Un nouvel essor pour contrer le terrorisme

Ecrit par Luc Sénécal le 06 mai 2011. dans Monde, La une

Un nouvel essor pour contrer le terrorisme

La mort de Ben Laden est une évidente justice pour toutes celles et ceux qui ont eu à subir l’horreur et la souffrance de ses jugements et ses condamnations. La violence attire la violence. L’apologie de la terreur amène la haine et la mort sur soi-même. Pour autant, si on a enlevé le glaive qui se tournait toujours dans la blessure, il n’en est pas moins vrai qu’elle reste béante et infectée.  Or, si le monde occidental peut se réjouir de sa disparition, il est certain que le monde musulman et le monde arabe sont enfin  débarrassés de celui qui a amené l’opprobre, injustement, sur tout ce qui les compose.

Car, humainement et  même au regard de l’historique des civilisations de ces mondes, ils  ne méritent pas un tel amalgame.  L’action indigne et injurieuse à leur égard, d’extrémismes amenant un net recul dans la philosophie même de la religion dont ils se sont inspirés, est une trahison vis à vis des peuples qui gardent leur foi et leur confiance en celle-ci. L’obscurantisme et la folie meurtrière de celles et ceux qui y adhèrent, la soif de sacrifice issue d’une désespérance sur laquelle se fonde une  préparation mentale, sont l’aboutissement fatal de celles et ceux qui n’ont plus que la « terreur » portée sur des innocent(e)s comme perspective d’avenir.

C’est là le véritable dilemme, le véritable problème de fond sur lequel il convient de travailler. Car en laissant prospérer la misère, la vraie, pas la pauvreté, ainsi que les ravages de la maladie, la disparition injuste des proches, l’humiliation et la souffrance de celles et ceux qui se savent complètement démunis et incapables de s’en sortir de quelque façon que ce soit, s’est créé un véritable vivier de futurs martyrs pour la « cause ».

En outre, par la pression du pouvoir de dirigeants utilisant eux-mêmes la terreur qu’engendrent  les forces de police et celles des militaires, pour tenir en respect une population que l’on veut soumise, se construit un besoin d’expurger la haine que cela inspire. Par la violence lorsqu’ il n’y a plus d’autre issue.

Enfin, à la vue et à la connaissance de tous les bienfaits apparents de la société de consommation dans les nations occidentales, dont les « supermarchés » abondants de biens, source d’un confort quasi indécent pour celles et ceux qui n’ont rien d’autre que l’improbabilité de la survie, surgit le sentiment d’une injustice flagrante, envers une humanité complètement démunie.

Le fait que l’émigration de ces pays et son corollaire, l’immigration dans ces régions d’opulence, ne soient pas traitées sur place, sur les terres mêmes d’origine de ces gens qui fuient et qui espèrent, n’engendrera à terme qu’une incompréhension grandissante, une confrontation des cultures, une révolte nécessaire et certainement d’autres violences à venir.

Le fait que l’alphabétisation, l’enseignement, l’éducation  aient permis à la jeunesse de ces pays soumis à la dictature, d’exprimer enfin l’envie de participer pleinement à la vie citoyenne d’une démocratie en devenir, est un espoir fragile mais immense.

C’est là, à mon sens, l’antidote du poison que diffuse le terrorisme. C’est l’antibiotique qui peut guérir la blessure infectée par celui qui a servi de glaive, jusqu’à ce que celui-ci se retourne contre lui-même.

C’est le challenge devant lequel l’occident se doit de réagir pour favoriser les conditions de paix et d’avenir de cette planète. Il est temps de s’y confronter et de s’en donner les moyens.

 

Luc Sénécal


A propos de l'auteur

Luc Sénécal

Rédacteur

Commentaires (6)

  • Yossi Malka

    Yossi Malka

    10 mai 2011 à 21:42 |
    On ne peut passer outre , le caractère humain et sensible de votre article . Sensible au bien-être de l'autre .
    Je n'y ai décelé aucune prétention de votre part , soyez rassuré, j'ai beaucoup apprécié votre article .
    Yossi

    Répondre

  • senecal

    senecal

    09 mai 2011 à 09:22 |
    Mon cher Yossi Malka,

    Votre commentaire est particulièrement intéressant et j'en prends acte.
    Il est vrai que de tous temps, les dirigeants qui ont amené les guerres et la désolation, ont pour la plupart, un certain bagage intellectuel et pour le moins, un très fort charisme pour s'imposer par leurs vues.
    Sauf exception, les exécutants eux, surtout s'ils se sacrifient directement en se faisant exploser avec une bombe, ne possèdent pas ces "qualités". Ils en sont "tributaires".
    Nous pourrions alors débattre sur ce que représente la religion pour les uns, les premiers nommés et pour les autres, les seconds.
    Vous avez raison, l'équation misère, humiliation, pardon frustration etc n'amène pas forcément au terrorisme. Ce n'est qu'un raccourci.
    Par ailleurs, votre commentaire s'en rapporte au mien, quand je dis qu'il convient de rester prudent, car la vision typiquement occidental quant aux mondes arabes et musulmans, peut être fausse.
    Ce qui revient à dire qu'il n'y a nulle prétention dans ce que j'écris. Je ne possède pas la vérité. (D'ailleurs qui peut prétendre la posséder). Je cherche à comprendre et je reste ouvert au débat.
    Encore une fois je vous remercie d'avoir exposé votre point de vue dont je tiens compte.

    Répondre

  • senecal

    senecal

    07 mai 2011 à 17:56 |
    Je vous propose, Jean-François Vincent de faire confiance aux générations nouvelles.
    Mais je vous accorde que bien des amalgames, des malentendus, des ressentiments tant historiques qu'actuels, notamment avec la problématique de l'intégration des immigrés, n'aideront pas à la réconciliation et au respect que chaque civilisation, chaque religion, chaque société devrait pouvoir s'accorder.
    Par ailleurs, je reste prudent car nous avons, nous, une représentation qui nous est propre du monde arabe ainsi que du monde musulman et ce n'est pas forcément la bonne. Tant elle peut être différente déjà en interne, selon leurs tendances, leur histoire, leur "vérité", souvent contradictoire.

    Répondre

    • Yossi Malka

      Yossi Malka

      08 mai 2011 à 01:49 |
      En lisant votre article , on ressent , une énergie de l'humaniste en quête d'un monde meilleur, juste, et non pas que plus juste . J'adhère bien entendu entièrement , à cette recherche , à cet espoir .
      Cependant, lorsque vous dites :-«  Car en laissant prospérer la misère …..., s'est créé un véritable vivier de futurs martyrs pour « la cause »- » , j'attire votre attention sur le fait que tous les terroristes qui ont commis les attentats spectaculaires d' El Quaïda , ne souffraient d'aucune misère spirituelle , ou matérielle . Ben Laden , était un prince Saoudien, issu d'une famille aisée. . Al Zaouhiri , numéro 2 , est un excellent chirurgien, issu d'une très grande famille Egyptienne ,le numéro moins connu ,Anouar El Aouilaki , qui vit au Yémen, et qui brigue la direction de la nébuleuse , après la mort de Ben Laden , est titulaire d'un doctorat en sciences , né aux USA , parfaitement éduqué et instruit dans les grandes écoles américaines .
      Ceux qui ont commis l'attentat du 11 septembre , étaient tous d'un niveau d'étude élevé ; etc etc
      Il faut connaître les sentiments de musulmans , des vrais. Ils n'adhèrent pas à cette matrice occidentale , qui veut que misère est synonyme de révolte et désespoir..
      Les vrais musulmans , ont plus de noblesse dans leur pensée, et c'est un phénomène , que l'on décèle , lorsqu'on vit à leur côté.

      Le « vivier des martyrs « dont vous parlez , est composé d'une infime partie d'une certaine jeunesse arabo-musulmane , que les systèmes « contestataires ou révolutionnaires » occidentaux , ont éduqué , au départ pour des raisons égoïstes , électorales , syndicale , ou autres , et qui voulant imiter l'occident , ont conclu qu'il leur fallait une idéologie propre( au sens propre et au sens figuré) , et qui ont succombé à la notion du Djihad telle que les radicaux la définissent, c'est à dire le Martyr ( Le chahid) , et non comme l'Islam interprété humainement le veut, c.a.d , un effort constant sur soi pour devenir meilleur .
      El Quaîda , n'a jamais défendu le bien-être des musulmans dans les pays arabo- musulmans.
      Elle a tué pour des raisons religieuses . Ceux qui ont subi la misère et l'oppression des dictateurs , n'ont pas adhéré à El Quaïda , et vous le dites , ils se sont révoltés .
      L'équation : misère, frustration , super marchés pleins , oppulence = adhésion au terrorisme est fausse .

      Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    07 mai 2011 à 14:47 |
    Je suis moins optimiste que vous. Certes, le développement économique et la fin de régimes oppressifs aideront à « guérir » les peuples de la violence ; mais le cœur du problème n’est pas là : il reste à solder le ressentiment issu du passé colonial, ressentiment qui nourrit un sentiment anti-occidental allant bien au-delà de l’islamisme politique. La liesse populaire, qui, dans ces pays, a salué le 11 septembre est là pour le démontrer. Tant que ce sourd désir de revanche demeurera, le monde arabo-musulman vibrera toujours face à des figures de résistance à l’oppresseur aussi différentes que Saladin, Abdel Kader ou Nasser. Ben Laden était un symptôme et non une cause.

    Répondre

  • Martine L

    Martine L

    07 mai 2011 à 11:22 |
    Tout est, partout, histoire de représentations : Ben Laden l'a été, plus encore que d'autres et son ombre noire a coloré, c'est vrai, le monde arabo-musulman, pendant cette longue décennie . Permettez moi de rapporter un bout de mon expérience d'enseignante en Histoire : dans le programme de Moyen Age, qui vit l'âge d'or de la civilisation islamique, j'avais coutume , avant d'en commencer l'étude, de lancer mes petits collégiens dans un «  brain storming » : « quand on dit, Islam, on pense ... » questionnaire ouvert, où tout ce qui vient à l'esprit s'affiche, puis se compte ( l'enseignant, ensuite, conforte ou déconstruit, corrige ces représentations ) . Résultat, pendant la décennie : 80% de Ben Laden, pas moins de 65% d'intégrisme ! Oui, vous avez raison d'insister : c'est bien le monde islamique qui a été la première victime d'Al Quaïda !

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.