Reflets de la semaine (156)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 25 mai 2013. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (156)

Marine s’est blessée en tombant dans sa piscine… vide, se fracturant deux vertèbres au passage ! C’est l’ancien « capitaine » du paquebot, qu’on surnommait naguère « l’homme au bandeau », qui a annoncé la nouvelle. Alors que, dans « l’Océan Politique », les tempêtes se succèdent, mettant à mal de nombreuses embarcations, à bâbord comme à tribord, le Front tente, par tous les moyens, de « garder la tête hors de l’eau ». Précisons que le 19 mai dernier, jour de la Pentecôte, où les chrétiens commémorent le don du Saint-Esprit aux apôtres, Arte diffusait le film de Jacques Deray, La Piscine, et que l’invitée de « C Politique », sur France 5, n’était autre que Marine Le Pen… Cette dernière, profitant de chaque occasion pour « raviver la flamme », est plus que jamais décidée à mettre le cap sur le pouvoir, en espérant que les élections à venir – municipales et européennes – lui donneront raison. Mais la traversée sera forcément longue et semée d’embûches, à gauche comme à droite, dont André Santini, connu pour ses bons mots, disait : « La droite a touché le fond de la piscine : maintenant, elle creuse ! »

 

Depardieu, la suite. Au cinéma, il incarnera DSK. Devenu un entrepreneur entreprenant, il a l’intention d’ouvrir un café à Saransk, capitale de la Mordovie. Déjà, dans Uranus, de Claude Berri, il était Léopold Lajeunesse, patron d’un bistrot transformé en salle de classe quand la guerre se termine… Qu’il me soit permis ici de lui soumettre quelques noms d’enseignes, si, par malheur, il se trouvait en panne d’imagination : « Un pot, sinon rien ! », ou « Put in » (faire escale), ou bien encore, « Entre gueuse et vodka »… Sincèrement, « Chez Gégé » m’a paru trop banal pour ce personnage « gargantuesque », à l’appétit féroce, et féru de culture !

 

« Un verre de fine dans la main droite, pendant que de l’autre il évoquait en larges gestes la majesté des forêts inconquises et les fureurs de la tornade équatoriale… ». Ainsi s’exprimait Louis-Ferdinand Céline, dans Voyage au bout de la nuit… Et dans la collection Nuits noires, chez Belfond, paraissait, en 2005, un thriller intitulé Le tueur des tornades, d’Alice Blanchard, dont l’action se situe dans l’Oklahoma… Déjà !

A propos de l'auteur

Claude Gisselbrecht

Claude Gisselbrecht

Rédacteur

Professeur de Lettres

A collaboré au quotidien régional " Le Républicain Lorrain " ( critique littéraire et responsable de rubrique ).

A signé de nombreux " papiers " dans la rubrique " Courrier des Lecteurs " de plusieurs journaux et magazines ( " Le Monde ", " Marianne ", " Le Nouvel Observateur ", ...), et des chroniques sur LeMonde.fr.

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.