Juste un mot (40)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 10 août 2010. dans Cinéma

Juste un mot (40)

Qui mieux que Bruno Cremer, né d’une mère belge et d’un père français naturalisé belge, aurait pu reprendre, à la télé, le rôle du commissaire Maigret, créé par Simenon, au nom de la plus évidente ” belgitude ” ? Jules, de son prénom, fin limier et grand fumeur de pipe devant l’Eternel. A ce propos, l’acteur avait même voulu remplacer cet ” appendice ” par le ” barreau de chaise “, mais en vain, car il fallait à tout prix coller au plus près de l’original !

Une stature impressionnante au service de riches investigations, où le policier du 36, Quai des Orfèvres, apparaissait comme un ” orfèvre-joaillier “, attentif au plus petit détail qui, souvent, faisait basculer l’enquête, le tout agrémenté par des volutes de fumée bleue, sur fond de craquements d’allumettes. Bien sûr, les interrogatoires tenaient compte de la chronologie des faits, mais aussi, et surtout, de la psychologie, parfois complexe, des principaux suspects … Bon sang, mais c’est bien sûr !

Rien à voir avec les séries policières actuelles, moins ” écrites ” et se voulant plus ” scientifiques ” … Au final, personnages interchangeables à souhait et scénarios qui ne tiennent pas la route, sauf pour les courses-poursuites !

De Bruno Cremer, il restera l’image d’un comédien talentueux, attachant, ” humain “, à qui, outre la télévision, le théâtre et le cinéma doivent beaucoup … Salut, l’artiste, on ne t’oubliera pas de sitôt !

A propos de l'auteur

Claude Gisselbrecht

Claude Gisselbrecht

Rédacteur

Professeur de Lettres

A collaboré au quotidien régional " Le Républicain Lorrain " ( critique littéraire et responsable de rubrique ).

A signé de nombreux " papiers " dans la rubrique " Courrier des Lecteurs " de plusieurs journaux et magazines ( " Le Monde ", " Marianne ", " Le Nouvel Observateur ", ...), et des chroniques sur LeMonde.fr.

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.