Evoluer en bonne "intelligence"

Ecrit par Luc Sénécal le 20 octobre 2012. dans La une, Actualité, Société

Evoluer en bonne

Ici en France ou ailleurs en Europe, tant que le citoyen lambda pourra profiter de la manne que procure le système de production des « petits pains », ça ira. Mais à partir du moment où il sera touché de plein fouet par les restrictions, le chômage, l’humiliation de se sentir inutile, oublié, trompé, sans compter celle de ne pouvoir subvenir aux besoins des siens, alors on peut s’attendre à des troubles sociaux de grande ampleur.

Nous n’allons certes pas « changer » le monde. Cela ne se fera que par l’opposition de forces armées, la violence, la haine, la souffrance, l’injustice des règlements de compte aveugles.

Nous avons un monde qui évolue et évolue tellement vite que nous avons la sensation de ne plus maîtriser ce dont nous devrions être responsables. Ce n’est pas par le constat de notre culpabilité que l’on pourra faire pression pour que nous puissions reprendre en main un avenir fortement compromis. Cela conduirait à perdre du temps à chercher des coupables, à se lamenter, à s’observer les uns et les autres pour favoriser une délation odieuse et manipulable, comme on l’a vu maintes et maintes fois en d’autres circonstances.

Non. Je crois que la première étape est de prendre conscience de l’existant. D’essayer de comprendre l’ensemble d’une problématique et sa complexité. De ne pas prétendre détenir une vérité qui ne serait que partielle et partisane. Mais plutôt de pénétrer dans les arcanes du système pour toucher au plus profond de l’humain celles et ceux qui, aveugles et sourds, continuent à poursuivre à fond de train une route qui nous conduit dans le mur.

N’oubliez pas qu’eux aussi y vont. Et ils ou elles sont des hommes et des femmes avec leur foyer, leurs familles, leurs enfants etc… C’est là qu’ils ou elles peuvent se réveiller avant de tomber de haut. De très haut. L’homogénéité de la haute finance n’existe pas, d’autant qu’elle pratique en son sein une guerre économique féroce. Là se trouve peut-être le levier qui pourrait permettre de prendre un virage indispensable avant que tout ne prenne une dimension incontrôlable.

Nous possédons des moyens de nous détruire que jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’avons possédés. Aussi je crois pouvoir dire qu’à la fin de ce vingt et unième siècle, l’humanité sera ou ne sera plus. Elle aura su évoluer vers plus d’« intelligence », à commencer celle qui consiste à savoir se comprendre, s’apprécier et se respecter quelles que soient les différences. Ou elle sera retombée dans ses pires travers. Et la planète passera à autre chose. Elle, elle en a les moyens.

 

Luc Sénécal

A propos de l'auteur

Luc Sénécal

Rédacteur

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.