L'antisémitisme qui vient

Ecrit par Jean-François Vincent le 11 novembre 2011. dans Racisme, xénophobie, Monde, La une, Politique, Société

L'antisémitisme qui vient

La nouvelle propagande antijuive, Pierre-André Taguieff, Paris, Puf, 2010


Pierre-André Taguieff est un pionnier du combat à la fois antiraciste et antiracialiste, son livre sur La force du préjugé a fait date. C’est donc avec une grande tristesse qu’il a vu, petit à petit, l’antiracisme se saisir de l’antisionisme pour aboutir finalement aux formes les plus odieuses et les plus « nazillardes » de la judéophobie. Le dernier ouvrage de Tagueiff ne saurait prétendre ni à l’exhaustivité ni à l’impartialité : c’est l’œuvre d’un adversaire acharné de l’antisémitisme et de la haine en général. Il nous rappelle des faits oubliés ou passés sous silence.

Tout d’abord il y a l’incroyable assimilation du sionisme et du racisme. Cette assimilation n’est pas uniquement, comme on pourrait le croire, diffusée par la propagande de groupuscules extrémistes : elle a été le plus officiellement du monde votée par l’ONU !… La respectable institution a adopté, en Assemblée Générale, le 10 novembre 1975, la résolution 3370, qui « condamne le sionisme comme une forme de racisme et de discrimination raciale ».

Encouragés par une telle autorité, des groupes et des penseurs les plus divers sont allés plus loin : le sionisme n’est pas seulement un racisme, il égale le nazisme par sa volonté exterminatrice. La couverture du livre montre des manifestants arborant un drapeau israélien sur lequel l’étoile de David voisine avec le svastika, une flèche indiquant clairement que l’une conduit à l’autre. Cette « reductio ad Hitlerum », comme l’appelle, non sans humour, Taguieff, ne se limite pas aux ultras de la cause pro-palestinienne : de respectables philosophes se la sont appropriée. Ainsi Gilles Deleuze, dans un texte publié deux fois dans la Revue d’études palestiniennes écrit : « On dit que ce n’est pas un génocide. Et pourtant c’est une histoire qui comporte beaucoup d’Oradour, depuis le début. C’est un génocide, mais où l’extermination physique reste subordonnée à l’évacuation géographique. L’extermination physique, qu’elle soit ou non confiée à des mercenaires est parfaitement présente ».

Le plus piquant étant que cette accusation de nazisme se borne à projeter sur l’ennemi ce qui, en réalité, est le vice caché du camp défendu : les propos, opinions ou métaphores « nazillardes » sont bien le fait des organisations palestiniennes. La charte du Hamas, par exemple, se réfère explicitement aux Protocoles des Sages de Sion, le célèbre pamphlet antisémite du XIXème siècle : « La conspiration sioniste n’a pas de limites. Après la Palestine, ils veulent accaparer la terre, du Nil à l’Euphrate. Quand ils auront digéré la région conquise, ils aspireront à d’autres conquêtes. Leur plan a été énoncé dans lesProtocoles des Sages de Sion, et leur conduite actuelle en est la meilleure preuve ». Le Fatah n’est pas en reste. Uum Nasser, qui fut le chef de cabinet de Yasser Arafat, déclarait, le 26 janvier 2009, à la chaîne égyptienne Mihwar TV : « Nous souffrons et c’est à cause d’Israël, ce cancer qui se propage dans notre nation arabe. Nous devons par tous les moyens éradiquer ce cancer ». Les images nosologiques figuraient, en effet, en bonne place dans la propagande nazie ; le drame est qu’elles se retrouvent désormais non plus seulement dans la rhétorique des organisations palestiniennes, mais également sous la plume d’intellectuels français « au-dessus de tout soupçon », comme Edgar Morin, qui a cosigné, le 4 juin 2002, un article dans Le Monde, intitulé « Israël-Palestine : le cancer », article dans lequel il déclare notamment : « Ce qu’on a peine à imaginer, c’est qu’une nation de fugitifs, issus du peuple le plus longtemps persécuté dans l’histoire de l’humanité, ayant subi les pires humiliations et le pire mépris, soit capable de se transformer en deux générations non seulement en “peuple dominateur et sûr de lui”, mais, à l’exception d’une admirable minorité, en peuple méprisant ayant satisfaction à humilier ».

On en arrive donc à un antisémitisme nouveau, dont la source n’est plus la vieille extrême droite vichyste et antidreyfusarde, mais une partie de la gauche et de l’extrême gauche, solidaires à la fois des palestiniens et d’une certaine jeunesse islamisée et radicalisée des banlieues (notamment grâce à internet), que Taguieff n’hésite pas à qualifier de « Oumma virtuelle ». Que des apôtres de l’humanisme, ainsi que des victimes potentielles de la xénophobie et du racisme, puissent être judéophobes sidère la classe politique dans son ensemble et la rend aphone. Cette mutité, pathologie honteuse du politiquement correct, s’apparente de facto à une non moins honteuse complicité. La lutte contre le racisme et l’antisémitisme ne doit épargner personne.


Jean-François Vincent


A propos de l'auteur

Jean-François Vincent

Jean-François Vincent

Directeur de publication

Membre du Comité de Rédaction et rédacteur

Traducteur au Conseil de l'Europe

Ancien professeur certifié d'anglais

Ancien diacre à la cathédrale russe saint-Alexandre Nevski de Paris

Maîtrise d’anglais

Licence de philosophie

Licence de droit

Diplômé de l’institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

Commentaires (16)

  • Lévy Maurice

    Lévy Maurice

    14 novembre 2011 à 13:12 |
    Maurice Lévy Je suis juif français et j'en suis heureux. Depuis mon rapatriement en 1964, à Argenteuil, j'ai dirigé un collège de 1400 élèves. La majorité de la population de mon quartier -la ZUP nord- a rapidement évolué en population d'origine africaine -noire et nord-africaine ...
    En vingt ans, pas le moindre incident raciste, sauf un : un garçon de 16 ans a fait 10 jours de prison pour insulte raciste envers moi.
    Après avoir purgé sa peine, il est venu seul me demander pardon et j'ai pardonné ...
    Les racistes, ce sont les autres, ceux que vous citez : ils utilisent l'augmentation de la population "basanée" (Marine Le Pen en tête) pour passer leur temps à diffuser leur "marchandise", leur poison.
    Arrêtons SVP de nous battre par billets interposés et cherchons plutôt à répandre des notions d'humanité plus humaines. Nous rêvons d'un avenir plus compréhensif.
    C'est ma prière, chers amis, sera-t-elle exaucée ??? M.L.

    Répondre

    • Emile Eymard

      Emile Eymard

      15 novembre 2011 à 00:45 |
      Puis-je joindre, cher Maurice, ma prière à la votre ?

      Répondre

  • alain jugnon

    alain jugnon

    13 novembre 2011 à 10:30 |
    (Merci de mettre en ligne cet ultime commentaire de ma part sachant qu'il va au-delà du nombre autorisé)
    Laisser penser, faire croire, diffuser l'idée que Gilles Deleuze ait pu être antisémite est un acte purement fasciste. la méthode de l'autodafé, au sens propre, ne dit jamais rien sur ce qui est brûlé mais dit tout sur l'incendiaire.

    Répondre

  • Yossi Malka

    Yossi Malka

    13 novembre 2011 à 09:01 |
    "On est toujours sûr de tomber, au hasard des journées, sur un Français, souvent intelligent par ailleurs, et qui vous dit que les Juifs exagèrent vraiment. Naturellement, ce Français a un ami juif qui, lui, du moins… Quant aux millions de Juifs qui ont été torturés et brûlés, l’interlocuteur n’approuve pas ces façons, loin de là. Simplement, il trouve que les Juifs exagèrent et qu’ils ont tort de se soutenir les uns les autres, même si cette solidarité leur a été enseignée par le camp de concentration." (Albert Camus, 1947)
    Un sondage effectué par l'Université de Tel Aviv sur le niveau de sympathie des européens envers Israël attribue 32% à la France , 60 % à L' Allemagne , 52% à l'Italie . C'est le résultat de la connivence silencieuse avec le nouvel antisémitisme . C'est vrai qu'en Allemagne et en Italie , il n'y a pas des « Deleuze » , des «  Edgard Morin » et leurs disciples qui se nomment «  Jugnon et Cie » . Là bas , on n'a pas accueilli en héros Arafat , le pilleur des caisses palestinienne ; là bas on n'a pas voté pour les palestiniens à l'UNESCO et on a parlé autrement du caractère juif de l' Etat démocratique d'Israël;pourtant les français de confession juive sont plus nombreux que leurs coreligionnaires allemands ou Italiens; malgré Pétain,ses collaborateurs, les rafles et les déportations , il y a eu des français courageux qui ont protégé des juifs, ceci a encouragé bon nombre de juifs des pays maghrébins à choisir la France comme nouvelle Patrie et non Israël . Aujourd'hui la situation a changé: la France a vendu son âme . Les juifs qui ont quand « un peu » contribué au bien -être national pensent pour la plupart voter avec leurs pieds en 2012 . C'est l'autre sondage qui n'est pas encore dit .

    Répondre

    • Jean-François Vincent

      Jean-François Vincent

      13 novembre 2011 à 16:42 |
      Dramatique constat...L'antisémitisme en France pousse nombre de Juifs à faire leur alyah. Faire son alyah est une excellente chose; mais que ce soit pour cette raison est terrible...

      Répondre

  • alain jugnon

    alain jugnon

    12 novembre 2011 à 11:55 |
    Le bon terme, ce n'est pas "penseur corrompu", non depuis les années trente, c'est "penseur dégénéré" qu'il faut dire. Les maîtres disaient ainsi.

    Répondre

    • Jean-François Vincent

      Jean-François Vincent

      12 novembre 2011 à 13:15 |
      En Allemagne, dans les années 30, on parlait aussi beaucoup de dégénérescence...Des races!

      Répondre

      • alain jugnon

        alain jugnon

        12 novembre 2011 à 15:21 |
        Oui, je sais. C'est pour ça que je dis ça. Malka prend pour lui le discours des "maîtres", cela ne lui réussit pas : la guerre a la pensée et aux penseurs a toujours amené en plus des nouvelles croyances les vieux fascismes d'antan.

        Répondre

        • Jean-François Vincent

          Jean-François Vincent

          12 novembre 2011 à 19:17 |
          Et comparer un peuple à un cancer, n'est-ce pas une pensée de type fasciste/stalinien?

          Répondre

  • Yossi Malka

    Yossi Malka

    12 novembre 2011 à 04:35 |
    Votre chronique est la meilleure réponse à la «  Une » de la semaine dernière: «  une lueur de Palestine » .
    La seule lueur que l'A.P d'Arafat ,d'Abou Mazen , d'Ismaïl Hanyeh , de Sahib Arikat et toute cette bande de terroristes convertis en politiciens « honnêtes » , c'est l'obscurantisme dans lequel ils ont plongé leur population . Ils ont lancé une offensive , financée par des fonds wahabites saoudiens et des pots de vins iraniens; cette offensive s'appelle « la haine du juif » . Ils ont trouvé preneur auprès de certains intellectuels corrompus en Europe . Ils ont exporté leur littérature , celle justement que vous citez et qui émane des protocoles des sages de sion . C'est au Caire , à Ramallah, à Gaza, à Téhéran , à Ispahan , à Istambul que ce livre est imprimé et circule librement. Un marketing de la haine sur fond d'odeur d'épices, de café à la bergamote, de narguilé, sans oublier l'Olivier vert . Cet olivier utilisé par les prêcheurs qui disent que cet arbre dénoncera le juif qui se cache derrière lui, en fuyant l'épée de l'islam . Regardez comment le monde a gobé une notion inventée de toute pièce :la Palestine . La vrai définition géographique , a été transformée , orientée et attribuée à une population qui n'a rien de différent des autres populations arabo-musulmanes du Moyen Orient .Les mêmes penseurs corrompus qui ont été engagés à propager et défendre cette escroquerie intellectuelle , sont les mêmes qui propagent cette nouvelle propagande antijuive .

    Répondre

  • alain jugnon

    alain jugnon

    11 novembre 2011 à 20:12 |
    Il y a des progrès à faire sur RDT du côté du temps et du reflet : le Deleuze pro-palestinien n'est pas un antisémite. A force de répéter des conneries, on croit penser "pas correct" mais dans les faits on pense conforme et totalitaire. Taguieff en penseur fabriqué de toutes pièces pour la droite extrême est un idiot utile pour l'anti-antiracisme de Finkielkraut et de Camus (Renaud). Le pauvre Taguieff s'ennuie aujourd'hui, personne ne l'invite pour débattre, ni à la télé, ni à la radio : même Marine n'a plus besoin de lui pour faire 20% en 2012...

    Répondre

  • Danielle Alloix

    Danielle Alloix

    11 novembre 2011 à 17:24 |
    A l'appui de votre recension, sur un sujet qu'il faut toujours traiter, encore et encore, je voudrais signaler le livre qui selon moi, a fait, avant Taguieff, et avec l'éclairage de la sociologie ( ce qui est une autre démarche )le point dès 2005 sur la question - pour la France - c'est " la tentation antisémite ; la haine des juifs dans la France d'aujourd'hui" chez R Laffont de Michel Wieviorka ; regard scientifique, dépourvu de passions inutiles, remarquablement efficace.

    Répondre

  • alain jugnon

    alain jugnon

    11 novembre 2011 à 16:03 |
    Taguieff est un mythomane avec des tendances racialistes qu'il tente de cacher à travers sa diarrhée verbeuse depuis des années (le garçon est aujourd'hui complétement oublié dans le débat) qui font beaucoup d'effet aux nouveaux républicanistes souverainstes islamphobes tendance Elisabeth Lévy et autres droitiers ensarkozysés de l'âme malheureuse.

    Répondre

    • Jean-François Vincent

      Jean-François Vincent

      11 novembre 2011 à 20:06 |
      Je savais très bien, Alain, que Taguieff allait vous "allumer"...Mais franchement, en dehors de toute langue de bois, signeriez-vous les textes de Deleuze et d'Edgar Morin?

      Répondre

      • alain jugnon

        alain jugnon

        12 novembre 2011 à 12:40 |
        Je signe des deux mains tout ce que la pensée humaniste écrit, et chez Deleuze toujours ! le révisionnisme à la Taguieff et autre "Meilleur des mondes" (la revue)est le même révisionnisme que celui qui fait écrire et diffuser "le protocole des sages de Sion".

        Répondre

        • Jean-François Vincent

          Jean-François Vincent

          12 novembre 2011 à 15:25 |
          Comparer "Le meilleur des mondes" au "protocole des sages de Sion" n'est pas très sérieux...Vous valez mieux que cet amalgame.

          Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.