Reflets de la semaine (158)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 08 juin 2013. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (158)

Gays, gays, marions-les ! En ce mercredi 29 mai, Montpellier devenait une ville pionnière. « Surexposée », cette première union entre personnes du même sexe donnait le coup d’envoi à l’application de la loi Taubira, qui, sans doute, verra la multiplication des mariages, sous le regard mi-humide, mi-dubitatif de Marianne… Car s’agit-il vraiment d’une avancée ? L’institution y gagnera-t-elle en légitimité ? Et quelle place l’enfant occupera-t-il, flanqué de ses « nouveaux parents » ? Autant de questions que l’on est en droit de se poser. A l’évidence, c’est la « raison raisonnante » qui l’a emporté, et l’union légale ne semble pas être la panacée. Une fois passée la « période de rodage », on s’apercevra que certaines réticences perdureront, et ce qui, au départ, était considéré comme une révolution sociétale, sera finalement réduit à un épiphénomène… C’est José Artur, célèbre animateur de radio, qui disait, avec sa gouaille habituelle : « Le comble de l’optimisme, c’est un couple d’homosexuels qui achète un landau » !

 

Vendredi 31 mai, on découvrait les restes d’une vingtaine de poilus, à Fleury-devant-Douaumont, dans la Meuse. 1916, la tristement célèbre bataille de Verdun, qui fit plus de 700.000 morts… Douaumont et son ossuaire, abritant 130.000 corps anonymes des deux camps, et son cimetière, où sont alignées 16.000 tombes surmontées d’une croix blanche… Quelques-unes des victimes exhumées ont pu être identifiées, dont un certain Charles-Louis Desplanques, le « bien nommé », si je puis me permettre !

 

Où l’on reparle de Bernard Tapie… Après l’audition de Christine Lagarde et la mise en examen pour « escroquerie en bande organisée » de Pierre Estoup, l’un des trois membres du tribunal arbitral qui avait octroyé plus de 400 millions d’euros à l’homme d’affaires, l’intéressé, grand seigneur, a déclaré : « Si on découvre la moindre entourloupe (…), alors dans la seconde, à mon initiative, j’annule l’arbitrage ! ». Mais Nanard le vertueux osera-t-il aller jusqu’au bout ? En tout cas, d’Estoup à entourloupe – la rime n’est pas riche, j’en conviens –, il n’y a qu’un pas, que la justice va s’empresser de franchir. Très sincèrement, cette affaire, et toutes les autres – car la liste est longue – fragilisent les institutions et choquent de nombreux citoyens, pour qui les mots « conscience » et « intégrité » ont encore un sens. Je voudrais m’insurger contre tous ces « moralisateurs », de quelque bord qu’ils soient, qui n’hésitent pas à faire étalage de leur pseudo-puissance, alors qu’en vérité, ils ne sont que des marionnettes, dont les ficelles risquent fort de lâcher un jour… Pour illustrer tout cela, relisons cette réplique extraite de La Reine Morte, de Montherlant : « Vous êtes pédagogue et moralisateur : vous n’êtes pas fait pour le simple ni pour le vrai » !

A propos de l'auteur

Claude Gisselbrecht

Claude Gisselbrecht

Rédacteur

Professeur de Lettres

A collaboré au quotidien régional " Le Républicain Lorrain " ( critique littéraire et responsable de rubrique ).

A signé de nombreux " papiers " dans la rubrique " Courrier des Lecteurs " de plusieurs journaux et magazines ( " Le Monde ", " Marianne ", " Le Nouvel Observateur ", ...), et des chroniques sur LeMonde.fr.

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.