Rendez-vous au ciel

Ecrit par Mélisande le 03 octobre 2017. dans La une, Ecrits

Rendez-vous au ciel

Il existe un endroit où nul n’aura crainte d’être mal reçu ou pas désiré.

C’est une porte, que chacun devra franchir, quoi qu’il advienne dans sa vie terrestre, qu’il soit nu ou vêtu d’habits dorés, que les femmes soient aimées comme des princesses régnant sans rivales par la grâce d’un dieu séduit, délaissant ceux qui lui sont fidèles, semant par là-même le plus grand doute par rapport à l’amour terrestre et céleste. Où qu’elles soient vouées au plus aride des déserts, bref, il existe un passage qui rétablira sans révolution une égalité absolue entre tous : c’est la mort. Le grand silence dans l’infini, et ceux qui n’ont rien vont faire sans trop de tremblements le déménagement terre-ciel, en désirant ardemment que le voyage soit plus heureux. Les autres vont rechigner, pleurer, s’accrocher mais il faudra quand même y aller prêts, pas prêts, mains jointes ou poing levé, amour ici-bas, ou silence pesant sur toute la ligne de vie, solitude âpre, ou cœur comblé par les affres de désir de l’autre, qui comme un souffle puissant et chaud a permis à la vie et à l’espoir de perdurer : comme lorsque des mains puissantes vous extirpent entre tous, et vous insufflent la légèreté bénie d’une dualité enfin réunie et non plus blessée la bienheureuse unité éprouvée par certains, à même la terre.

Cette ingratitude des dieux dès la naissance, cette disproportion entre ceux qui sont quelqu’un et ceux qui sont transparents pour autrui, laissent dans les cœurs une sombre amertume : qui peut accepter de côtoyer une telle injustice ? Qui peut l’appréhender dans toute sa profondeur et rester calme et serein devant un tel gouffre ? Penser un seul instant qu’une grande Intelligence est de toute façon à l’œuvre, et que tout est, de toute éternité, malgré les inégalités devant le bonheur ? Sans doute faut-il pour cela se pencher en hauteur vers le ciel et le questionner sans tarder, y déceler un probable grand mystère aspirant le pauvre hère qui hoquète un destin mal digéré, ciel qui semble dans son majestueux silence nous prier, justement, de faire silence.

J’ai beau me dire que je pourrais mourir demain et qu’il faudrait mesurer à chaque heure, la profondeur infinie de la joie et du miracle absolu de la vie, j’ai beau sentir et savoir tout cela, je gâche, je gâche je gâche. Je vais rarement à l’essentiel dès le réveil, et j’ai toujours l’impression d’un voyage à répétition dans les mêmes lieux, portes ouvertes puis fermées sur des désirs qui s’essoufflent, exil profond, étrangère à ce monde où chaque être me semble comme moi un îlot perdu dans l’immensité du temps, aux mains ouvertes sur un néant froid, cœur battant battu des vents, psalmodiant sans fin la belle phrase d’Apollinaire : « Comme la vie est lente et comme l’espérance est violente ! »

Mais l’amour est plus fort, il irradie la terre malgré sa jalousie tellurique, il la transperce et lui fait abjurer tous ses doutes. Dès qu’elle le voit, son cœur bat à tout rompre et c’est la vie au plus intime du feu qu’elle lui souhaite, à lui son Amour de tout temps devant l’Eternel, qu’elle passe sa vie à détruire et qu’elle ne voudrait que pour elle seule.

Mais il échappe, c’est ce qui fait son esseité.

A propos de l'auteur

Mélisande

Rédactrice

Commentaires (1)

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    04 octobre 2017 à 14:04 |
    Relisez donc, Mélisande, l’ouvrage de Plutarque sur « Les délais de la justice divine ». Oui, pourquoi l’inégalité ? Pourquoi certain(e)s sont-ils/elles aimé(e)s et entouré(e)s, et d’autres seul(e)s amer(e)s ? Pour le croyant – comme pour l’athée – il n’y a pas de réponse, si ce n’est celle que Dieu fait à Job qui L’invective (Job 38,4-7) : « Où étais-tu quand je jetais les fondations de la terre? Dis-le, si tu as de l'intelligence. Qui en a réglé les mesures, si tu le sais, ou qui a étendu le niveau sur elle? Sur quoi en a-t-on fait plonger les bases, ou qui en a posé la pierre angulaire, quand les étoiles du matin poussaient ensemble des cris de joie, et les fils de Dieu, des acclamations? ».
    Quant à la fameuse « porte » que nous tous franchirons, ne soyez pas trop pressée. Nul ne sait ce qui ne trouve – ou ne se trouve pas – au-delà. Il n’existe aucune certitude objective, rien que des convictions positives ou négatives…
    Pour finir et sur thème du « rendez-vous », réécoutez – je vous y invite - ce vieux tube, que sûrement vous connaissez déjà : https://www.youtube.com/watch?v=b4wxmaNDuSo

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.