Reflets de la semaine (118)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 02 juin 2012. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (118)

 

 

Les mots en " -isme " refleurissent, çà et là, crise oblige. Racisme, antisémitisme, populisme, nationalisme, extrémisme, la liste est longue ! " Les âmes vides sont attirées par les opinions extrémistes ", disait William Butler Yeats, poète et dramaturge irlandais, prix Nobel de littérature en 1923. En Europe, les " âmes vides " seraient légion, en Finlande, aux Pays-Bas, en Grèce, en Autriche, et ailleurs ! Que penser de ce phénomène régressif ? Que les peurs et les préjugés ont la vie dure et continuent de polluer les consciences. A l'heure de la mondialisation et du multiculturalisme, de telles dérives, ne l'oublions pas, sont " filles légitimes " de la démocratie, qui ne pensent qu'à s'émanciper ! Dans " L'Esprit des lois ", Montesquieu écrit : " Il ne faut point mener les hommes par les voies extrêmes " ... Puisse la " recommandation " du philosophe des Lumières devenir le credo politique de l'Union européenne, qui a tant besoin de se reconstruire, mais sur des bases solides et saines !

 

Sans parti pris, le président français a plutôt bien réussi son examen de passage sur la scène internationale. A Berlin, d'abord, où un pas de deux improvisé avec Angela Merkel en a rassuré plus d'un sur la " solidité " du couple franco-allemand, aux Etats-Unis, ensuite, où le chef de l'Etat a fait preuve, à la fois, de clairvoyance et de détermination. Assurément, le courant est bien passé entre un Barack Obama bienveillant et un François Hollande attentif, encore tout étonné de jouer dans la cour des grands. Le président américain, tout sourire, lui a dit en substance - que Charles Baudelaire me pardonne - : "Amérique, toujours tu chériras la France ! " Message reçu, de part et d'autre de l'Atlantique ... Au retour, le président de la République s'est rendu à Bruxelles pour son premier sommet européen, au cours duquel il a tenté, une nouvelle fois, de convaincre la chancelière du bien-fondé d'une politique de relance. Le couple " Homer ", tout le monde en convient, est " condamné " à bien s'entendre, pour lui-même, bien sûr, mais aussi pour ses " enfants ", dont certains sont particulièrement turbulents et flirtent avec la dissidence ... Enfin, ce fut l'Afghanistan, pour évoquer le rapatriement progressif des troupes françaises ... Comme disait Homère, dans " L'Odyssée " : " L'audace vaut mieux en toute affaire quand on veut réussir, surtout à l'étranger. "

 

Amour " a obtenu la Palme d'or à Cannes. Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant sont deux passagers de " La Vieillesse ", mais, ici, elle n'est pas forcément un naufrage. Hymne à l'amour, encore plus " consistant ", plus fort, lorsque le poids des ans s'en mêle ... Quant aux nombreuses autres "starlettes " de la Croisette, arborant belles robes et grands sourires, elles ont sans doute réussi, après moult répétitions, à monter les marches du Palais des festivals, mais celles du podium leur sont restées "interdites ", le plus souvent. Car une " starisation ", de plus en plus précoce, pas toujours justifiée, continue de nuire à l'ensemble de la profession ... Alors, que reste-t-il d'un cinéma, dont on a extirpé, à maintes reprises, la " substantifique moelle " ?

 

Claude Gisselbrecht

 

Pas de "Reflets de la semaine" la semaine prochaine. Au 16 juin donc ! C. G.


A propos de l'auteur

Claude Gisselbrecht

Claude Gisselbrecht

Rédacteur

Professeur de Lettres

A collaboré au quotidien régional " Le Républicain Lorrain " ( critique littéraire et responsable de rubrique ).

A signé de nombreux " papiers " dans la rubrique " Courrier des Lecteurs " de plusieurs journaux et magazines ( " Le Monde ", " Marianne ", " Le Nouvel Observateur ", ...), et des chroniques sur LeMonde.fr.

Commentaires (2)

  • Vaillant Sabine

    Vaillant Sabine

    03 juin 2012 à 20:34 |
    Merci pour ces nouvelles du monde, de notre micrococosme... et les paroles de Montesquieu!
    Sabine

    Répondre

  • Martine L

    Martine L

    02 juin 2012 à 16:30 |
    merci encore, Cher Claude, pour ces rituels " reflets" dont nous ne saurions à présent nous passer ! vous faites bien de souligner toutes ces - plus que nouveautés, différences - qui caractérisent sans fracas les débuts de notre gouvernement : on a l'impression d'avoir déménagé, changé de quartier ; les vues sont autres, c'est plus calme ; on va peut-être acheter !

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.