L’œil de Claude : En noir et blanc... le mélange des genres

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 13 décembre 2014. dans La une, Actualité

L’œil de Claude : En noir et blanc... le mélange des genres

Ils s’appelaient Michael Brown, Eric Garner, Tamir Rice, et portaient, comme une étoile jaune, la même couleur de peau. Non armés, ils avaient été pris pour cible par des policiers blancs qui, pour la plupart, ont bénéficié de non-lieux !

Malgré la gravité des événements et leur impact sur les populations concernées, peut-on évoquer ici le retour de certains vieux démons de l’Amérique profonde et l’apparition d’une nouvelle forme de « haine raciale » ? Dans un pays qui, à deux reprises, a voté pour une présidence noire, et dont le ministre de la Justice est lui-même un homme de couleur, cela me semble exagéré, même si une réforme des instances policières s’avère nécessaire… Bien sûr, çà et là, subsistent des îlots de résistance, prêts à (re)mettre le feu aux poudres, mais cela relève plutôt du domaine de la politique et de l’un de ses corollaires, le mécontentement social !

Le 10 décembre 1964, il y a tout juste 50 ans, Martin Luther King, qui s’est battu toute sa vie durant pour les droits civiques des Noirs, obtenait, à 35 ans, le Prix Nobel de la Paix. 45 ans plus tard – le 9 octobre 2009 –, Barack Obama recevait la même distinction… Le 4 avril 1968, le « bon pasteur » fut assassiné à Memphis, trois ans après Malcolm X… Ce serait tout de même injuste, voire inimaginable, que ces deux grandes figures de la lutte pour les droits de l’homme soient mortes pour rien, comme tant d’autres militants de la cause noire !

 

Mélange des genres

 

Pouvoir législatif, pouvoir exécutif, pouvoir ou autorité judiciaire… Depuis quelque temps déjà, on a l’impression que la séparation des pouvoirs a rejoint le magasin des antiquités, tant « L’Esprit des Lois » s’est mis en congé de la République !

Personne n’a oublié que l’ex-chef de l’Etat, qui vient d’être élu à la présidence de l’UMP, est loin d’en avoir fini avec la justice, véritable épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Qu’à cela ne tienne ! Pour le moment, ignorant superbement le glaive et la balance, il appelle de ses vœux un nouveau parti où régnerait « l’entente cordiale »… Tout sourire, et la démarche assurée, il s’est mis à consulter tous azimuts, en gardant, bien sûr, l’œil rivé sur la primaire de 2016 et l’élection présidentielle, l’année suivante !

Désireux avant tout de se refaire une santé, sur les plans personnel et politique, il a, pour solde de tout compte, versé un gros chèque à l’UMP, équivalant aux pénalités que le parti avait d’abord versées à sa place, lorsque furent rejetés ses comptes de campagne en 2012… Geste théâtral ou signe précurseur d’un changement profond ? Difficile de répondre… En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’avec Nicolas Sarkozy, le « transformisme » a encore de beaux jours devant lui !

A propos de l'auteur

Claude Gisselbrecht

Claude Gisselbrecht

Rédacteur

Professeur de Lettres

A collaboré au quotidien régional " Le Républicain Lorrain " ( critique littéraire et responsable de rubrique ).

A signé de nombreux " papiers " dans la rubrique " Courrier des Lecteurs " de plusieurs journaux et magazines ( " Le Monde ", " Marianne ", " Le Nouvel Observateur ", ...), et des chroniques sur LeMonde.fr.

Commentaires (1)

  • Sabine Vaillant

    Sabine Vaillant

    14 décembre 2014 à 21:15 |
    Un peu indécent et tardif ce gros chèque...
    Sabine V.

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.