Reflets de la semaine (147)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 15 mars 2013. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (147)

Le « Comandante » sera finalement embaumé, comme le furent, excusez du peu, Lénine et Mao. Egyptiens et Incas, entre autres, étaient passés maîtres dans l’art de la momification, réservée, rappelons-le, aux monarques et aux hauts dignitaires du royaume… Hugo Chavez endossera donc l’habit du « nouvel immortel » et fera ainsi perdurer le culte de la personnalité, pour bons et loyaux services rendus à ses concitoyens, surtout les plus démunis. Mais, lorsqu’on y regarde de plus près, le bilan du président, après un peu plus de 14 années de règne, est somme toute assez mitigé, et la violence et la corruption, toujours souveraines. Vu d’Europe, ce fossé entre la réalité et l’érection de la « Statue du Commandeur » ferait plutôt penser à une superproduction où les coups d’Etat – et d’éclat – se succéderaient à la vitesse grand V… Comme Venezuela !

 

Les Femen, « révolutionnaires professionnelles », comme elles le prétendent, se servent de leur plastique, souvent avantageuse, pour lutter contre le patriarcat, symbolisé, notamment, par les régimes dictatoriaux, la prostitution et l’ingérence de l’Eglise dans la vie des femmes. Récemment, on s’en souvient, elles ont envahi Notre-Dame, provoquant un véritable séisme parmi les fidèles et le personnel politique. Parti d’Ukraine, le mouvement, loin de faire l’unanimité, même chez les féministes, a peu à peu gagné la France et s’est étendu à d’autres pays… Trop « voyantes », trop « crazy », les Femen, certes, attirent le regard, à grand renfort de « calicorps », mais le côté « spectacle » de leurs interventions nuit à leur crédibilité. Et ce n’est pas en accumulant les « coups médiatiques », parfois obscènes, que la cause qu’elles défendent, à savoir l’égalité femmes-hommes, trouvera un écho favorable. Comme il avait raison, Talleyrand, lorsqu’il disait que « Tout ce qui est excessif est insignifiant » ! Comme chacun sait, la solution est avant tout politique et aura pour conséquence un changement sociétal qui s’inscrira dans la durée et le respect mutuel.

 

Où l’on reparle de Nicolas Sarkozy… Reviendra, reviendra pas ? Quelles que soient ses intentions, ses fans commencent à piaffer d’impatience et souhaitent ardemment qu’il se représente en 2017. L’intéressé a lui-même déclaré récemment qu’il se sentait « obligé d’y aller », au cas où, « par devoir, parce qu’il s’agit de la France » ! Un discours qui n’est pas sans rappeler celui d’un personnage illustre qu’on était allé chercher dans sa « tanière », car la situation politique du moment l’exigeait… Mais, en toute bonne foi, reconnaissons que les deux hommes n’ont pas exactement la même stature !

 

Mars, « mois du blanc »… La neige, bien sûr, et la fumée du Vatican, annonçant l’élection du pape François, l’archevêque de Buenos Aires. Une curiosité dans le paysage de l’Eglise ! Sur la planète rouge, « Curiosity » vient de faire une importante découverte en forant le sol martien : la présence d’argile à l’intérieur d’une roche apporterait la preuve de l’existence de micro-organismes, donc, d’une forme de vie… « La vraie vie est absente / Nous ne sommes pas au monde », disait Arthur Rimbaud. Peut-être est-elle tout simplement ailleurs !

 

Claude Gisselbrecht

A propos de l'auteur

Claude Gisselbrecht

Claude Gisselbrecht

Rédacteur

Professeur de Lettres

A collaboré au quotidien régional " Le Républicain Lorrain " ( critique littéraire et responsable de rubrique ).

A signé de nombreux " papiers " dans la rubrique " Courrier des Lecteurs " de plusieurs journaux et magazines ( " Le Monde ", " Marianne ", " Le Nouvel Observateur ", ...), et des chroniques sur LeMonde.fr.

Commentaires (1)

  • Sabine Vaillant

    Sabine Vaillant

    16 mars 2013 à 17:34 |
    Pas mal la "glissade"du mois du blanc à la fumée du Vatican...
    En Attendant la suite, concentrons nous sur l'éventualité d'une forme de vie sur Mars!

    Sabine Vaillant

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.