandais, ” Terre des hommes “. Comme le roman de Saint-Exupéry, qui raconte l’histoire de cet équipage, transportant le courrier entre Toulouse et Dakar, et dont l’avion s’écrase dans le désert. Le pilote et son mécanicien sont finalement sauvés par des bédouins … D’ailleurs, l’un des thèmes du livre est de montrer l’importance de l’eau, synonyme de (sur)vie !

Revenons donc à cette histoire d’eau, conséquence, faut-il le rappeler, du réchauffement climatique, dont les traces sont de plus en plus visibles … Parmi les victimes, les ours polaires, qui, souvent, se retrouvent prisonniers d’icebergs, véritables ” îles flottantes “, à la recherche de nourriture !

Le bloc de glace en question représenterait 4 fois la taille de l’île de Manhattan. Sauf que cette dernière, berceau économique et financier de New York, est parsemée de gratte-ciel et ressemble à une fourmilière, contrairement à ce ” glaçon pour apéro géant “, qui continue de dériver dangereusement !

Juste un mot (40)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 10 août 2010. dans Cinéma

Juste un mot (40)

Qui mieux que Bruno Cremer, né d’une mère belge et d’un père français naturalisé belge, aurait pu reprendre, à la télé, le rôle du commissaire Maigret, créé par Simenon, au nom de la plus évidente ” belgitude ” ? Jules, de son prénom, fin limier et grand fumeur de pipe devant l’Eternel. A ce propos, l’acteur avait même voulu remplacer cet ” appendice ” par le ” barreau de chaise “, mais en vain, car il fallait à tout prix coller au plus près de l’original !

Une stature impressionnante au service de riches investigations, où le policier du 36, Quai des Orfèvres, apparaissait comme un ” orfèvre-joaillier “, attentif au plus petit détail qui, souvent, faisait basculer l’enquête, le tout agrémenté par des volutes de fumée bleue, sur fond de craquements d’allumettes. Bien sûr, les interrogatoires tenaient compte de la chronologie des faits, mais aussi, et surtout, de la psychologie, parfois complexe, des principaux suspects … Bon sang, mais c’est bien sûr !

Rien à voir avec les séries policières actuelles, moins ” écrites ” et se voulant plus ” scientifiques ” … Au final, personnages interchangeables à souhait et scénarios qui ne tiennent pas la route, sauf pour les courses-poursuites !

De Bruno Cremer, il restera l’image d’un comédien talentueux, attachant, ” humain “, à qui, outre la télévision, le théâtre et le cinéma doivent beaucoup … Salut, l’artiste, on ne t’oubliera pas de sitôt !

<<  18 19 20 21 22 [2324  >>