Articles taggés avec: Elisabeth Itti

Le "mystère" de la petite culotte

Ecrit par Elisabeth Itti le 27 août 2010. dans Humour, Voyages

Le

Cela ne peut intéresser que les personnes qui ont suivi mes tribulations et qui se sont posé la question du mystère de la petite culotte.  Aussi je me sens obligée de satisfaire leur curiosité.

Vous aussi vous avez droit au récit intégral de cette superbe journée : nous avons fait un A-R à Nice avec EasyJet, pour visiter la Fondation Maeght. C’était une journée merveilleuse, beau temps, et la Fondation, dès l’ouverture, un plaisir sans nom.

Puis nous sommes allés à Vence dans l’après midi, un bus depuis Nice mène jusque là-haut pour 1 €, petite incursion dans la vieille ville, visite d’une exposition François Morellet au Château de Villeneuve, de bonne augure pour la future exposition Morellet au musée Wurth d’Erstein.

Mon Ange Gardien

Ecrit par Elisabeth Itti le 28 juillet 2010. dans Humour, Société

Mon Ange Gardien

Les anges n’ont pas de sexe ? En tous les cas le mien a une voix de femme, il a même un prénom, il s’appelle Juliette. D’emblée pour sympathiser je l’ai anobli.

Je l’ai surnommé Juliette von GPS. Je ne m’étendrai pas sur ses origines issues des dernières technologies.

Ma vie avec elle est toute une aventure. Grâce à elle je connais les noms des rues, des lieux familiers que l’on traverse par habitude sans y prêter attention.

Musée haut, suivi de bas, une histoire capillotractée

Ecrit par Elisabeth Itti le 25 juillet 2010. dans Voyages

Musée haut, suivi de bas, une histoire capillotractée

Je reviens à l’instant de Londres, c’était une journée merveilleuse.  Dans l’express qui me mène vers l’aéroport je me dis qu’il faut absolument que je décide mon mari à m’accompagner au mois de janvier, j’ai déjà acheté mon vol, car les musées de Londres sont si riches et si beaux.

Journée qui s’est terminée de manière totalement surréaliste, tirée par les “cheveux”

Hier, 20 novembre, dès que le numéro de la porte pour le vol retour pour Bâle est affiché, je me présente  à la sécurité de l’aéroport pour le contrôle d’usage.  Au contrôle on me dit que mon sac déclenche une alarme, aussitôt on me met de côté, on sort toutes les affaires de mon sac, on les passe une à une au détecteur, puis on me questionne, puis on appelle le chef, le chef appelle une traductrice, puisque mon anglais n’est pas parfait, on me demande à qui j’ai confié mon sac dans la journée, depuis combien de temps je le possède (15 ou 20 ans) si je prends des médicaments, j’avais des Nurofen dans mon sac, on m’en demande l’ordonnance, l’objet de mon voyage, si j’ai des bagages, pour la XIème fois, je répète que je suis arrivée le matin pour voir 2 expositions et que je rentre le soir sans bagage.

Mon tour de France à moi

Ecrit par Elisabeth Itti le 10 juillet 2010. dans Vie quotidienne, Sports

Mon tour de France à moi

Bienvenue à Elisabeth Itti dans les colonnes de “Reflets du temps”. Longue et belle route…à vélo !

La rédaction


Mon tour de France à moi, il se cantonne à ma région.

Après avoir franchi le premier obstacle, qui n’est pas le moindre, enfiler un cuissard, qui si vous n’êtes pas Miss France, vous fait ressembler à un figurant de chez Disney, le reste devient plaisir.

Evidemment, la deuxième épreuve, qui est la plus risquée est de rejoindre le lieu de réjouissance, les bords du canal. Pour cela il faut emprunter les couloirs de la mort, tracés par un adjoint à la circulation, qui n’a jamais dû quitter son bureau et qui doit être un réel pervers. Tantôt il fait alterner les pistes cyclables avec les pistes pour piétons, tantôt les couloirs disparaissent, en pleine circulation intense.

<<  1 [2