Quelle signification peut-on donner aux votes ?

le 05 mai 2012. dans France, La une, Politique, Société

Quelle signification peut-on donner aux votes ?

Voter est non seulement un devoir de citoyenneté mais aussi une responsabilité individuelle au sein d’une collectivité reconnue. Celle des français et de la France.

L’abstention c’est ne pas participer à la vie citoyenne. C’est refuser cette collectivité et sa propre responsabilité vis-à-vis de la communauté. Après quoi, il n’est plus permis de mettre en valeur une opinion sur des actes pour lesquels on n’a pas su engager sa propre participation. Ce, que ces actes soient d’ordre politique, économique ou encore engageant la collectivité sur un plan national, régional ou communal. Et même international quand on sait l’importance que cela a.

Par contre le vote blanc lui, a un sens. Un sens précis qui semble jusqu’à présent être refusé par nos instances dirigeantes. Et pour cause. Car le vote blanc est l’expression d’un refus. Celui de ne pas reconnaître un choix qui est IMPOSE. Celui de ne pas trouver dans les candidatures proposées celle qui peut ramener tout l’espoir, toute la cohérence de l’avenir d’un pays et d’un peuple.

Le vote blanc devrait faire partie de la constitution. Mieux. Plus de trente pour cent de votes blancs devrait être à même de provoquer de nouvelles élections, car ce serait un constat. Un constat dont il convient de tenir compte. Le constat qu’aucun des partis en présence n’est capable de présenter une personnalité digne du poste dont la responsabilité lourde et conséquente, engage l’avenir du pays et des français.

Le vote blanc a un sens, et le nier, contrairement à ce que représente l’abstention, est refuser l’expression citoyenne qu’il représente.

Par contre, le vote par dépit est un vote irresponsable. C’est le vote du passé. Ce n’est pas le vote de l’avenir. Voter par dépit à l’encontre d’un candidat n’a pas d’autre sens que de s’en prendre à une personnalité quelles qu’en soient les raisons, bonnes ou mauvaises. Ce, aux dépends du poste lui-même pour lequel tout citoyen vient déposer dans l’urne son propre souhait. Ce, aux dépends de ce que représentera ensuite tout acte politique engageant la vie de chaque français pour lequel on ne s’est pas donné le moyen de s’opposer ou de le favoriser.

En conclusion, à ce jour, en 2012, lors de cette élection pour la présidence de la république, l’expression des citoyens par le vote démocratique souffre de nombreuses carences. Des carences qui engagent certains à s’abstenir, d’autres à voter blanc sans que cela soit pris en compte et d’autres encore à voter par dépit.

Est-ce ainsi que la démocratie doit pouvoir s’exprimer ? Est-ce digne d’un esprit républicain ? Est-ce digne d’un pays comme le nôtre qui se prévaut non sans raison de ses valeurs en tant que démocratie républicaine ? Est-ce ainsi que l’on engage notre avenir en France ?

Je vous laisse y réfléchir.

Luc Sénécal


Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.