Des Protocoles de Sion au cavalier sans monture

Ecrit par Jean Le Mosellan le 18 novembre 2011. dans Racisme, xénophobie, La une, Histoire

Des Protocoles de Sion au cavalier sans monture


Si vous étiez au Moyen-Orient, au cours du mois de Ramadan, 2001 et 2002, vous auriez pu voir à la télévision un feuilleton sensé passionner les foules « Le Cavalier sans monture », tourné par la télévision égyptienne en 41 épisodes, dont la trame de l’intrigue exploite les Protocoles des sages de Sion, connus sous le IIIe Reich à travers les publications du journal du parti nazi Wölkisher Beobacter, sous le titre de Die Protokolle der Wiesen von Zion, complété de la mention und die jüdische Weltpolitik (et de la politique mondiale juive).

De la première édition, 1905, en Russie tsariste moribonde, aux dernières éditions florissantes du Moyen Orient*, les Protocoles font un tabac éditorial, servant de référence tout à la fois aux manuels politiques, voire scolaires anti israéliens, et de source d’inspiration aux productions culturelles, notamment à la télévision.

Il s’agit pourtant d’un faux grossier, qui n’a pu se répandre qu’à la faveur d’une véritable idolâtrie du mensonge. Encore qu’elle ait été définitivement démasquée dans les suites de la chute du mur de Berlin. N’empêche que les Protocoles continuent leur progression éditoriale dans les pays du Croissant fertile et au-delà, Iran, Pakistan jusqu’en Malaisie.

Faux et usage de faux aurait pu établir la justice de Nuremberg au sujet des Protocoles, qui avaient tant passionné Hitler dans Mein Kampf au point de servir d’argument historique contre les Juifs. Ils ont séduit aussi Alfred Rosenberg, théoricien du nazisme.

Le faux n’a été formellement reconnu que dans les années 90. Faux doublé de plagiat. Néanmoins le Time de Londres a publié une série d’articles sous le titre de A Literary Forgery dès 1921. Mais cela est resté sans suite car l’auteur de la contrefaçon resta introuvable dans l’embrasement de la Révolution d’Octobre.

L’original n’a rien à voir avec la jüdische Weltpolitik. C’était un pamphlet dirigé contre Napoléon III et son plan de conquête du monde, portant comme titre Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, signé de Maurice Joly, que le faussaire-plagiaire, Mathieu Golovinski, à la solde de la police politique tsariste, a peut-être rencontré au siège du Figaro.

Les historiens ont pu comparer le texte de Golovinski au Dialogue. Qu’on en juge sur les échantillons suivants. Dans le Dialogue on peut lire p.141 « Comme Vishnou, ma presse aura une centaine de bras pour toucher toutes les opinions du pays ». Dans Golovinski p. 43, « Ces journaux, comme Vishnou, posséderont une centaine de mains, chacune prenant le pouls de chaque composante de l’opinion publique ». Dans le Dialogue p. 207, « A présent je comprends la figure de Vishnou. Vous avez une centaine de bras comme l’idole, et chaque doigt touche un domaine ». Dans Golovinski p. 65, « Notre Gouvernement ressemble au dieu hindou. Chacune de nos mains touchera un domaine de l’Etat ».

Il s’agit donc d’un médiocre plagiat, fabriqué à la va-vite pour plaire à la police du Tsar, aux abois devant la fin prochaine de la dynastie. Ses sbires pouvaient enfin présenter un bouc émissaire. Plagiat hérité par les Bolcheviks, enterré ensuite dans les archives du Kremlin, puis exhumé finalement à la chute du Mur de Berlin.

Mais le texte des Protocoles édité dans son intégralité par le moine orthodoxe Serge Nilus, du monastère Optina, centre spirituel le plus en vue en Russie, n’a pas attendu cette exhumation pour prendre son essor éditorial en Occident, dans les années 20 et 30, enrichi de nombreux symboles ou slogans antisémites en couverture, et servant de propagande aux sympathisants nazis, notamment en France, en Angleterre, et aux Etats-Unis. Marquant une accalmie dans l’après-guerre, son succès devient alors irrésistible avec l’éclatement du conflit israélo-arabe.

Nés des intentions de la police du dernier tsar de toutes les Russies, parrainés par l’Eglise orthodoxe russe, les Protocoles ont été célébrés très païennement par les Nazis, puis oubliés à leur chute comme la braise sous la cendre, le temps de refaire surface au Moyen-Orient, où fiction et réalité sont imbriquées de façon redoutable.

Ils sont réédités en arabe au Caire en 1951, puis à Beyrouth, et à Damas. Les télévisions arabe, puis iranienne, s’en inspirent pour leurs séries ou documentaires. On peut citer les émissions comme Diasporade la chaîne Al Manar du Hezbollah, et le feuilleton Al Sameri wa Al Samer, ou le documentaire Le Secret d’Armageddon, de la télévision iranienne.

Les Protocoles se sont installés comme réalité dans la Charte du Hamas. Son article 32 dit en effet : « Le plan sioniste ne se donne aucune limite. Après la Palestine, l’étape suivante sera une expansion du Nil à l’Euphrate, puis au-delà. Ce plan a été dévoilé dans les Protocoles des sages de Sion ».

Le Cavalier sans monture n’est finalement qu’un titre ambigu pour une fiction fleuve. Comment peut-on en effet être cavalier sans monture ? Sans doute 41 épisodes ont-ils fini par donner corps à cette métaphore confuse. Quoi qu’il en soit, il semble que l’on doive s’en méfier, car nous sentons obscurément, une fois la télévision éteinte, que d’autres cavaliers bien réels sont capables de se lever pour chevaucher des coursiers tout à fait apocalyptiques.

* L’illustration de la chronique reproduit la couverture de l’édition syrienne 2005 des Protocoles.


Jean Le Mosellan


A propos de l'auteur

Jean Le Mosellan

Jean Le Mosellan

Membre du Comité de rédaction et rédacteur

Médecin

Auteur de nombreuses chroniques au "Monde.fr"

Commentaires (13)

  • Khour y

    Khour y

    07 juillet 2013 à 17:47 |
    Antisémite, ce mot me fait délirer et me laisse sans voix..
    Surtout que les juifs d'aujourd'hui n'ont rien de de sémite, ils sont soit Khazar, soit berbère convertie au judaïsme, les peuples du Moyen Orient sont des sémites aussi "les Assyriens, les phéniciens, les chaldéens, les araméens, les arabes, les hébreux du Moyen Orient", là aussi il y a une manipulation sur le mot sémite et antisémite. On voit l'ignorance de beaucoup sur le mot sémite et quel sont les peuples qui en font partie.

    Répondre

    • Jean-Francois Vincent

      Jean-Francois Vincent

      08 juillet 2013 à 08:07 |
      Le terme "semite" (pardon j'ecris a partir d'un clavier anglophone depourvu d'accents!) derive d'un categorie linguistique. Il existe, en effet, des langues dite "semitiques" ( du nom d'un des fils de Noe, Sem) qui toutes possedent des caracteristiques communes : hebreu, arabe, berbere, mais aussi les langues anciennes que vous citez (chaldeen, arameen, etc...). Le probleme vient du fait qu'on a tranpose cette categorie linguistique dans le domaine de l'ethnographie, de meme que la categorie - tout a fait authentique - des langues " indo-europeenne" ( en allemand "Indogermanisch" sic!) a donne lieu au mythe aryen. Que la politique laisse les linguistes travailler en paix!...

      Répondre

  • alain jugnon

    alain jugnon

    21 novembre 2011 à 13:40 |
    C'est sûr : un dieu qui rend saint carrément tout un peuple, ça se trouve pas sous le sabot d'un cheval ! chez moi on n'appelle pas ça un "principe" mais on dit : une "fiction régulatrice" (c'est du Nietzsche dans le texte) ! de là à faire rentrer dans le crâne du bon populo qu'il est né de la cuisse de jupiter pour qu'il se fasse aussi gros que le boeuf de la crêche ! ouh la ! c'est noël tous les jours chez les monothéos !

    Répondre

  • Kaba

    Kaba

    19 novembre 2011 à 15:45 |
    J'ai lu un ouvrage traduit de l'américain concertant le mythe du protocole des sages de sion. Je crois me souvenir que l'auteur en a trouvé l'origine en France sous le Sedond Empire.
    Je suis opposé farouchement à toute discrimination, à toute xénophobie. C'est aussi pourquoi je rejette aussi l'idée de "peuple élu" chère à notre diacre orthodoxe.

    Répondre

    • Yossi Malka

      Yossi Malka

      21 novembre 2011 à 10:34 |
      Notre diacre orthodoxe , n'a jamais parlé de « peuple élu » . Il a parlé de peuple saint. Il a cité ce qui est marqué dans les livres . Peuple élu est une vulgaire transcription ou « paresseuse » traduction des écrits . Ce Peuple , n'a rien demandé . Il n'a pas revendiqué un quelconque mérite pour être choisi (pas élu) . Notre diacre orthodoxe explique ce que cette notion veut dire : elle n'a rien d'élitiste , c'est plutôt un « joug » qu'une partie de plaisir;une lourde responsabilité , qui ne laisse pas de place au prosélytisme , justement parce que la notion de libre arbitre est primordiale dans le Judaïsme .JFV dit que la conversion au Judaïsme est très dure , car il est difficile de discerner chez un individu :est-ce qu'il agit ou pas contre son Libre Arbitre . S'il le fait sans s'en rendre compte , la conversion est impossible .Le judaïsme n'est pas un club d'élites fermé aux autres , situé aux Champs Elysées, il a des principes moraux comme dans les autres religions . On a la liberté de croire ou non en Dieu , mais on ne peut moralement fustiger toute religion par ce qu'elle a des principes . Vous connaissez l'expression «  il n'y a rien d'urgent , il n'y a que des gens pressés » , c'est pareil « il n'y a pas de peuple élu , il n'y a qu'un peuple qui traîne un lourd fardeau » That's all .

      Répondre

    • Jean Le Mosellan

      Jean Le Mosellan

      19 novembre 2011 à 17:15 |
      L’original de ce qui allait devenir, 30 ans plus tard, les Protocoles,a été édité en Belgique sous le titre de Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, pamphlet contre Napoléon III à la fin de son règne. Une fois remaniés et lancés par les Russes les Protocoles sont revenus, traduits et édités dans les années 20 en France, avec des sous titres ouvertement antisémites.

      Répondre

  • Lévy Maurice

    Lévy Maurice

    19 novembre 2011 à 12:26 |
    Les Juifs ont commis une « ‘erreur » historique presque fatale, en modernisant les croyances de l’époque, basées sur statues et statuettes et autres objets. Ils ont créé un Dieu, maître du monde, idée pure, lavée de toute image (interdite dans les synagogues comme dans les maisons).
    Ils pensaient bien faire en débarrassant ce peuple de l’attirail religieux …
    Mais l’homme reste indubitablement fétichiste, il aime ses petites poupées, amulettes, colliers, bagues, « main de Fatma » …
    Or allez en Israël aujourd’hui et vous en trouverez de toutes sortes, au point que …
    C’est vous dire combien l’ensemble des humains a pu user et abuser de ce prétexte pour inventer, puis utiliser ce Protocole pour combattre et tenter de faire disparaître ce « petit peuple » vivace qui présente la capacité d’attirer sur lui, haine et gloire à la fois !!!
    Ils finiront bien par se fatiguer, dirais-je … M.L.

    Répondre

  • Georg Lächeln

    Georg Lächeln

    18 novembre 2011 à 23:55 |
    Es tut mir leid, Herr Doktor, mais votre connaissance de l'allemand me paraît - ach! Wie sagt man? - insuffisante...Wolkischer Beobachter se traduirait par "observateur nuageux", meinten Sie "volkisher Beobachter"? Egalement, "wiesen" ressemble moins à "sages" ("weisen") qu'à "belette", "wiesel".

    Répondre

    • Jean Le Mosellan

      Jean Le Mosellan

      19 novembre 2011 à 10:56 |
      Merci de me faire la leçon en allemand. Je suis complètement nul en la matière. Je ne lis pas Mein Kampf dans le texte, ni le journal nazi en question. Mais je me réjouis que vous ne me critiquiez pas sur le fond en ce qui concerne la fabrication des Protocoles, leur diffusion dans les milieux antisémites de l’Occident, ni leur occupation du terrain au Moyen Orient dont on ne parle pas beaucoup.

      Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    18 novembre 2011 à 21:43 |
    Impressionnante érudition, cher Docteur...Summa cum laude! Il est à noter que, dans toutes les théories du complot, l'accusateur projette sur l'accusé ses propres vices : ici le prétendu complot juif cache, en réalité, un authentique complot antisémite. Ceci n'est pas nouveau. Déjà, dans le livre d'Esther, le très loyal Mardochée, qui vient de déjouer un attentat contre le roi, se voit accuser avec le reste de la communauté juive par l'infâme Haman, l'épouvantail de la fête de Pourim, de sédition et de désobéissance aux lois. Le véritable comploteur, bien sûr, n'est autre qu'Haman lui-même. Rien n'est nouveau sous le soleil.

    Répondre

    • Jean Le Mosellan

      Jean Le Mosellan

      20 novembre 2011 à 16:06 |
      La théorie du complot est vieille comme le monde. Tout se passe comme si nous devions tous avoir une attirance anormale pour toute théorie qui se proposerait de nous donner accès à une vérité cachée,en nous faisant entrer en outre de plain pied dans une secte du savoir. « Le péril juif » (sous titres des Protocoles dans de nombreuses éditions des années 20 et 30 avant le déferlement nazi) est qualifié de réel puis que c’est écrit dans les Protocoles.

      Répondre

  • Martine L

    Martine L

    18 novembre 2011 à 21:30 |
    Vous faites bien, Jean, de situer aussi clairement l'affaire qui, on le voit ici, et là bas, est de toutes les époques, trouve son chemin noir et toujours rajeuni : le " mythe du complot"

    Répondre

    • Jean Le Mosellan

      Jean Le Mosellan

      20 novembre 2011 à 16:18 |
      Le mythe a une force extraordinaire, tellement extraordinaire qu’il refoule tout raisonnement dans l’irréel. Ainsi un des commentaires les plus ahurissants circulant sur le Net, affirment que la connaissance des Protocoles a permis à de nombreux Juifs d’échapper à l’attentat du 11 septembre en ne se rendant pas au World Trade Center.

      Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.