Encore un été sans la plage

Ecrit par Sabine Aussenac le 17 août 2013. dans La une, Ecrits

Encore un été sans la plage

Encore un été sans la plage

Sans cigales et sans tournesols

Sans l’odeur du grand large

Et sans ombrage de parasols

 

Encore un été sans ce sable

Tendre fin et si doux

Sans rires joyeux et grandes tables

Sans cousinades et guilledoux

 

Encore un été sans Provence

Sans lavandes et sans froufrous

Sans marché à Saint-Paul de Vence

Sans festival au Puy du Fou

 

Encore un été sans valises

Faites et défaites gaiement

Sans robes légères insoumises

Sans regards brûlants des amants

 

Encore un été sans sourires

Sans ribambelles d’enfants

Sans monopoly sans fous rires

Sans prendre la clef des champs

 

Encore un été sans cerises

Sans courses folles en plein vent

Sans sursauts et sans surprises

Sans le parfum de l’Autan

 

Encore un été sans amis

Qui partageraient pâtes fraîches et rosé

Mozzarella salade de riz

Et plongeraient dans mon décolleté

 

Encore un été sans Paris

Sans arpenter les Champs

Sans bateau-mouche café hors de prix

Sans Notre-Dame et touristes priant

 

Encore un été sans toi

Qui conduirais sur cette petite route

Qui me guiderais dans l’étroit

Passage de mes doutes

Qui tiendrais fermement ma main

Tout en haut de la falaise

Qui me montrerais Etretat

Et aimerais même mes fadaises

Qui découvrirais mes Cathares

En escaladant Montségur

Qui rirais de vieilles tares

Et me ferais sentir sécure

 

Encore un été sans nous

Nous baignant nus sous la cascade

Et riant comme jeunes fous

Au gré des vents et cavalcades

 

Encore un été solitaire

Passé à faire et à défaire

A mettre petite vie en terre

En trébuchant sur lourdes pierres

 

Encore un été nomade

De juive errante dont seule patrie

Sera décidément aubade

A propos de l'auteur

Sabine Aussenac

Rédactrice

Née en 1961, Sabine Aussenac est un professeur et écrivain français.

Auteur de romans, de nouvelles et de poèmes plusieurs fois primés, elle s'attache aussi à faire connaître et aimer la poésie en dehors des sentiers battus de la modernité, sa langue étant proche de celle des auteurs du dix-neuvième siècle. Elle combat le minimalisme des formes actuelles et l’intelligentsia des revues et des grandes maisons d'édition, les premières n'acceptant qu'une certaine forme de poésie, les secondes ne publiant que des auteurs disparus. Son crédo est que les Français sont de grands lecteurs et auteurs de poésie - on le voit à l'implosion des blogs et forums consacrés à cette forme de littérature - mais que l'édition demeure un terrain réservé. Elle en appelle à une poésie vivante et libérée des diktats littéraires et éditoriaux.

 

(Source Wikipédia)

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.