Bien cher François,

Ecrit par Lilou le 04 mars 2017. dans France, La une, Politique, Actualité

Bien cher François,

Bien entendu ton discours de Paris confirmant davantage la permanence de l’hiver des Républicains à défaut du printemps qui tarde à leur pointer le bout de son museau. Si j’ai bien tout compris, la parole sera donnée au peuple, surtout pas à la justice. Au fait, étant du peuple qui ira voter, je me permets de te tutoyer, je n’ai pas l’éducation de la bienséance, ni celle des courbettes d’ailleurs, et puis je sais que ça t’énerve aussi. Alors à moi ça me plaît.

Bon, dans ton discours, tu détruis la justice ! Pour son calendrier, si je comprends bien, c’est jamais le bon moment. C’est vrai qu’avec la somme astronomique des mandats que toi et tes collègues vous vous coltinez dans votre besace à géométrie invariable, vous avez toujours qui traîne soit une élection, soit une primaire, soit un conseil d’administration, soit un dîner de ceci ou de cela, soit un discours à la Castro, soit un comité de pilotage, soit un comité directeur, soit un bridge en famille. Y en a qui disent tous les soirs qu’elles ont mal à la tête, y en a d’autres, comme toi, qui disent tout le temps que c’est pas le moment. C’est certain que dans ce cadre-là aussi, le calendrier de la justice tamponne toujours tes autres calendriers et que même je sais pas comment tu fais pour faire tant de trucs à la fois aussi intelligents. Au fait, la dernière fois que j’ai fêté mon anniversaire, j’ai pris une prune pour excès de vitesse ! La gendarmette, à qui j’ai imploré la clémence eu égard à ce jour si spécial, doit encore en rire… François, c’est jamais le moment quand on se fait prendre les doigts dans le pot de confiture. Tu es né vieux ? Tu n’as jamais été enfant ?

A propos du calendrier de la justice, j’ai pas compris que tu critiques sa vitesse de la lumière, toi qui pour Sarko l’ancien voulais accélérer les procédures et te plaignais sans cesse de son temps démesurément long ! Faudrait savoir !!! C’est jamais le bon timing pour toi, soit c’est trop long, soit c’est trop rapide ! Je crois avoir entendu exploser de rigolade Nicolas sur le coup de 12h30 quand t’en as presque parlé du temps judiciaire. Dirais-tu qu’en ce moment la justice se comporte comme un éjaculateur précoce que ça m’étonnerait pas et qu’à toi ça te plaît pas ! T’as jamais entendu parler de la séparation des pouvoirs qui fait que tu t’émoustilles dans un monde séparé du monde judiciaire ? Bon, je te comprends aussi, toute la famille de Sablé aux prises avec des arpenteurs de bonnes mœurs du travail et de la loi, ça gonfle un peu ta taulière quand même. Et pis t’aurais pu dire plutôt ce que tu en penses vraiment de la justice ! Et que de cette pensée savamment cultivée le long de tes usages, y a plutôt des gens qui ne devraient pas devoir être obligés de passer devant des hermines pas rigolotes parce qu’elle te regardent comme si tu leur devais de l’argent. Des comptes plutôt, et au nom de la loi en plus…

Mais bon, ça fait un peu lourdingue tes explications parce que si c’est tout à fait légal que d’utiliser le flouze de l’assemblée Nationale pour payer tes petites mains pour tous tes milliards de boulots, ça fait quand même cher le bulletin de salaire pour sa Pénélope (même quand on s’appelle pas Ulysse) et ses chérubins. Surtout quand on dit que dans ta France de demain, faudra que tout le monde fasse des efforts… Au fait François, où t’as donc mis le grisbi ? Parce que 1 million d’euros de salaire pour Madame, probablement autant pour toi, mille dieux que ça t’en fait une de cagnotte ! T’es sûr que tu as tout planqué sous ton matelas de Sablé (sur Sarthe hein, pas de Nançay malheureusement…). T’es sûr que t’as pas du cousinage avec Le Cahuzac quand même… ? Nous, quand on vit tout en bas de l’échelle, on se dit que quand on va exploser le loto et qu’on va repartir avec 1 million d’€ en pogne, on va pouvoir vivre toute une vie confortablement installés sur ce matelas. J’arrive pas à imaginer de pouvoir dépenser tout ça en une quinzaine d’années ! Avec ta leçon de pouvoir le faire dans ce temps-là, on voit quand on en a du fric, ça part aussi vite qu’une convocation chez les juges. Autant rester pauvres alors ! Et riches de plein d’autres trucs.

Et pis dans ton discours, y a un autre truc que j’ai pas compris : t’es mort ? Tu parles d’un assassinat politique ! Pas compris ton constat ! Un mort qui parle !!! A-t-on déjà entendu un Robert Boulin, un François De Broglie ou un Alexandre Stavisky s’exprimer aussi fermement que toi au sujet d’assassinat politique ? Je crois pas ou alors France info n’en a pas parlé ! Là aussi François tu déconnes, déjà que tu avais été étonnant la semaine dernière avec tes histoires de guerre civile et tout et tout ! Tu déconnes avec tes mots utilisés à la place d’autres pour un dessein pas hyper clair à moins qu’il ne consiste avant tout à prendre les électeurs français pour des truffes et nullards acharnés ! En fait t’es pas mort, tu nous charries. Ou alors t’es redescendu si vite de là-haut grâce au coup de pied au cul de mongénéral (un vrai gaulliste que celui-là qui manifestement te veut pas) que t’as pas fini de récupérer tous tes esprits et que t’as pas compris que tu étais encore dans le monde des vivants et que tu en racontes n’importe quoi…

En fait François, tu nous gonfles à t’accrocher comme ça et à entraîner derrière toi tout ton camp où les ulcères seront bientôt plus nombreux que les bulletins de vote d’avril (faudrait pas que tu crois qu’il y aura un mois de mai, on assistera plutôt à une fin façon Tarantino !!!). Tu nous gonfles parce que tu interdis le débat politique réduit aux acquêts plus que paresseux de sa peopolisation pour ne pas dire de sa pénélopolisation. Tu nous gonfles parce que tu nous as déçus avec tes airs de Cahuzac mais tes manières de Jérôme. Bref, tu nous as déçus, tu le cristalliseras, parce que des gens comme toi, on n’en veut plus. Faudrait que tu le comprennes comme faudrait que tu avales qu’en France, le suffrage censitaire est  aboli, comme les justices nobiliaires du reste.

François, rentre à Sablé.

  • Lu: 1650
  • Tous les articles de: Lilou

A propos de l'auteur

Lilou

grand voyageur, arpenteur du monde, donc découvreur.

 

Professeur d'histoire géographie, donc, passeur.

Commentaires (1)

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    04 mars 2017 à 13:04 |
    Je persiste à penser que, d’un point de vue strictement juridique, l’incrimination de détournement de fonds publics (il y en a d’autres qui pèsent sur Fillon) ne tient pas. C’est, en effet, l’affectation des fonds au paiement ou non d’un collaborateur, et non la qualité – ou l’absence de qualité – du travail fourni par ledit collaborateur qui détermine le délit. Mais le droit ne se confond pas avec la morale, ni avec la psychologie, ni et, encore moins, avec la politique. Fillon est politiquement grillé. Sa tentative – désespérée – de susciter une manifestation du type de celle du 30 mai 68 (laquelle sauva un pouvoir gaulliste en pleine décomposition), que d’aucuns considèrent comme factieuse, apparaît par avance condamnée à l’échec : l’opinion le présume coupable et surtout ne lui pardonne pas son dédit, son refus d’honorer sa promesse de retrait en cas de mise en examen. La mauvaise foi, aggravant la malhonnêteté supposée, constitue un mélange détonant…et fatal.

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.