Articles taggés avec: Martine L_ Petauton

Le temps de l’exil portugais (1926-1974)

Ecrit par Martine L. Petauton le 20 septembre 2017. dans La une, Histoire

Collectif, Riveneuve Editions, Continents n°22, janvier 2017, 20 €

Le temps de l’exil portugais (1926-1974)

                        « Quand la patrie que nous avons nous fait défaut

                             Même la voix de la mer devient exil

                             Et la lumière autour de nous forme des grilles »

                            (Sofia de Mello Breyner Andresen, Exil)

 

Les éditions Riveneuve Continents proposent avec leur revue thématique, animée par des collectifs de haut niveau, des voyages méritant plus que le détour.

Ce numéro-ci s’inscrit dans la série : exils et migrations ibériques au XXème siècle, dont le précédent opus (15) cernait les « cultures de l’exil » tandis qu’un plus ancien (2) abordait « travail et politique migratoire ». Ce numéro d’hiver 16/17 se révèle une mine d’informations – et de recensé de sources – sur l’exil portugais en France, Espagne, Afrique du Nord, laissant de côté celui qui, naturellement, allait de tous temps vers les rives brésiliennes, le grand frère historique, culturel, linguistique. Ce temps d’exil s’ouvre avec l’installation de la plus longue dictature européenne, celle de Salazar, en Mai 1926, installant l’« Etat nouveau », suivie de celle de Caetano, à partir de 1968, et se ferme sur la date de 1974, Révolution des Œillets portée par les capitaines d’Avril.

Un demi-siècle d’histoire portugaise, une des plus sombres, sous la botte de ceux qui voulaient faire vivre les représentations d’un Portugal stéréotypé à travers le « viver habituelmente » (vivre habituellement). Il s’agissait de protéger un monde paysan archaïque, mais qu’on voulait mythique, de refuser tout changement d’un Portugal vieux de huit siècles, pluri-continental, donc impérial, de faire vivre la population dans la répression calibrée, la peur, le népotisme, et de contraindre de facto une partie du peuple à l’exil.

Se souvient-on encore aujourd’hui « des 120 familles tenant le commerce et la banque, dans un pays où la sécurité sociale n’existait pas… ». La PIDE, police politique de sinistre mémoire, décapitait sans fin le monde enseignant et intellectuel ; les professeurs étant démis sans autre forme de procès, la censure bâillonnait la presse et s’attaquait jusqu’à la recherche scientifique, tandis que les prisons du régime, dont le fort de Peniche, plus grande prison politique du pays, regorgeaient. Est-il besoin de rappeler que les oppositions n’existaient plus que dehors, où, par ailleurs, partout en Europe, les filets du Salazarisme demeuraient dangereusement tendus. C’était – là aussi – « un temps déraisonnable où l’on a mis les morts à table », aurait dit Aragon.

L’exil s’imposa pour nombre de ces intellectuels, politiques, syndicalistes, une partie notoire de leur vie fut en cet autre Portugal posé ailleurs que chez lui. Exil mélangé, mêlé, à l’exil économique, dont les racines plongent également dans les mécanismes de la dictature. Entre 1957 et 1974, un million et demi de Portugais quittent leur pays, émigration dirigée dorénavant surtout vers l’Europe, 900.000 pour la seule France, largement clandestine – « à salto » – qui du coup, pour la période, donne au Portugal l’étrange visage d’un pays – le seul en Europe – qui perd sévèrement de la population. Mélange entre ces pauvres qui recherchent par exemple en France les retombées des Trente glorieuses, fuient la dictature et son poids quotidien, et plus tard veulent éviter de participer aux guerres coloniales africaines où se débattait – le dernier en Europe – le Portugal. Avril est bien né en Afrique, ce livre nous le rappelle.

Dans les articles, charnus, documentés, pilotés par des chercheurs de haut niveau en Histoire, tous universitaires de renom, plusieurs retiendront l’attention du lecteur béotien ou moins : ainsi « une vision commune du républicanisme ; coopération entre exilés portugais et républicains espagnols de 31 à 39 », combats autour d’un idéal républicain, laïc, anticlérical, socialiste et maçon. Ces coups de main à la jeune république espagnole du Frente Popular, qui tournent le dos à des siècles de divergences notoires entre les deux territoires de la péninsule ibérique, firent entrer en Espagne l’exil politique portugais en quête de « reviralho » (pour un retour à la république d’avant Salazar). Sonnant le début de la présence portugaise aux côtés des républicains espagnols, tout au long de la guerre civile. Un autre article éclaire les « solidarités antifascistes pendant la guerre d’Espagne, en cernant le périple méditerranéen de Roberto de Melo Queiroz ». Homme de confiance du leader républicain Afonso Costa, ancien président du conseil, voulant étendre la lutte antifasciste au-delà du cercle occupé par les seuls Communistes. Queiroz est ainsi amené à œuvrer dans les territoires de l’exil portugais, entre république espagnole en guerre, Front Populaire français, Maroc, très utilisé par sa situation géopolitique.

Levothyrox, le labo et l’armée des otages

Ecrit par Martine L. Petauton le 13 septembre 2017. dans La une, Actualité, Société

Levothyrox, le labo et l’armée des otages

La bête ne tuera pas, comme le Médiator de sinistre mémoire, se contentera de mettre dans l’inconfort force 10, d’heure en heure et jusqu’à quand, pas mal de gens dans les millions (3) d’utilisateurs du correcteur thyroïdien. Presque rien, presque tout, selon que vous appartenez ou non à l’armée des otages du problème qui raffutent dans tous les médias ces jours-ci.

Sire Levothyrox, qu’on peut nommer tel un monarque, vu qu’il trône seul en son rayon médicamenteux. Seul, en compagnie de son père, le laboratoire Merck Serono, de Lyon, seul aussi à fabriquer de telles pilules – le(s) concurrent(s), on voit pas… otages bien en main, allez ! disons seulement patients captifs dont Levothyrox-Merck démarre et finit l’alphabet… Mais que serait Sire Merck sans les consommateurs de sa pilule, écrirait n’importe quel écrivain public d’antan.

Affaire de solitude, donc – mot que vous avez le droit impératif de traduire illico par monopole (essayez donc de mendier dans vos officines autre chose que Levothyrox !), – de silence au fond des locaux impeccables et quasi futuristes de ces grands labos pharmaceutiques, gloire de notre industrie, en passe de devenir intouchables ; de dysfonctionnement sanitaire, pour autant, au bout. Que de (s) dans la chose… seul à manquer, peut-être, celui de santé ?

Le petit cachet blanc ; goût insipide, molécule essentiellement iodée, que l’on prend – que je prends – chaque matin, compense le dysfonctionnement (ou l’ablation totale ou partielle) d’un tout petit organe à la forme presque jolie de papillon à la base du cou : la thyroïde. Si petite qu’on en viendrait à négliger sa présence ; rien, à comparer, d’un poumon, d’un foie, alors d’un cœur, n’en parlons même pas ! Et pourtant, ce micro robinet de poupée, goutte à goutte, distille rien moins que l’équilibre. Il régule et sans lui, on est mal, soit excité à n’en plus finir – dysfonctionnement hyper, soit épuisé à ne plus pouvoir se lever – hypo, en ce cas. Je fais trop vite à l’évidence, mais le gamin de 10 ans qui me lit ne manquera pas de laisser tomber ce « mince, c’est embêtant ça ! » qui comme tout ce que saisissent les enfants, n’est pas loin d’une certaine vérité.

Jusqu’à la fin de l’hiver dernier, notre armée de dopés au Levothyrox, tous dosages confondus, était quasi inconnue, car, bon an mal an, « corrigée ». Progressivement, montèrent alors de loin en loin des plaintes argumentées : qui perdait ses cheveux, qui voguait de vertiges en nausées, qui se réveillait dans les crampes, qui était épuisé, perdait le sommeil, et j’en passe. Pour ma part, la fatigue ressentie était d’une intensité et d’une nature telle, que, presque naturellement, elle me renvoyait au souvenir de l’état d’hypothyroïdie que j’avais traversé avant « mon dosage ». Mais, comme les autres « nouveaulevothyroxés », d’autres causes firent alors office de présumés coupables, cachant le papillon et sa nouvelle boîte bleue ; nous vivions depuis si longtemps en compagnie du petit cachet blanc !

L’info finit pourtant par passer le bout du nez – articles, brèves, bouche à oreille, reportages : le labo avait modifié – presque rien, se défendit-il – un excipient de son médicament (remplaçant le lactose pas toujours toléré). Presque rien, et pour certains, quasiment tout. « Notre » Levothyrox était changé, aux marges, certes, mais changé. Or, dans ce domaine des régulateurs, un rien, une tête d’épingle peut – pas forcément chez tout le monde – perturber grandement l’organisme. Exit donc, la réponse cinglante et inqualifiable du labo monopolistique : « les effets secondaires évoqués sont imaginaires ». Assorti d’un revers de main méprisant : « les plaignants se montent le coup via les pétitions internet »(la principale atteignant à ce jour, sous le patronage de l’association des déficitaires thyroïdiens, le nombre infime de plus de 200.000 signatures).

 

IFRI, Politique étrangère, été 2017 ; la chasse aux idées reçues

Ecrit par Martine L. Petauton le 13 septembre 2017. dans Monde, La une, Politique

IFRI, Politique étrangère, été 2017 ; la chasse aux idées reçues

Inattendu, peut-être, ce regard sur la revue de PE de l’IFRI, cet été, mais bien réel. Que d’idées reçues, en effet, toutes faites et boulonnées, dans nos représentations, et en géopolitique, pas moins qu’ailleurs ! Le propre des chercheurs étant de les désigner et de tenter de les redresser. Dans ce numéro, la pêche est particulièrement bonne pour les lieux où stagnent les idées reçues, et réjouissants, leur déboulonnage et, sans doute, la saine déstabilisation qui suit, seule capable de faire avancer notre regard sur le monde, première mission que se donne l’IFRI.

Le sujet principal, ASEAN ; 50 ans d’une expérience singulière, est un nid d’idées reçues, notamment par sa situation périphérique dans les informations quotidiennes que nous utilisons, et, par ces monceaux d’ignorance, ces lacunes, et autres trous d’ombre, dans « notre » géopolitique personnelle, se révélant reléguée à un « quelque chose d’uni, aux bords de la grande Chine ». Fondée en 1967, l’ASEAN, allie Indonésie, Malaisie, Singapour, Philippines, Thaïlande, Brunei, Viet Nam, Laos, Birmanie, Cambodge, unis en cercles progressifs. Union d’Asie du sud-est, à la fois comparable, au premier regard du moins, à notre Union Européenne, et tellement différente – parallèle pédagogique énoncé dès l’introduction. On a là une marche discrète et continue, des « procédures et institutions légères, sans gouvernement central, ni fantasme d’unification politique » ; l’idée reçue chez nous étant – là, comme ailleurs, mais là, significativement – de penser tout à notre aulne, que nos analyses, procédures et même difficultés sont modélisables à l’infini. Or, si l’ASEAN sera demain bien obligée de marcher différemment avec l’émergence chinoise et son poids, l’IFRI rappelle à notre point de vue européen que « le monde est tout humain, mais nous ne sommes pas toute l’humanité ». Cinq forts articles devraient participer à « nous caler » le regard, sur cette fondamentale partie du monde.

La rubrique Contrechamps s’attaque avec deux articles essentiels à l’Union européenne, particulièrement :« Zone Euro : sous les dettes, la croissance ? ». Crise, croissance, dettes… triptyque d’importance en matière de représentations tenaces et peut-être fallacieuses, en matière de thèse, point de vue arrêté, genre front contre front, encore davantage. Quel débat, chez nous, n’aborde pas, même aux marges, ce sujet ?

Un premier article, très argumenté : « Les politiques européennes et le futur de l’Euro » met à mal « l’interprétation politique dominante accusant les excès de dette publique accumulés par des pays du sud, dits indisciplinés, ayant ainsi financé leur État providence ».Idée reçue, s’il en est, dans l’imaginaire de chacun sur les problèmes actuels d’une Europe en dérive, voire en échec. Des responsables désignés, pas vraiment loin du bouc-émissaire, toujours utile. On reconnaît dans le développement des pans entiers d’opinions politiques, partitaires, en France et en Europe. Mais, les compétences économiques de l’auteur, sa capacité pédagogique à poser les idées reçues, les décrypter avant d’avancer d’autres hypothèses étayées, donnent à cet exposé une force convaincante et armée qui manque à plus d’un débat. Le second article se pose « en face », et nous y reconnaissons là aussi l’argumentaire face B, prôné dans maints débats ; les mêmes évidemment : « stabilité et croissance en zone euro ; les leçons de l’expérience ». Le « retour au réel » est fortement convoqué ; « la croissance et l’emploi ne proviennent pas des miracles de la manne répandue par les États ou des fabricants de bulles spéculatives, mais bien du travail productif, de l’épargne et de l’investissement ».

Confrontant ces deux lectures, toujours étayées, comme d’usage à PE, de références multiples et précises, faut-il dire qu’on en sort, interrogés, mieux armés face à ce temps européen qui est notre logiciel indépassable.

En rubrique Actualités, chaque article est de nature à fusiller quelques idées reçues, mais c’est celui sur « L’état islamique, l’autre menace » qui peut paraître le plus urgent (l’autre, consacré à la Turquie, pas moins pour autant !). A la veille des défaites sur le terrain du califat, Mossoul et Raqqa, faudrait-il « souffler » et considérer Daech comme une menace derrière nous ? Outre le fait que les attentats de cet été sur le sol européen démontrent la puissance de nuisance des terroristes parfaitement capable de s’adapter à leurs défaites, mais aussi – c’est là l’argumentaire de l’article – l’hydre existe, prolifère, voire naît ailleurs dans le monde : Afrique, Asie du Sud-Est, et ceci, même en termes d’assises territoriales.

Loi travail ; faudrait-il rester Schumpeterien ?

Ecrit par Martine L. Petauton le 06 septembre 2017. dans France, La une, Politique, Actualité, Société

Loi travail ; faudrait-il rester Schumpeterien ?

Il n’en pouvait mais, dans la matinale de France Inter, Thomas Piketty, face à Léa (Salamé) qui tirait des petits missiles du genre : – êtes-vous comme Macron, Schumpeterien ?

D’abord, on sourit – ce vieux Schumpeter de nos grimoires ! Puis on se souvient de deux ou trois choses qui nous avaient agacés dans notre jeunesse quand même assez marxisante ; la « destruction créatrice », par exemple, le titre de ce livre : Le capitalisme peut-il survivre ?, et c’est là – bon sang, mais c’est bien sûr ! – qu’on se prend l’évidence en pleine figure devant le café matinal : Macron ne peut être QUE de ce côté-là de la balance des théories économiques. Pile pour lui et les siens, cousu pour eux, ce discours vieux comme l’Europe d’antan. Immensément vieux, mais – en même temps – en capacité, une fois ripoliné, de reprendre du service, descendu du grenier, et – même – de finir dans le flou du soir qui tombe, comme neuf de chez neuf…

Schumpeter – petite fiche de révision ; n'est-on pas en pleine rentrée scolaire – est un économiste « politique », de l’ancienne Autriche-Hongrie, né fin XIXème ( la même année que Keynes ! L'année de la disparition de Marx! En même temps, disait l'autre !) parti aux USA – temple du capitalisme en marche – où il finira sa vie dans les années 50. Pas vraiment classable, le bonhomme et sa vision, dans les écoles économiques, mais regrettant suffisamment que le capitalisme peine à la tâche (raisons politiques et sociales) pour qu’après sa disparition, un Milton Friedman, chantre du libéralisme le plus dur (dont les Chiliens du temps d’Allende, et quelques autres, ont conservé un cuisant souvenir) reprenne haut et fort son flambeau.

On lui doit plein d’ouvrages et – mondialisation libérale débutant son spectacle - à la veille de sa mort, il était en passe de prendre la présidence de la « nouvelle association internationale d’économie ». Intéressantes, pour autant, les analyses, fouillées, sur les mécanismes / innovations (il est un peu le père du mot) / progrès techniques et technologiques / croissance. Tout ça, cependant, comme si le monde s’arrêtait aux portes des usines – les grandes, américaines, de préférence, se lançant à la conquête économique de la planète –, comme si le libéralisme était le seul modèle sérieux et viable, comme si le train ne pouvait quitter les rails – un seul sens au voyage, évidemment. Trois mots vaguement importants, n’existaient visiblement pas chez Schumpeter : ouvrier-employé-personnel. Un seul être était vivant au milieu des machines innovantes, l’entrepreneur – c'est même le titre d'un de ses livres - (ça sonne du coup formidablement actuel, ce discours). Pour autant, quant à moi, j’ai le souvenir d’une certaine fascination pour ce système de pensée, facile à comprendre et à retenir – les systèmes étant les préférés de nos mémoires, lycéennes du moins… Depuis – on l’aura remarqué – le monde a tourné – mal, quelquefois, et la moustache de Schumpeter a quitté la scène. Jusqu’à notre Macron, son programme teinté de sacrifices – faisables mais obligatoires – sa loi travail et sa dame Pénicaud campant sur tous les Danone de ses expériences.

Rendre à Hollande…

Ecrit par Martine L. Petauton le 30 août 2017. dans France, La une, Politique

Rendre à Hollande…

… Ce qui revient au travail du quinquennat précédent, mais particulièrement à lui, ce président vilipendé de tous bords, et largement au-delà, pendant toute ou presque sa tâche au somment de l’état. C’est ce qu’on entend – musique qui accroche progressivement en mode « forte » – ce qu’on lit – ciel ! Jusqu’en couverture de magazine, ce qui fait sujet d’importance dans maints débats – d’experts, madame !

Vrai qu’un quinquennat arrivant derrière un autre – dans le jeu classique et démocratique des alternances, s’entend –, tout ne peut être jeté, poubellisé, renié, genre table rase, dans l’ensemble du travail précédent. Je l’écris d’autant plus, que nous, gens de Gauche (et que dire de la Droite) n’avons pas toujours pratiqué ce sport, fin, il est vrai.

Ce qui ne manque pas d’étonner ici, en Macronie triomphante, vu le discours – il y a des gens bien partout, et on se doit de travailler avec tout le monde – coloré consensuel en marche, qui a empli, de ce côté-là de l’échiquier, le verbe politique d’E. Macron, durant sa campagne, et même un peu avant. Ainsi, du monde fréquentable partout, hors les champs maudits du Hollandisme passé ? Ils sont légion, les politiques de tout premier rang, ou plus derrière, qui ont payé depuis le vent des Législatives leur « estampillage » Hollande, au point de se voir refuser le gîte et le couvert dans la morne plaine de Waterloo et particulièrement dans le groupe majoritaire ; humiliation et déni de l’Histoire en bandoulière. En son temps, l’Inquisition avait des pratiques qui commençaient un peu comme ça ; refuser, ne plus connaître, transfigurer les faits. En un mot, être sectaire, et stigmatiser à tout va.

Or… l’Histoire persiste. Dans ces champs – en continuant la métaphore – E. Macron a fait ses premiers pas, grandi et fait ses lettres, à l’ombre du maître qui tenait seigneurie en ces lieux, F. Hollande. Ce champ, il en connaît le noueux de la barrière, le goût de chaque brin de son herbe de saison en saison ; c’était un peu son jardin à lui. A présent, on passe toutes sirènes hurlantes devant l’entrée, en glapissant : quid de ce coin ?

Rappel tenace : tant au plan personnel pour E. Macron, sorti quasi ex nihilo de l’ombre par Hollande, que politique en se voyant projeté en un temps record dans la lumière, élu, désigné par le prince : conseiller très écouté, ministre de premier rang, hissé au plus haut du pavois politique ; de refrain en refrain, Hollande chante. Ceci, en combien de mois ? Une météorite, un homme « fait » par un autre, incontestablement. Qu’on m’entende bien : les qualités incontestables, vérifiables, plutôt rares, d’un E. Macron, nul ne les conteste, même pas moi, mais quand F. Hollande disait aux derniers temps de son mandat, juste avant que ne démissionne assez peu élégamment le ministre des finances :– il sait ce qu’il me doit – on peut l’entendre d’abord comme le résultat du « nez » inspiré de Hollande ayant dégotté et évalué à la juste aulne, cette perle rare, qui, sans son mentor président, aurait dû mûrir en cave quelque temps de plus. L’apprentissage… celui dont les équipes au pouvoir nous saturent de Journaux Télévisés en articles, sa valeur, le tuteur lentement passant au jeune, les savoirs, puis les rênes, on sait pertinemment que c’est l’image de Hollande et son poulain, qui surgit : le premier plus social, l’autre plus naturellement libéral, mais les deux mutualisant face aux difficultés de réformer le pays. Alors, n’oublierait-on pas vite dans le fracas des victoires le poids de l’enseignant, la valeur de la formation et du parrainage ? Même un Bonaparte savait saluer la Révolution et ses enseignements.

Car, qu’on me contredise si j’ai la mémoire qui  flanche - comme aurait chanté feu notre Jeanne - ou diront certains, un brin malveillante, pas un souffle, pas un murmure, ni de Macron, ni des siens, n’ont ranimé depuis Mai ces « racines » pourtant bien peu contestables. Et, pourtant il y aurait eu là, signal de ce « gouverner autrement » porté par les bannières marchantes. Simplement, dire, uniquement à bon escient, loin de toute courtisanerie inutile : - oui, je lui dois, c’est par lui, et grâce à lui que… Mais… durs, apparemment la gratification, le souvenir, et le souci du lignage, chez notre prince du Louvre qui voudrait avoir tout inventé, tenir le monde dans ses seules mains, et être né, tout harnaché, un soir du mois de mai 2017. Ça finit par sentir un peu son adolescence, et ce « tuer le père » de manuel de psycho… là aussi, trop, c’est trop.

L’été meurtrier du petit prince

Ecrit par Martine L. Petauton le 19 août 2017. dans France, La une, Politique

L’été meurtrier du petit prince

… De ce « piccolo principe » élu en mai, avec un engouement, un élan, presque un amour de midinette, pas souvent rencontré en pays de France, si ce n’est jadis – voyez comme tourne le vent – pour ce jeune homme de Corse à l’œil aussi sombre que celui du nôtre est bleu…

Les jours – ici entre Mistral, Tramontane et mer chaude comme en Floride – ont succédé aux jours ; incendies inimaginables, sautes de temps quasi bi-polaires un peu partout dans l’hexagone, bouchons au tournant du grand chassé croisé ; la folie aggravée de l’autre Roux – justement posé en Floride, répondant à celle du sombre Coréen ; quelques piqûres de rappel par le terrorisme tapi : l’été 17. Et, nonobstant, la ruche du travail gouvernemental à Paris, dont la densité ne fait pas question, au vu de nos députés (priés de garder la chambre un peu plus) à la veille de déposer aux Prud’hommes la plainte qu’il faut et son titre : « trop, c’est trop »…

Et c’est peut-être ce genre de formule bien populaire, et comprise de tous, qui pourrait résumer cet été, déjà étrange avant sa fin.

On était parti de très haut (attention, pour autant, les chiffres n’avaient rien de faramineux aux lendemains de la Présidentielle), du sommet du manège où l’Histoire a hissé – trop vite probablement – le gagnant de la course, et on glisse forcément, par à-coups, ou forte bordée. L’état de grâce – curieuse formule qui sent sa sacristie égarée en République – passe et s’étiole ; Ronsard et sa rose en savent quelque chose. Baisse importante dans les sondages pour notre Président, la « pire » dit-on, en si peu de temps, plus importante que celle de F. Hollande – une sacrée référence en la matière. Ce qui n’est pas sans agacer, même ceux qui comme moi n’étaient pas « accro » à l’épopée Macron. Car, quand même, qui sont ces gens, ces électeurs, capables de hisser en mai au plus haut du  pavois « leur idole », et de le rejeter, sans attendre le temps décent d’une analyse, et sans laisser le temps au travail de commencer, comme gamin capricieux casserait son jouet au lendemain des fêtes…

Alors d’où vient ce raté – débutant, j’en conviens, mais constant – de la recette-miracle-rien-qu’en-France, qu’on avait dans le pot ?

Assurément d’un excès trop épicé et mille fois trop voyant, de cette verticalité, commandée, pourtant, au père Noël de mai, à corps et à cris. On a vu la pièce tout l’été – un « Prince en Avignon » peut-être – et Jupiter nous sort par les yeux. Ce nom, d’abord, qui, dans un 1er temps, énerve – pourquoi ne pas assumer « roi » ? constitutionnel, s’entend, ou tout bonnement « chef » ? Parce que, sans doute, amis, la République n’a pas de roi, que l’image du chef en France est aussi compliquée que celle du père en séminaire de Lacan, et que ce « dictateur » tenté par certains rigolos fait par trop sourire. Alors, va pour Jupiter (et Junon peut-être ! Il s'en cause à tort et à travers ces jours-ci) qui sent ses belles et sérieuses études humanistes. Certes, la posture (réussie, ô combien à l’image internationale, entre main de Trump et regard droit dans les yeux de Poutine) tient beaucoup du sans doute excellent club-théâtre dans lequel le jeune Président fut élevé, nous ne saurions l’oublier. Mais, foin ; ce fut une belle pièce, une belle soirée, et nous prenons. Par contre, le Jupiterisme passa moins bien la rampe quand il s’est agi de vouloir mettre au pas les médias – comme si on pouvait faire sans eux - ou de virer, entre autres, d’un coup de maître, pas moins de trois ministres de tout premier rang. Un jeu d’échecs grandeur nature. Donc, on en conviendra, trop d’autorité pourrait folâtrer avec l’autoritarisme, ce fleuron de l’« ancienne politique ».

Que dire en se baladant côté programme et surtout – philosophie – du programme. Où en est notre poupon de mai, le « ni Droite, ni Gauche » rebaptisé « Et à Droite et à Gauche » ? Fait ses dents, et navigue entre ses vaccins, le mignon. Signaux détonants, comme le veut son nom à bizarres rallonges – un soupçon d’Aides Pour Le logement épluchées, l’impôt sur la fortune dans le même jet en passe d’être, disons, élagué, des Nationalisations pétant le feu à Saint Nazaire, et le Code du Travail attendant ses ordonnances de fin août, après avoir été, tout ce qu’il y a de discuté, et de mis sur table, en été entrant. Négocié, tenant toutefois d’un tout autre vocabulaire. La Loi de « moralisation de la vie politique » (titre d’origine) qu’à première vue on pouvait supposer glisser tendrement au fond de la gorge, toute en miel, butta sur une réserve parlementaire, dont on cause à l’envi au coin des placettes des Territoires, comme si, à elle seule, elle irriguait tout. Elle énerva par quelques menues incohérences chez les hommes qui la portaient – un Richard Ferrand, un Michel Mercier… car, oui, la loi nouvelle, morale ou pas dans son titre, morale, elle reste dans les têtes. Pas facile d’œuvrer, donc, de mettre en cohérence et en conformité avec ses promesses – éternelle antienne –, pas simple de descendre du nuage, Jupitérien ou autre, il va falloir s'y faire, on marche sur terre, Monsieur le président…

Voyager, ça s’apprend…

Ecrit par Martine L. Petauton le 15 juillet 2017. dans La une, Education

savoir ouvrir l’œil en voyageur, et pas comme le matin en mangeant la tartine.

Voyager, ça s’apprend…

… Comme tout le reste, dirait ce bon Philippe Meirieu, icône des sciences de l’éducation. Un petit d’homme apprend à voyager, comme à marcher, parler et aimer le céleri rave, et croyez-moi, vite et pas mal du tout, parce qu'apparemment, grandir et partir, ça rime.

On pourrait tous, je suppose, raconter nos enfants face au voyage ; les ronchons déplacés, voire déportés et les routards en devenir : – « ainsi, on est à l’étranger ! » s’extasiait un mien Cédric du haut de ses 6 ans à peine, les sandales plantées sur le béton d’une station d’essence, à peine la voiture arrivée en Espagne.

Mon propos sera ici plus professionnel, puisqu’il s’agira de mes petits collégiens de 5ème. Comme tous les enseignants, et je veux croire tous, le « ça s’apprend » me passionnait ; les besoins, les objectifs, le protocole, les échecs évidemment, et – miracle des miracles en terre laïque – les fruits et ce qu’ils devenaient après et même longtemps, et même surtout après. Alors, le voyage, vous pensez…

Cette autre façon de vivre le grandir, l’autre et les inconnus du monde, ses dangers, ses innombrables obstacles habillés de récompenses flamboyantes, qu’aligne la seule chose qui vaille : vouloir, découvrir et aimer. Et partir, évidemment ! S’élever quelque part, donc, pour l’élève, faire son métier ; et pour le professeur, accomplir un devoir, et quelque chose infiniment précieux, en plus.

Une année, plutôt humide et tristounette, je crois, il y a longtemps comme on dit dans les histoires, j’avais en mains deux pépites échues au terrible tirage au sort des répartitions de classes ; deux 5ème, plutôt scolaires mais comme il se devait, fort hétérogènes. Leur appellation, je ne sais plus, mais les Stéphane, Sébastien, Aurélie, Céline et Delphine, et tous les autres, je m’en souviens avec la netteté qu’on prête parfois aux fins de vie ; leur visage, leur voix, leur rire…

Comment le projet d’une vaste sortie sur le terrain était-il venu ? bernique, je ne sais plus. Journée entière, plusieurs disciplines, un amont conséquent en classe, des tâches différentes sur place, des cahiers à composer, des interventions ciblées à faire, un échange entre les deux classes, l’auditrice, l’active, et tous ces dessins, ces photos noir et blanc, ces travaux de groupes, et un vaste aval revenus au collège. Tout l’apprentissage était là, l’avant, le pendant, l’après. Nous avions cette année-là utilisé la beauté si particulière d’une austère église romane limousine, Beaulieu sur Dordogne, d’un monastère cistercien à deux pas du collège, Aubazine, et blotti dans les noyers presque méridionaux du nord du Lot, d’un château mi médiéval, mi Renaissance, la merveille de Montal.

Ce n’était pas là, l’essentiel ; seule comptait la démarche.

On était à – quoi – moins de 80 km de Tulle, et les minots ouvraient le bec devant cet « étranger », l’ailleurs, le différent, tant dans ce qu’on découvrait, que dans les gens qu’on rencontrait, et – première marche du podium absolument incontestée – dans la façon dont on travaillait autrement, cet apprentissage via l’école, du voyage. Copieux, le menu : savoir observer, puis regarder, ne plus mélanger les deux ; décrire, chercher les indices, comparer – un bâtiment roman, par exemple, comment ça marche. Des mots, précis, ni inutilement savants, ni vagues, dessiner cette voûte, l’emporter pour en classe dans deux pincées d’heures, la comparer aux envolées gothiques… savoir ouvrir l’œil en voyageur, et pas comme le matin en mangeant la tartine. Écouter, donc respecter l’exposé de groupes de l’autre classe, ou celui – court et rare – d’un adulte guide. Reconnaître cette musique grégorienne ; rien qu’en fermant les yeux, je l’écoute encore. Se renseigner un peu plus, mais sans être brouillon. Questionner, s’il le faut et faire bon usage de la réponse. Et puis, et puis surtout, aimer, préférer, adôôôrer, comme ils disaient, se laisser prendre par le plaisir du beau, de l’art, et bien sûr argumenter pour en parler aux autres… Voyage plaisir, pas en plus, en même temps. ( c'était un temps où le – en même temps – n'avait pas la signification d'aujourd'hui)... Avoir le silence qu’il faut dans un monument, une église ; savoir et comprendre pourquoi – c’est la première fois que je rentre dans une église, soufflait celle-ci et le roi n’était dans l’affaire pas son cousin… Acheter deux cartes postales pour le cahier, pas n’importe quoi pour n’importe où ; ce qu’on fera des souvenirs engrangés, et s’autoriser un minuscule passe-droit perso – pour ma mémé qui n’a pas voyagé… moins d’1 heure et demi de trajet, mais casanier rimait encore avec notre Corrèze paysanne…

Le clair-obscur de Macron

Ecrit par Martine L. Petauton le 01 juillet 2017. dans France, La une, Politique, Actualité

Le clair-obscur de Macron

Pardon d’y revenir, les urnes sont têtues : 57% d’abstention au soir du second tour des Législatives ; donc c’est une minorité mathématique qui a élu les députés du jour ; l’immensité des bancs « En Marche », comme moins bien éclairés… Certes, en mécanique électorale, seul compte le résultat et le phénomène majoritaire, qu’on ne saurait contester. Mais, en matière de logique gouvernementale, ça pourrait être plus compliqué. D’autant que l’équation a suivi le feuilleton des élections depuis le soir du Premier tour d’avril : Emmanuel Macron virant en tête avec ses quelques 25%, puis – par mécanismes successifs de tri largement par défaut, obtenant son 66% au soir de Mai, et – épisodes 3 et 4 de la saga, relayé par le trot impressionnant des République en Marche, majoritaires, absolument majoritaires sans plus aucun besoin d’appuis, de discussions ni de négociations, ni probablement de conseils – du moins, en l’état des choses. Sur le papier, tout autorise la mise en place du programme Macron/Philippe. Tout, et par n’importe quelle façon institutionnelle, ordonnances comprises, mais…

Depuis l’élection Macron, on vit dans un clair-obscur, celui, magnifique, des Georges de La Tour, que je vous invite à admirer dare-dare, si ce n’est déjà fait. Sous « le feu des projecteurs » avant l’heure – souvent la lumière d’une bougie – un personnage, un objet ; on ne voit que lui, tous ses détails, on ressent ses pensées, on peut en écrire sur celui-là des pages et des pages, mais, autour, derrière, comme moins ou presque pas éclairés, c’est selon, d’autres personnages – pas moins importants, des objets finement peints, par chaque détail, mais demeurés dans l’ombre. On peut s’interroger à l’infini devant le « Nouveau né » du musée de Rennes et non du Louvre, par exemple (n’y voyez aucune allusion perfide) ; cette ombre, cette pleine lumière, pourquoi ici, ou là ?

Dans la situation politique actuelle, c’est beaucoup plus simple à décrypter : la lumière, c’est la victoire d’E. Macron, de « ses » (il les revendique fortement comme les siens) « En Marche », et ce sont aussi ses électeurs emballés, les dits optimistes, ceux qui y croient et portent les bannières. Vous savez quoi, ceux qui vont plutôt bien – cela a déjà été dit partout. Ceux qui ont, non seulement du travail mais un travail choisi et porteur, s’adossent à des familles aidantes, des réseaux ; ceux, jeunes pour beaucoup, bien actifs, pour qui l’entreprise dans son esprit battant, positif donc, et seulement cette facette, est hissée au pavois de tous les lendemains s’apprêtant à chanter… Caricatural ? À peine. Ceux-là peuvent se projeter loin, et accepter un bras de mer un peu bougeant avant que de monter dans le bateau des réussites ; le grand large ne leur fait pas peur, l’étranger ils ont tous pratiqué. Ces Français qui vont bien peuvent s’autoriser à croire qu’ils tireront les autres, par la seule force de leur confiance en eux et en leur monde. Un peu trop de libéralisme ? ils ont les épaules ; un peu beaucoup de non-assistance ? eh bien, s’il le faut ! Le pas tout de suite est dans leurs gènes, et peut probablement se faire le plaisir d’une couleur sacrificielle, en plus.

Mais… dans l’ombre, bien que minutieusement dessinés – en se penchant un peu on voit tout d’eux : les autres. Ceux qui vont visiblement moins bien, qui sont à l’évidence moins solides, qui affichent des blessures mal cicatrisées. Dans ce tas, hétéroclite, des retraités, des gens qui ont besoin d’assistance, des en quête de bonne sécurité sociale, des gens qui ne s’imaginent pas, et pour cause, sans État fort encore providence, des jeunes juste au bord d’un – vague – travail, des moins guillerets en passe de tomber dans le trou noir des séniors au chômage, des… Tant. Le tissu social français dans sa diversité cahin-caha. Divers, diront les réjouis, chaotique diront les inquiets.

Gouvernement : l'oubli possible et regrettable du président Macron

Ecrit par Martine L. Petauton le 01 juillet 2017. dans France, La une, Politique, Littérature

Gouvernement : l'oubli possible et regrettable du président Macron

...Car, quand même, cette Germaine là, avouez qu'elle ferait un bien beau fleuron dans votre troupe mesurée au cordeau de la parité ( et bellement, ma foi) du gouvernement tout frais qui nous arrive... Femme d'abord à la tête haute, portant son identité à la moderne – bien que mariée en bonne et due forme, n'avait-elle pas le toupet de revendiquer son nom d'origine : - « mon nom  : fille de Monsieur Necker ! »  de ce père là, que vous auriez tant aimé quant à vous, Monsieur le Président, accrocher quelque part au milieu des  vôtres, n'est-ce pas ? Femme libre, féministe de bon aloi et comment, tâtant crûment du divorce que lui permettait son ennemi intime, Bonaparte, alignant quelques amants de passage et un ami-amant au long cours ; Benjamin Constant... mais, vous en serez d'accord, votre loi de moralisation de la vie politique s'arrêtera forcément à la vie privée, alors... Femme de partout,  femme que n'arrêtait aucune frontière, un temps par son mariage, Suédoise, galopant les routes d'Europe, entre Allemagne et Italie, de Suisse Lemanesque, d'où, peut-être avant l'Autre, sur ses rochers de Guernesey, elle rêva du pays de France dont elle fut quasi constamment exilée. Allant jusqu'à patauger dans les neiges si lointaines de Russie, grand reporter à sa manière... Voyageuse, et des meilleures, Germaine, disant des pays d'Europe ces mots qui ne peuvent que vous donner des idées à débattre dans les prochains sommets : « les nations doivent se servir de guides les unes aux autres et toutes auraient tort de se priver des lumières qu’elles peuvent mutuellement se prêter… on se trouvera donc bien en tout pays d’accueillir les pensées étrangères, car dans ce genre, l’hospitalité fait la fortune de celui qui reçoit » . Et vous porter à suggérer, vous qui savez apparemment si bien trouver le chemin des autres, que le drapeau étoilé de L'Europe, s'honorerait de son portrait, de sa face, comme on disait à son époque. Enfin, femme politique de premier plan, de tout premier droit, elle qui jamais ne put évidemment voter ou porter sa voix dans les cénacles du pouvoir – autrement, mais cette forte influence en vaut bien d'autres, qu'en osant écrire, et de quelle façon, des lettres et des pamphlets, des romans jamais mièvres, toujours engagés, mais habiles, sachant marquer les bornes à ne pas dépasser ; un peu « juste au milieu » à votre façon, à vous. Aimant  le vent des idées nouvelles dans la Révolution, frissonnant sous ses terribles abus, bien sûr. Elle devrait vous convenir, ni Droite, ni Gauche, à moins que, et... et. Encore monarchiste sur les bords, à l'anglaise, toujours démocrate façon représentative, intellectuelle convoquant à tire d'ailes les Grands Antiques, pas pétroleuse pour deux sous, mais tellement politique. Convenez-en, Monsieur Macron, cette Germaine est cousue pour vous, vos élans, vos fulgurances raisonnables. De là où elle est, elle a – croyez-moi, voté pour vous et elle marche ; mais méfiez-vous, rapidement – c'est une femme , sans vous quitter d'un œil vigilant, critique, quoique probablement, bienveillant !

 

Œuvres, Madame de Staël, La Pléiade, Gallimard, avril 2017, Édition de Catriona Seth avec la collaboration de Valérie Cossy, 1649 pages, 65 € jusqu’au 31/12/17

 

En La Pléiade, enfin, l’œuvre de Germaine de Staël, bien autant pour la femme actrice-arbitre de son temps s’il en fût, que pour sa plume, classique et lumineuse, solide et ambitieuse, comme elle.

Face à la chute des siens

Ecrit par Martine L. Petauton le 24 juin 2017. dans France, La une, Politique

Face à la chute des siens

« Ne vous inquiétez pas, nous sommes immortels… »

Christiane Taubira, mai 2017

 

On va dire « chute » parce que « fin » aurait une sonorité Martin Gray trop grave, et que « mort » – que diantre – n’est pas encore de saison.

Une famille politique – de pensée qui plus est – cela n’a rien à voir avec l’opinion posée au comptoir du coin, le p'tit ballon de blanc dans la main droite ou gauche, ou le « je vote pour » de tout le monde à la table familiale. Il y a de l’engagement, un contrat de confiance mutuelle, des sentiments – et pardi, bien sûr ! – de l’émotionnel à revendre : « - tu te rappelles, ce meeting épatant de Mitterrand dans le Nord, c’était quand au juste ? - bien avant Mai 81, tellement avant les Hauts de France… ». Un cœur qui battait les soirs d’élections, qui pleurait les lendemains qui ne chantaient pas – ce fut souvent. Une vie qui pensait le boulot, le rapport aux gens, le quotidien, de ce côté-là du chemin. Nous étions militants.

 Les idées, les valeurs, la route qu’on fait, de réunion de section en meeting, pour qu’un jour, ces idées, ces valeurs s’incarnent et changent la vie, juste un peu, la nôtre, la vôtre, encore davantage… Des itinéraires personnels ? Vous voulez rire. Des fêtes de famille, celles des roses – la nôtre au bord de l’étang, sous les fleurs douceâtres des châtaigniers de Juillet, valaient tous les Noëls d’antan – Bref, marcher aux côtés de… mes chers voisins d’« En Marche », nous aussi, on savait faire.

Adhérer à un Parti, y travailler, c’est quelque chose qui habite, une peau de plus qui nous définit, nous colore, et bien entendu, nous fait mal (si je n’écrivais pas ça, on me regarderait comme la simplette du coin, ou pire, la sectaire embrigadée). Une culture, à l’évidence, une façon d’être au monde, du plus quotidien : « t’en penses quoi, toi, la socialiste ? »,autre manière de me dire bonjour pendant… ben, oui, des décennies – à l’altitude – au prisme – des plus grands évènements.

Je ne sais si je devrais – un peu faciloche, peut-être – faire dans le : « on ne naît pas socialiste, on le devient ». Mai 68, pour moi, en date de naissance, mais à l’ombre d’une ville ouvrière ; celle de deux très grands du socialisme, les Dormoy, Jean et Marx, dont j’ai souvent parlé ici. Comme une façon d’être et de voir les choses cousues d’avance au pas des sillons familiaux ; d’aucuns diraient presque méchamment ; une théologie, une légende, auxquels je répondrai, une appartenance. Puis des études d’Histoire ; ça aide vraiment ; des copains, des débats, des repas qui n’en finissaient pas… la politique, un langage, une facette du projet de vie. Et le chemin ouvert, de cette génération Mitterrand à laquelle si naturellement on a appartenu, via Pierre Bérégovoy, puis surtout notre François de Corrèze – un bail, une histoire, surtout pas une aventure. Parce que comme en amour, j’en ai connu qui « tâtaient » d’un petit bout de route au PS, comme on pioche deux olives sur la table du buffet froid, puis s’en allaient, pas tellement ailleurs que chez soi, cachés derrière la une de Libé. Faciles, ces moitiés d’engagements, ces drapeaux au fond des poches… facile, lisse, presque économique. Les mêmes que j’entends aujourd’hui glapir en se bouchant le nez : mort, le PS est mort ! Ajoutant en se léchant la babine : on l’enterre demain, viens-tu ?

Beaucoup fréquenté, ces années durant, le hall du PS, plus qu’habité ; vrai ; rafraîchi ? Vous avez raison, pas assez. Nos murs ont salement vieilli – vague odeur de moisissure, les portes ferment mal, tant de choses à réhabiliter, tant, qu’on passe son chemin – qui ne le comprendrait… Et puis peut-être une mode qui a passé ; ce temps où PS rimait avec presque tout n'est plus – du tout – de saison.

[12 3 4 5  >>