Pourquoi les femmes (nouvelle)

Ecrit par Daniel Leduc le 14 mars 2011. dans Ecrits, La une, Société

Pourquoi les femmes (nouvelle)

Peut-être parce qu’elles sont de l’eau et de la terre. Qu’elles étanchent la soif. Qu’elles nous font tenir droit. Que leur nom ressemble à une flamme.

— C’est en lisant Colette que j’ai mieux compris les femmes. En entendant sa voix rouler les r. Sa liberté de ton, d’amour et d’autre chose. Son regard sur le jour qui pointe, sur la nuit qui descend… Elle fait partie de toutes les époques. C’est comme une vague, Colette. Une vague.

Frédéric se parlait à lui-même tout en feuilletant son journal.


20 décembre 1974

L’événement est d’importance. C’est aujourd’hui que l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif à l’interruption de grossesse. L’avortement n’est plus illégal en France.  Tant de honte, de souffrances vont s’estomper, sinon disparaître. Je me sens solidaire de toutes ces femmes que la société, trop souvent juge, au lieu d’épauler… En ce jour, c’est une belle victoire ; la liberté chemine…

 

22 décembre

Ce matin j’ai aperçu Solange à la terrasse d’un café. Elle était seule, ou paraissait seule ; enfin, je ne sais pas. C’est comme ça que je voudrais qu’elle soit : seule.


23 décembre

Vacances de Noël depuis deux jours. Je ne reverrai Solange qu’à la rentrée.


6 janvier 1975

Bientôt j’aurai seize ans. L’âge des cris dans la tête. Des murmures entre les lèvres.

Jour de la rentrée. Le lycée me manquait, non : Solange. Elle me manque toujours, même quand je suis près d’elle. Je voudrais la tenir dans mes bras, l’embrasser sur les cheveux, lui caresser la bouche, étreindre ses seins. Elle, elle ne veut rien. Rien de moi. Elle ne me connaît pas. Semble-t-il.


7 janvier

Solange m’a regardé. Peut-être m’a-t-elle souri… Je crois. Cela voudrait-il dire ?


8 janvier

Je ne connais pas les femmes. Je n’en ai ni senties ni tenues contre moi.

Comment fait-on pour faire l’amour ? Est-ce que ça se façonne, ça se fabrique, l’amour ? Et cela s’espère-t-il, comme on peut faire un vœu ?

Au fond, je n’en sais rien. J’ai seize ans, et je suis puceau comme une vierge !


9 janvier

Je me suis approché d’elle. Lui ai dit : « tu sens bon ». Suis parti avant qu’elle ne réponde.


10 janvier

J’ai fait comme si de rien n’était. Elle m’a souri, j’en suis sûr.


11 janvier

Elle n’a pas cours le samedi. Son absence est un abîme.


12 janvier

Je déteste les dimanches. Tous, ils sont pluvieux. Même lorsqu’il fait beau.


13 janvier

Lundi : tout recommence.

Solange.

Solange.

Solange.


14 janvier

Cette fois-ci, tout est possible. Elle m’a fait remettre un mot par sa copine : « Attends-moi au café d’en face mercredi soir ».

J’ai tremblé comme une pluie.


15 janvier

Je sèche les cours. Je ne tiens plus en place. Trop énervé ! J’ai l’impression d’éparpiller mon être. Se reprendre, il le faut. Ce soir : vivre ou survivre.

Dans le café j’ai attendu, longtemps. J’ai cru que le temps n’existait pas. Mais il existe. Elle est entrée, bientôt.

Elle s’est assise sans dire un mot. Puis : « Je voudrais que tu m’aimes. ».  J’ai pensé ne pas comprendre. Mais elle a répété « Je voudrais que tu m’aimes. ». Alors je n’ai su que lui serrer la main — jusqu’à faire mal peut-être (mes lèvres tressautaient). « C’est la réponse que j’espérais » me souffla-t-elle, en saisissant mon autre main. À présent, nous nous tenions — inséparables.


16 janvier

Elle fait partie de moi.


17 janvier

La loi sur l’IVG vient d’être complétée. Les amendes et peines de prison que prévoyait la loi en cas d’avortement ne sont plus applicables. Une fois de plus, le rôle de Simone Veil, ministre de la Santé, a été déterminant. La liberté progresse.


18 janvier

Depuis plusieurs mois je lis Colette. Il me semble que je comprends mieux les femmes. Dans leur complexité. Palpable.


Daniel Leduc

A propos de l'auteur

Daniel Leduc

Daniel Leduc

Rédacteur

Écrivain et poète, Daniel Leduc a suivi des études supérieures de cinématographie et a exercé des activités de critique et chroniqueur littéraire, artistique, musical ou cinématographique. A son actif s'inscrivent une trentaine d’œuvres publiées dans les domaines de la poésie, de la nouvelle, de la littérature jeunesse. Parmi celles-ci on peut citer L’Homme séculaire (Prix René Lyr), La Respiration du monde, Territoire du poème, Le Livre des Tempêtes, Le Livre des Nomades, Le Livre de l’Ensoleillement, Partage de la Parole, Aux Fils du Temps (nouvelles), Pierre de Lune (jeunesse), L’Homme qui regardait la nuit (jeunesse), Le miroir de l’eau (jeunesse), La terre danse avec toi (jeunesse). Ses textes, traduits dans une quinzaine de langues, figurent dans de nombreuses anthologies françaises ou étrangères. Pour plus d’informations on peut se reporter à l’encyclopédie Wikipédia.

 

Commentaires (1)

  • Guerrier Elisabeth

    Guerrier Elisabeth

    14 mars 2011 à 18:34 |
    Merci de mettre à nu Colette, à travers votre héros pubère qui cherche la femme.
    Elle a semble-t il moins que son dû en tant qu'écrivaine et aventurière de l'amour et des matières.
    Elle écrit avec une brillance de joaillère.
    Et tous ses textes respirent, c'est à dire font travailler les sens, tous.

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.