Articles taggés avec: Luc Sénécal

Evoluer en bonne "intelligence"

Ecrit par Luc Sénécal le 20 octobre 2012. dans La une, Actualité, Société

Evoluer en bonne

Ici en France ou ailleurs en Europe, tant que le citoyen lambda pourra profiter de la manne que procure le système de production des « petits pains », ça ira. Mais à partir du moment où il sera touché de plein fouet par les restrictions, le chômage, l’humiliation de se sentir inutile, oublié, trompé, sans compter celle de ne pouvoir subvenir aux besoins des siens, alors on peut s’attendre à des troubles sociaux de grande ampleur.

Nous n’allons certes pas « changer » le monde. Cela ne se fera que par l’opposition de forces armées, la violence, la haine, la souffrance, l’injustice des règlements de compte aveugles.

Nous avons un monde qui évolue et évolue tellement vite que nous avons la sensation de ne plus maîtriser ce dont nous devrions être responsables. Ce n’est pas par le constat de notre culpabilité que l’on pourra faire pression pour que nous puissions reprendre en main un avenir fortement compromis. Cela conduirait à perdre du temps à chercher des coupables, à se lamenter, à s’observer les uns et les autres pour favoriser une délation odieuse et manipulable, comme on l’a vu maintes et maintes fois en d’autres circonstances.

Qu'est-ce que la Vie ?

Ecrit par Luc Sénécal le 29 septembre 2012. dans Philosophie, La une, Psychologie, Vie spirituelle

Qu'est-ce que la Vie ?

La Vie c’est la mort. C’est un court passage à l’échelle du temps et de l’espace, plus court pour certaines espèces, relativement plus long pour d’autres. Mais la Vie sur cette planète, c’est la planète elle-même. Toutes les expressions du vivant sont une projection de la planète. Expressions diversifiées qu’elle peut produire selon le contexte des milieux qui la caractérisent.

Or il est une règle du vivant indispensable pour en assurer la durée, celle de la prédation. Et qui dit prédation dit prédateurs et victimes de la prédation. Ce, quelle qu’en soit l’échelle. Sauf que l’évolution de la Vie a permis l’apparition d’une espèce pourvue de capacités intellectuelles qui lui permet de mesurer en amont et en aval ses actes, leurs causes et leurs conséquences. L’homme. Car l’Homme, vous le savez, est pourvu d’intelligence. Ou du moins d’une intelligence plus évoluée que le reste du règne animal.

Pour en mesurer toutes ses capacités, je vous propose un exemple. Celui d’un débat qui a eu lieu à un moment X donné sur l’échelle de l’existence de cette espèce remarquable :

Qu'en est-il de nos différences au XXIème siècle ?

Ecrit par Luc Sénécal le 22 septembre 2012. dans Racisme, xénophobie, La une, Actualité, Société

Qu'en est-il de nos différences au XXIème siècle ?

Nous voulons enseigner à notre jeunesse le respect. Mais pour être respectable, encore faut-il respecter.

Le respect de quoi ? Des individus, de la société, des institutions, des croyances et des religions, des différences…

Et la liberté dans tout cela ? La liberté ne se doit-elle pas d’être respectée ? La liberté de la parole, de la presse, des expressions sous quelques formes que cela soit…

Or cette même liberté sous quelque forme que ce soit, ne se doit-elle pas d’être respectable ?

Une maxime s’applique merveilleusement à cela : « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ».

Nous viendrait-il naturellement à l’idée de nous attaquer à la famille ou aux croyances d’un ami. Pourquoi le ferions-nous plus encore vis-à-vis d’inconnus ? Sauf à avoir dans un cas comme dans l’autre des visées sous-jacentes.

Une nouvelle guerre de religion est-elle envisageable ?

Ecrit par Luc Sénécal le 07 septembre 2012. dans Racisme, xénophobie, La une, Actualité, Société

Une nouvelle guerre de religion est-elle envisageable ?

 

Le racisme et la xénophobie trouvent de quoi se nourrir dans l’évolution de l’immigration dans notre pays, et par conséquent de ce que cela implique dans notre société. Si l’on déplore à l’évidence les motivations des français qui en font preuve, on ne peut pour autant leur donner complètement tort. Car, et c’est cela qui est important, le racisme et la xénophobie ne sont pas leur apanage. Certains immigrés, et parmi ceux-ci, certainement les plus virulents, en font preuve. Ceci dit, il convient de ne pas faire d’amalgame. S’il y a des immigrés, ils proviennent de différentes régions du globe et il serait sot de confondre l’Asie avec les Pays de l’Est, ou bien encore les Pays du Maghreb avec l’Afrique noire, ou certaines îles quel que soit l’océan qui les baigne.

Quelle signification peut-on donner aux votes ?

le 05 mai 2012. dans France, La une, Politique, Société

Quelle signification peut-on donner aux votes ?

Voter est non seulement un devoir de citoyenneté mais aussi une responsabilité individuelle au sein d’une collectivité reconnue. Celle des français et de la France.

L’abstention c’est ne pas participer à la vie citoyenne. C’est refuser cette collectivité et sa propre responsabilité vis-à-vis de la communauté. Après quoi, il n’est plus permis de mettre en valeur une opinion sur des actes pour lesquels on n’a pas su engager sa propre participation. Ce, que ces actes soient d’ordre politique, économique ou encore engageant la collectivité sur un plan national, régional ou communal. Et même international quand on sait l’importance que cela a.

Par contre le vote blanc lui, a un sens. Un sens précis qui semble jusqu’à présent être refusé par nos instances dirigeantes. Et pour cause. Car le vote blanc est l’expression d’un refus. Celui de ne pas reconnaître un choix qui est IMPOSE. Celui de ne pas trouver dans les candidatures proposées celle qui peut ramener tout l’espoir, toute la cohérence de l’avenir d’un pays et d’un peuple.

Le vote blanc devrait faire partie de la constitution. Mieux. Plus de trente pour cent de votes blancs devrait être à même de provoquer de nouvelles élections, car ce serait un constat. Un constat dont il convient de tenir compte. Le constat qu’aucun des partis en présence n’est capable de présenter une personnalité digne du poste dont la responsabilité lourde et conséquente, engage l’avenir du pays et des français.

Démagogie quand tu nous tiens !

Ecrit par Luc Sénécal le 02 mars 2012. dans France, La une, Politique

Démagogie quand tu nous tiens !

 

Taxer les grandes fortunes pour un revenu mensuel de plus d’un million d’euros à soixante-quinze pour cent, ça fait du bien à toutes celles et tous ceux qui n’arrivent même pas à aligner mille cinq cent euros pour vivre, tout simplement.

Voilà une idée et une annonce qu’elles sont bonnes !

Il est vrai que certains salaires de PDG paraissent indécents, ne serait-ce que par certaines primes qui viennent s’y rajouter. Mais n’est-ce pas aussi prendre les électeurs pour une bonne pâte que l’on manipule à souhait et méconnaître quand même les véritables besoins et les souhaits exprimés par ceux-ci, que de faire ce genre de réflexion ?

Les français ont besoin d’un président de la république traitant des problèmes de fond et ce ne sont pas les effets d’annonce, comme on l’a vu, qui vont pouvoir les régler. Car en réalité, avec une formulation comme celle-là, on peut se demander si le fond de la problématique est la préoccupation réelle du candidat à la présidentielle.

Ode au pêcheur

Ecrit par Luc Sénécal le 27 janvier 2012. dans La une, Ecrits

Ode au pêcheur

 

 

Ainsi va sa vie, pêcheur du temps qui passe,

avec au cœur l’espoir qui jamais ne se lasse

de ramener au foyer ses proies et sa carcasse.

 

 

Par ces temps brumeux, la barque avance dans l’inconnu.

Le pêcheur écoute le silence, monstre d’incertitude

avalant de son emprise l’homme et ses prétentions.

Ainsi la ramène-t-il dans ce qu’enseigne la solitude

alors qu’il est, au sein de dame nature, absolument nu,

incapable de se diriger, incapable de la moindre action.

La conversation

Ecrit par Luc Sénécal le 09 décembre 2011. dans La une, Actualité, Société

La conversation


A : Aujourd’hui, la crise d’ordre économique risque de remettre en question toute la société occidentale et ses valeurs, y compris la société française.

B : Je ne crois pas. Il s’agit d’un problème très grave, c’est certain. Il est issu d’une politique conduite sur plusieurs années, c’est indéniable. Cependant nous avons les ressources nécessaires pour franchir et passer ce cap.

A : Des ressources qui seront prises sur le dos de l’ensemble des citoyens alors que les responsables sont les décisionnaires politiques et financiers qui ont conduit leurs pays respectifs dans cette situation. Ce qui parait d’autant plus inadmissible et inacceptable.

B : Je vous accorde que tant que le système fonctionne, personne ne dit rien. Tant que chacun y trouve son compte, on laisse aller, c’est confortable. Par contre, si on commence à toucher aux privilèges qui en découlent, alors on commence à grincer des dents. Si, on écorne encore plus sérieusement les ressources de chacun, alors là le désordre social risque de s’installer.

Cassandre

Ecrit par Luc Sénécal le 25 novembre 2011. dans La une, Actualité, Société

Cassandre


Cassandre. Qu’avez-vous à nous dire ?


Nous savons, même si nous ne voulons pas nous l’avouer et surtout l’admettre, que le système s’effondre et que d’ici deux ans ou peut-être moins nous serons dans le mur. Depuis plus de vingt ans personnellement j’en ai pris conscience et je l’ai dénoncé au travers de mes textes et autres chroniques. Par contre, aurait-on pu penser que cela irait si vite et que la haute finance qui nous dirige, se tirerait une balle dans le pied ? On peut se douter que les dégâts seront considérables et que la vie de chaque citoyen dans l’ensemble des pays européens et non seulement, dans le monde occidental, sera bouleversée.

Non ?

Europe ... Europe ...

Ecrit par Luc Sénécal le 11 novembre 2011. dans Monde, La une, Politique

Europe ... Europe ...

S’il y a une Europe économique et financière, y-a-t-il pour autant des citoyens « européens » ?

Une information circule actuellement sur internet, et bien qu’il faille en authentifier la crédibilité, elle prête à réflexion.

Les grecs en grande difficulté, bénéficiant des aides financières de l’Europe et du FMI, auraient fait récemment l’acquisition de blindés américains d’occasion.

Soit.

J’espère que vous ne m’en voudrez pas si je vous dis qu’il ne faut pas regarder ce dossier par un petit bout de la lorgnette.

Le scandale existe en effet, par le fait que les causes de la quasi faillite de ce pays ne sont pas traitées. On ne soigne pas. On panse. On met un pansement fourni par la solidarité de pays dits « européens » et qui ne le sont que par la construction d’une structure financière et économique. D’européens, les peuples qui composent ce pays, n’en ont jamais ressenti la fibre. Pourquoi ? Parce qu’ils ont été le cadet des soucis des politiques et des grands groupes financiers qui ont construit cette structure.

<<  1 2 3 [45 6  >>