Reflets de la semaine (152)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 20 avril 2013. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (152)

A force de souffler le chaud et le froid, ArcelorMittal a finalement obtenu gain de cause, à savoir l’arrêt définitif des hauts fourneaux de Florange. De plus, le projet Ulcos – processus sidérurgiques à très basses émissions de CO2 – a été définitivement abandonné, transformant la Vallée de la Fensch en une sorte de « Vallée de la Mort » bis. Touchée en plein cœur, la Lorraine, au fil des ans, a perdu ce qui faisait sa fierté, le charbon et l’acier. Déjà, par le passé, des hommes s’étaient âprement battus pour défendre leurs droits et leurs emplois. Ceux de Florange ont fait pareil que leurs aînés, avec le résultat que l’on sait. Mais, grâce à leur détermination et leur courage, ils auront montré que le mot « solidarité » avait encore un sens et pouvait, dans une certaine mesure, déplacer des montagnes. Pendant six ans, donc, les deux hauts fourneaux seront « mis sous cocon »… Rappelons que Vulcain, le dieu romain du feu, de la forge et des métaux, a donné son nom à un papillon « tout feu tout flamme », qui, comme on s’en doute, fut chenille en amont… A son tour, le site florangeois connaîtra-t-il pareille métamorphose, que cette citation de Violette Lebon, écrivaine d’origine québécoise, pourrait illustrer à merveille : « Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l’appelle renaissance » ?

 

L’hiver est peut-être la saison la plus propice aux promesses… Jugez plutôt. En 2008, à Gandrange, le Président de la République avait promis de sauver le site, où fut érigée une stèle sur laquelle on peut lire : « Ici reposent les promesses de Nicolas Sarkozy faites le 4 février 2008… ». A son tour, le 24 février 2012, François Hollande, alors en campagne, était allé à la rencontre des salariés d’ArcelorMittal de Florange et leur avait déclaré en substance : « Je ne veux pas me retrouver dans la situation d’être élu un jour sur une promesse et ensuite de ne pas revenir parce qu’elle n’aurait pas été tenue… ». Au final, faut-il croire le proverbe qui dit que « Février, le plus court des mois / Est de tous le pire à la fois » ? En toute bonne foi, je ne le pense pas, étant né moi-même un 24 février !

 

A part ça, le pays est en état de moralisation avancé. Comme tout bon citoyen qui se respecte, je me suis connecté sur le Portail du gouvernement, au nom de la sacro-sainte transparence, mais je dois avouer que j’ai eu le tournis en découvrant tous ces chiffres qui, soudain, se sont mis à danser la carmagnole… En mai 2012 sortait le film franco-algérien de Merzak Allouache, Le Repenti, en salles depuis le 10 avril. A mon grand étonnement, l’autre jour, on projetait prématurément un « remake » de cette œuvre, dont le héros ne s’appelait plus Rachid, mais bel et bien Jérôme !

 

PS : pas de rubrique la semaine prochaine… A bientôt !

A propos de l'auteur

Claude Gisselbrecht

Claude Gisselbrecht

Rédacteur

Professeur de Lettres

A collaboré au quotidien régional " Le Républicain Lorrain " ( critique littéraire et responsable de rubrique ).

A signé de nombreux " papiers " dans la rubrique " Courrier des Lecteurs " de plusieurs journaux et magazines ( " Le Monde ", " Marianne ", " Le Nouvel Observateur ", ...), et des chroniques sur LeMonde.fr.

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.