Articles taggés avec: Claude Gisselbrecht

Reflets de la semaine (116)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 19 mai 2012. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (116)

 

C'est officiel, Jean-Luc Mélenchon affrontera Marine Le Pen dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, lors des prochaines élections législatives. Une jolie " collision frontale " en perspective ! Souvenez-vous, dans " Germinal ", Etienne Lantier exerçait la profession de haveur, l'ouvrier chargé d'enlever le charbon de la veine ... Parmi les " vieux métiers " de la mine, lesquels, selon vous, pourraient le mieux illustrer le nouveau combat du président du Front de gauche ? " Abatteur ", " piqueur ", " exploseur ", ou " accrocheur ", sa verve, comme on a pu souvent s'en rendre compte, ayant fait des étincelles au cours de la campagne présidentielle ? Quoi qu'il en soit, ce " coup de grisou " symbolise assez bien la posture revancharde de Jean-Luc Mélenchon, prêt à aller au charbon dans ce pays minier qu'il considère comme " le berceau du mouvement ouvrier français " ... Mais celui qui prône " la révolution citoyenne " parviendra-t-il à inverser la vapeur, au nom de la légitime démocratie ?

Reflets de la semaine (115)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 12 mai 2012. dans France, La une, Politique, Actualité

Reflets de la semaine (115)

6 mai 2012 : le nouveau président de la République est sorti des urnes et va bientôt s'installer à l'Elysée ... 6 mai 1682 : Louis XIV déménage à Versailles ... 6 mai 1889 : l'Exposition universelle de Paris, dont l'emblème est " la dame de fer ", ouvre ses portes ... Mais permettez que je fasse une brève incursion dans un passé récent.

En ce 1er mai 2012, un brin surréaliste, Marine Le Pen invite ses compagnons de route à voter blanc, avant de privilégier le " bleu marine " aux législatives. Au Trocadéro, Nicolas Sarkozy prononce un discours bleu-blanc-rouge, invitant notamment les syndicats à délaisser le drapeau rouge au profit de la bannière tricolore ! Tantôt sarcastique, tantôt lyrique, il encense le travail, le vrai, le seul, l'unique, et fait d'autres promesses, sociales et sociétales. Il galvanise ses troupes, avec la complicité de " grands anciens ", hommes politiques et écrivains réunis ... Le spectacle a quelque chose de grandiose, sur fond de Tour Eiffel, habillée d'acier lorrain. Mais, si l'on prend un peu de recul, que voit-on ? D'un côté, un homme qui souffre de " la solitude du coureur de fond -, se battant jusqu'au bout avec l'énergie du désespoir, et, de l'autre, une foule bigarrée et enthousiaste, qui boit ses paroles jusqu'à l'ivresse. A cet instant précis, on se dit que, malgré toute cette mise en scène, la fête a un goût de fin de règne ... C'est Paul Valéry, dont les inscriptions ornent le fronton du Palais de Chaillot, qui disait : " Toute politique se fonde sur l'indifférence de la plupart des intéressés, sans laquelle il n'y a point de politique possible ! "

Reflets de la semaine (114)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 05 mai 2012. dans France, La une, Politique, Actualité

Reflets de la semaine (114)

Dans ma précédente chronique, j'avais écrit ceci, à propos du second tour : " Espérons que leurs discours, portés par des vents favorables, ne seront que faiblement entachés de noms d'oiseaux (...), qui ont tant pollué l'atmosphère de la morne campagne ! " Hélas, il n'en a rien été. Je pourrais, bien sûr, multiplier les exemples, mais j'ai choisi de rapporter les propos d'un certain M. Luca, député UMP, lors d'un meeting ... Valérie " Rottweiler " - bien au contraire, je pense que la compagne de François Hollande a plutôt du chien -, Martin Hirsch, qu'il compare à " Judas ", Fadela Amara, qu'il trouve " moche ", Eva Joly, " plutôt mûre ", etc. Ce représentant du peuple, dont l'inélégance n'a d'égale que son humour à deux balles, a rejoint ceux qui, toujours plus nombreux, ont remplacé le vrai débat par une logorrhée digne d'une cour de récré !

Il est grand temps que tout cela s'arrête. Ce qui est sûr, c'est que ni la politique ni ceux qui sont censés la " servir " ne sont sortis grandis de cette confrontation, et qu'on a assisté à l'émergence d'une crise multiforme, institutionnelle, sociale, économique, civique ... J'ai mal à mon pays, qui, comme tant d'autres en Europe, connaîtra sans doute des lendemains qui déchantent, et ce, quel que soit l'identité du nouveau président de la République. Je continue de penser que la France est une grande nation, dont les atouts sont nombreux, et la culture, célébrée un peu partout dans le monde ... Un immense sursaut est donc nécessaire, qui englobe, d'une part, la réconciliation franco-française, d'autre part, la prise en compte de la mondialisation, tant redoutée par nos concitoyens, mais inévitable, au bout du compte !

Reflets de la semaine (113)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 27 avril 2012. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (113)

 

 

Le premier tour est passé, avant d'entamer l'entre-deux et conclure avec " Entre les deux, mon coeur balance ! " Comme prévu, François Hollande et Nicolas Sarkozy sont arrivés en tête, suivis du " troisième homme ", une femme, en l'occurrence. Incontestablement, le FN a créé la surprise, avec 18% des voix, et il faudra à l'évidence compter avec cette nouvelle force d'opposition au second tour, mais pas seulement ... Au lendemain du 22 avril, nous avions tous un peu la gueule de bois car le pays apparaissait encore plus " déchiré " que d'ordinaire ! Malgré tout, le futur président de la République devra, plus que jamais, " être l'homme de la nation tout entière, exprimer et servir le seul intérêt national ", comme disait Charles de Gaulle. De son côté, François Mitterrand avait déclaré, un jour : " Pour accéder à la fonction suprême, il faut désirer, aimer, et enfin vouloir. " Somme toute, une belle " histoire d'amour " entre le peuple et son représentant - ou sa représentante -, parce que, Dieu merci, c'est aussi cela, la politique !

Reflets de la semaine (112)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 20 avril 2012. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (112)

 

Dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic percutait un iceberg et sombrait ... Un siècle plus tard, le célèbre paquebot continue de faire couler beaucoup d'ancres, à l'heure où l'on commémore le centième anniversaire du naufrage.

La même année, nous parvenaient d'autres informations venues du froid : Robert Scott atteignait le Pôle Sud, et l'Alaska devenait un territoire des Etas-Unis. Chez nous, le président du Conseil de l'époque s'appelait Raymond Poincaré. Quelques-unes de ses citations me font dire qu'il a été un " visionnaire ", à sa manière ! Jugez plutôt. Concernant l'élection présidentielle à venir, " On résout les problèmes qu'on se pose et non les problèmes qui se posent ", ou bien, " Les mots, ces passants mystérieux de l'âme, sont de grands magiciens et de redoutables entraîneurs de foules ".

Le 15 avril dernier, Nicolas Sarkozy et François Hollande, " entraîneurs de foules ", eux aussi, avaient convié leurs fidèles à deux grand-messes, l'une, place de la Concorde, l'autre, sur l'esplanade du château de Vincennes. Jean-Luc Mélenchon, de son côté, avait "repris " la Bastille le 18 mars ! Que de symboles ! J'ignore si les trois hommes ont eu ou auront rendez-vous avec l'Histoire, mais, ce qui est sûr, c'est qu'ils n'ont pas lésiné sur les moyens et la mise en scène ... Une fois de plus, la " politique-spectacle " a été le grand vainqueur !

Reflets de la semaine (111)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 13 avril 2012. dans France, La une, Politique, Actualité

Reflets de la semaine (111)


Cachée derrière ses lunettes noires pour dissimuler ses bleus, Eva, pathétique, s'adressa à ses amis, qui l'acclamèrent chaleureusement. Oubliées, un instant, les montures rouges ou vertes, sa " marque de fabrique " ! Plus pugnace que jamais, elle dit vouloir aller jusqu'au bout, malgré les difficultés rencontrées. C'est tout à son honneur, mais lorsque " politique " et " écologie " tentent de faire un bout de chemin ensemble, le résultant est souvent décevant.

Décevante, également, cette campagne où l'abstention commence à poindre le bout de son nez. Quelle que soit la nature de l'élection, elle constitue à l'évidence un échec pour les institutions et le personnel politique censé les représenter. Et lorsque la démocratie reste sans voix, il y a forcément péril en la demeure ! Quelques exemples récents en disent long sur ce mal qui ronge le pays ... En 2000, référendum sur le quinquennat : 69,8% d'abstention. En 2009, élections européennes : 59,52%. En 2010, élections régionales : 53,64%, au 1er tour, 48,81% au second. En 2011, élections cantonales : 55,63% ...Etc. Ce " diagnostique " , inquiétant à plus d'un titre, est un mélange de paresse civique et de désintérêt pour le politique, dont les origines remontent à loin ! Certes, le manque de charisme de la plupart des candidats et les programmes en " peau de chagrin " y sont pour beaucoup, mais ils n'expliquent pas tout, tant s'en faut.

Reflets de la semaine (110)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 06 avril 2012. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (110)


Suite à la plainte que veut déposer le père de Mohamed Merah contre la France, on pourrait s'écrier, plagiant le Général de Gaulle : " La France ! La France outragée ! La France brisée ! La France martyrisée ! ... " Et que reproche-t-il à notre beau pays ? D'avoir " tué " son fils ! C'est l'hôpital qui se moque de la charité ! Car cet homme, au lourd passé judiciaire, aurait dû se taire, au nom de la plus élémentaire décence. Quel contraste avec les témoignages de ces deux pères, l'un musulman, l'autre juif, qui ont, eux aussi, perdu leur enfant dans les tueries ! Albert Chennouf, père d'Abel, abattu à Montauban, a tenu des propos d'une grande dignité, qui en ont bouleversé plus d'un ... Abel, de l'hébreu " vapeur, souffle, existence précaire " ... Samuel Sandler, président de la communauté juive de Versailles, pleure aujourd'hui son fils Jonathan, un enseignant de 30 ans, ainsi que deux de ses petits-enfants, assassinés devant les portes du lycée Ozar-Hatorah, dans la ville rose. Interrogé par France 2, il n'a prononcé aucune parole haineuse à l'encontre de la communauté musulmane, qu'il connaît bien et côtoie souvent. Au contraire. Cet homme courageux, d'une grande générosité, qui a également des contacts réguliers avec des représentants de l'église catholique, a déclaré que tous devaient " apprendre à vivre ensemble et mieux se connaître " ... Un tel discours ne peut que faire oublier les " guerres de religion " et oeuvrer pour la paix !

Reflets de la semaine (109)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 31 mars 2012. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (109)


En début de semaine, pendant trois nuits, deux planètes, Vénus et Jupiter, éloignée, l'une, de 106 millions de kilomètres, l'autre, de plus de 850 millions de kilomètres de la nôtre, semblaient très proches et brillaient de tout leur éclat. Elles avaient l'air complices, au milieu d'autres étoiles. La Lune, aussi fine qu'un croissant, vint leur tenir compagnie, et ce trio insolite a permis, un court instant, aux hommes de bonne volonté d'élargir leur horizon, d'avoir des préoccupations moins terre à terre ... Mais pour combien de temps ?

La Lune, justement, a du souci à se faire et pourrait rapidement perdre son sourire-croissant, car elle est devenue de nouveau un enjeu important, notamment à travers l'une des propositions de Jacques Cheminade, qui voudrait l'industrialiser, ainsi que Mars, et, pourquoi pas, l'ensemble du système solaire ! Ailleurs, les autres candidats se sont une nouvelle fois retrouvés en " rase campagne " ... Président du Conseil général de la Corrèze, François Hollande a été pris pour cible par Bernadette Chirac, qui a déclaré qu'il n'avait pas le gabarit nécessaire pour faire un bon président ! Cet échange d'amabilités n'est pas passé inaperçu, " Maman " n'ayant pas la réputation d'avoir la langue dans sa poche.

Reflets de la semaine (108)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 23 mars 2012. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (108)


A Villepinte, Gérard Depardieu est monté sur scène pour encenser, d'une manière très appuyée, Nicolas Sarkozy. Son embonpoint et les bons points qu'il a généreusement distribués n'ont pas eu l'effet escompté, ni auprès de l'intéressé, ni dans son entourage. Car, ce jour-là, Depardieu, fidèle à son image, faisait son numéro d'acteur, c'est tout. A ce propos, il incarnera bientôt DSK au cinéma, ayant accepté le rôle parce que, justement, il déteste son arrogance, celle-là même qui, selon lui, habite presque tous les Français ! Dont acte. C'est Isabelle Adjani qui interprétera le rôle d'Anne Sinclair ... Rappelons que les deux " monstres sacrés " s'étaient déjà croisés dans " Camille Claudel ", la muse d'Auguste Rodin. D'ailleurs, au musée qui porte son nom, " Le Penseur " vient de subir une sorte de " gommage ". C'est de " La Porte de l'Enfer ", oeuvre inachevée, que surgirent, non seulement la sculpture emblématique de l'artiste, mais aussi " La Méditation " et " L'Homme qui tombe " ... Osons un rapprochement osé, pour dire que, lors de la grand-messe de l'UMP, on a pu assister à un duel, quelque peu surréaliste, entre l'actuel chef de l'Etat, qui, à en croire certains sondages, gagnerait du terrain face à son principal rival, et le " candidat virtuel " du PS, dont la luxure a sonné le glas des ambitions ... Si seulement la plupart des candidats à l'élection présidentielle pouvaient, eux aussi, s'inspirer du " Penseur " revisité, dans le but de faire oeuvre utile !

Reflets de la semaine (107)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 16 mars 2012. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (107)


Le Salon de l'agriculture, haut lieu des richesses de notre terroir et du tourisme politique, venait tout juste de fermer ses portes, lorsque, dans la campagne, s'invitèrent viande halal et viande casher, ou quand les nourritures spirituelles ont rejoint les nourritures terrestres ... Mais la plupart des Français se plaignent, à juste titre, de devoir se contenter de " viande maigre ", électoralement parlant. En effet, ils ont la fâcheuse impression que les " chefs ", petits ou grands, leur tournent le dos ou leur proposent une cuisine peu élaborée ! Même si, parfois, certaines viandes sont servies bleues ou saignantes, le " client " aura tendance à rester sur sa faim, et, au bout du compte, boycottera la carte proposée !

Un proverbe brésilien dit que " le pauvre mange de la viande quand il se mord la langue " ... Dieu merci, Carla Bruni-Sarkozy et Nicolas Sarkozy n'en sont pas encore réduits à cette extrémité, mais l'épouse du chef de l'Etat a tout de même déclaré, dans les coulisses de l'émission " Des paroles et des actes ", sur France 2 : " Nous sommes des gens modestes ! " Propos " désincarnés " ? Peut-être, mais on a du mal à y croire ! Et Claude Guéant d'ajouter, au sujet du président de la République, qu'il mène " une vie d'une austérité extrême " ... Fichtre, j'ai dû manquer un épisode ! A ma connaissance, l'Elysée n'a rien d'un monastère, et je vois mal Nicolas Sarkozy regagner chaque soir sa cellule pour méditer !

<<  4 5 6 7 8 [910 11 12 13  >>