Articles taggés avec: Guershon Nduwa

L'hétérophobie communautaire

Ecrit par Guershon Nduwa le 24 février 2012. dans Racisme, xénophobie, La une, Société

L'hétérophobie communautaire

L’actualité nous a fourni dernièrement des caricatures qui devraient nous interpeller car très représentatifs de phénomènes de société et franchement inquiétants . Et voir comment cette société envisage à l’avenir mettre fin à ces comportements.

L’argument de la démocratie n’empêche pas qu’il soit aussi un "révélateur" inquiétant de dérives extrêmes.

En théorie, rien ne devrait justifier le racisme ou le sentiment d’exclusion , que ce soit contre des personnes, des religions ou les couleurs de peau. Cependant, la théorie ne prend pas ou peu en compte le facteur humain.

Il nous faut admettre, en même temps, ces deux constats : le racisme est insoutenable, par n’importe quel esprit, même médiocrement doué, et il y a en nous quelque chose qui, presque malgré nous, nous pousse sous une forme ou sous une autre, à le soutenir. C’est contradictoire, embarrassant et assez terrible. Ce moteur inlassable, inusable est appelé :" l’hétérophobie ou la peur d’autrui". Ce malaise diffus devant les autres, il est aussi difficile d’en rendre compte que de l’amour d’autrui, avec lequel, heureusement, il coexiste. C’est un fait aussi dense, aussi inesquivable. Ils essayent d’expliquer leur envie d’exclure par le fait d’avoir en face un inconnu différent et dangereux.

Faisons un tour en Israël

Ecrit par Guershon Nduwa le 04 août 2011. dans Monde, La une, Voyages

Faisons un tour en Israël


1. Conversons


En Israël, lors d’une première rencontre, la façon dont l’étranger parle hébreu est déjà une curiosité pour l’interlocuteur et un indicateur sur l’origine de la personne en face de lui. Les Israéliens sont très curieux et à la fois respectueux des étrangers, notamment ceux qui maîtrisent plus ou moins bien l’hébreu ou ceux qui essayent de le parler. Généralement les discussions commencent par le lieu d’origine. Cela permet de mieux se familiariser avec la personne. La famille tient également une place très importante dans la conversation. Le travail ne vient qu’en dernier lieu pour connaître davantage la personne. Il n’y a pas tellement de sujets tabous en Israël, la parole est libre et chacun peut avoir ses opinions si controversées soient-elles. L’humour est très développé en Israël. Il s’agit d’un humour spontané que les gens utilisent parfois sans même s’en rendre compte. Mais il est parfois difficile de comprendre à moins de bien maîtriser la langue.