Articles taggés avec: Luc Sénécal

Le Fou Pharaon...

Ecrit par Luc Sénécal le 01 novembre 2010. dans La une, Ecrits

Le Fou Pharaon...

 

Ferme les yeux mon amie et écoute mon coeur

 

.. "J'étais un oiseau,

j'étais comme un prince
accroché à la falaise abrupte
surplombant la vague traîtresse,
frappant le roc de rage.

Le schéma divin

Ecrit par Luc Sénécal le 06 octobre 2010. dans La une, Vie spirituelle

Le schéma divin

Qu'est-ce qu'un Dieu, sinon l'image que chacun se fait de la divinité ? Or chacun d'entre nous est émetteur d'une interprétation comme il est récepteur de l'interprétation des autres. Il n'y a pas lieu par conséquent de se poser la question de savoir quel Dieu est le vrai. C'est là tout le ridicule et l'absurdité de l'humain. Tout se rapporte à l'humain finalement. Donc aux différentes cultures humaines. Liées elles-mêmes à un historique et à une base géographique quelque part sur la planète.

Toute l’idée et partant la construction de la religion quel qu'elle soit, s'inspire de ces deux facteurs.

Or la religion a été fondatrice de civilisation. En regroupant autour d’une « vérité ». En offrant de quoi supporter l’idée même de l’existence pour chacun mais aussi en organisant, en structurant, en réglementant.

De l'humanité dans l'humain

Ecrit par Luc Sénécal le 08 septembre 2010. dans La une, Société

De l'humanité dans l'humain

Dans ce monde qui est le nôtre aujourd’hui, alors que le temps se compresse et l’espace s’amoindrit, pendant que la loi du marché impose d’accélérer tant la production que la consommation alors que la concurrence devenue internationale se fait de plus en plus excessive, comment peut-on conserver une valeur aussi essentielle que celle consistant à respecter ce qui est profondément humain dans l’Homme ? Est-ce que cela ne devient pas ridicule ?

Alors permettez-moi de vous poser une question de fond. "Pourquoi se fait-on fort désormais d'ôter son humanité à l'être humain?"
Permettez-moi de prendre quelques exemples parmi d’autres.
Prenons, si vous le voulez bien, l'exemple du corps médical.

De la cohérence de l'ensemble

Ecrit par Luc Sénécal le 24 juillet 2010. dans Média/Web, Société

De la cohérence de l'ensemble

A lire certains commentaires, on s’aperçoit qu’il y a chez chacun d’entre nous, moi y compris, quelque facilité à enfermer chaque contemporain rencontré au hasard de notre existence dans un cadre. D’ailleurs on retrouve cela au cinéma avec certains acteurs qui ont du mal à quitter le costume du personnage qu’ils incarnent face au public, pour jouer des rôles tout à fait différents.

Ainsi, si nous rencontrons un inconnu et que nous commençons à le découvrir, on ne peut s’empêcher, selon son physique, sa tenue, son comportement, son accent, son vocabulaire, de le verser dans telle ou telle case. Est-ce une nécessité pour nous réconforter et nous sentir à l’aise dans nos échanges ? Est-ce une façon de nous débarrasser d’un malaise lorsque « l’étranger » vient à nous et que ses manières que l’on peut qualifier parfois d’ « étranges » dans le sens où elles nous sont « étrangères », provoquent soit un rejet pur et simple, soit une certaine curiosité, prudente, il est vrai ? Ainsi aimons nous qualifier parfois péjorativement untel de « bourge » l’autre de « ringard » le troisième de « paysan » ou encore celui-ci « d’intello » et celui-là de « jeunes ou de vieux »  etc. Manière de se protéger.

La visite impromptue

Ecrit par Luc Sénécal le 22 juillet 2010. dans Ecrits

La visite impromptue

Un jour d’été flamboyant par une chaleur étouffante

elles vinrent nous rendre visite merveilleuses ingénues,

sans nous prévenir, sans crier gare, comme la nature enfante

avec talent quelques demoiselles toute de beauté nues.

Aux pieds de ces dames patronnesses dont la tête haute

se pare de gracieux clochetons de velours carmin,

Elles se déposèrent dans leur robe de feuille grasse et verte

avant que de relever gracieusement leur col si ténu.

Le Respect et la Violence

Ecrit par Luc Sénécal le 20 juillet 2010. dans Psychologie, Média/Web, Société

Le Respect et la Violence

N’est respecté que ce qui est respectable.

Cela semble évident. Si  ce n’est pas le cas, loin de là, dans le vécu, alors on peut s’interroger à ce propos.En fait tout est une question de point de vue, de personnalité, de contexte et d’opinion. C’est aussi une question de confiance ou de rupture de l’un pour les autres ou inversement.

Pour rester simple, il semble essentiel entre deux individus, deux groupes d’individus, deux catégories sociales, deux sources d’intérêts divergentes, deux façons d’appréhender, d’intégrer et de comprendre un sujet, quel qu’il soit, que soit instauré un consensus de dialogue. Lequel est fondé sur le respect commun des intervenants ou des interlocuteurs.

Or il faut bien l’admettre, en raison d’événements extérieurs ou de propos étrangers au sujet traité, l’un ou l’autre des individus, du groupe d’individu ou de représentation sociale d’individu, le dialogue dérape et perd tout son sens primaire en terme d’objectif. Objectif pour tenter un rapprochement. Pour appeler à la réflexion. Pour amener au débat des points de vue différents et enrichir un débat…

<<  1 2 3 4 5 [6