Il ferait bon en Ars en Ré...

Ecrit par Sabine Aussenac le 14 septembre 2013. dans La une, Ecrits

Il ferait bon en Ars en Ré...

A jeun perdue glacée

Toute seule sans un sou

Une jeune femme de 48 ans

Immobile debout

Place du Capitole

A midi le quinze août…

 

Il ferait bon en Ars en Ré

Malgré les vagues papier glacé

Sous le auvent aux roses trémières

Mes mains seraient de dentelière

Pour les caresses toutes ensablées

Dans les pinèdes de Trousse-Chemise

Mon caramel au beurre salé

Et nos amours soudain permises

 

A jeun perdue glacée

Toute seule sans un sou

Une jeune femme de 48 ans

Immobile debout

Place du Capitole

A midi le quinze août…

 

Tu m’a montré la Tour Eiffel

Comme on me chante ritournelle

Je suis Edith et Arletty

Nous sommes Enfants du paradis

Tu vas me peindre en Butte Montmartre

Notre bohème se fait la belle

Jamais été ne fut plus faste

Au soleil fou Paris s’éveille

 

A jeun perdue glacée

Toute seule sans un sou

Une jeune femme de 48 ans

Immobile debout

Place du Capitole

A midi le quinze août…

 

En ta Provence illuminée

Mille cigales crient vers l’été

Lavandes ondulent comme bohémienne

Je suis Carmen et l’Arlésienne

Tes mains rugueuses se font si tendres

Je suis Manon tu es ma source

Jean des collines tu sais me prendre

La nuit sourit en sa Grande Ourse

 

A jeun perdue glacée

Toute seule sans un sou

Une jeune femme de 48 ans

Immobile debout

Place du Capitole

A midi le quinze août…

A propos de l'auteur

Sabine Aussenac

Rédactrice

Née en 1961, Sabine Aussenac est un professeur et écrivain français.

Auteur de romans, de nouvelles et de poèmes plusieurs fois primés, elle s'attache aussi à faire connaître et aimer la poésie en dehors des sentiers battus de la modernité, sa langue étant proche de celle des auteurs du dix-neuvième siècle. Elle combat le minimalisme des formes actuelles et l’intelligentsia des revues et des grandes maisons d'édition, les premières n'acceptant qu'une certaine forme de poésie, les secondes ne publiant que des auteurs disparus. Son crédo est que les Français sont de grands lecteurs et auteurs de poésie - on le voit à l'implosion des blogs et forums consacrés à cette forme de littérature - mais que l'édition demeure un terrain réservé. Elle en appelle à une poésie vivante et libérée des diktats littéraires et éditoriaux.

 

(Source Wikipédia)

Commentaires (3)

  • Guémar

    Guémar

    22 septembre 2013 à 19:46 |
    Chaleureux remerciements :-)

    Répondre

  • Guémar

    Guémar

    22 septembre 2013 à 18:35 |
    Qu'il est bon de retrouver ce poème de Sabine Aussenac, "il ferait bon en Ars en Ré...", une partition fiévreuse d'une musique dès sa mise en route qui colle à la peau dès la première note jouée ou rêvée ensemble - ou en solitaire -... en chantant "blonde et brune ma belle ma Loreleï" ...

    Répondre

  • Guémar

    Guémar

    16 septembre 2013 à 13:16 |
    Très beau poème!

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.