Juste un mot (57)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 27 septembre 2010. dans La une, Environnement

Juste un mot (57)

Aujourd'hui, je prends l'avion ... Il est cinq heures du matin, et, de ma terrasse, j'aperçois la Lune, quelque peu rognée, et des milliers d'étoiles, figées dans leur éclat glacial. Mais il en est une qui semble beaucoup plus brillante que les autres. Il s'agit, en fait, de Jupiter, la plus grosse planète du système solaire. Je décide alors de me munir d'une bonne paire de jumelles pour l'observer de plus près, et c'est à ce moment-là qu'elle apparaît dans toute sa splendeur, gros point lumineux dans la noirceur du cosmos, flanquée de ses quatre " rejetons ", Io, Ganymède, Callisto et Europe, alignés à la perfection ... Quel spectacle !

Et je me dis qu'on a eu raison de baptiser cette planète gazeuse du nom du dieu romain du Ciel, mais aussi de la Foudre et du Tonnerre ... Jupiter ou Zeus, chez les Grecs. Très franchement, cela fait du bien, avant de prendre l'air, de côtoyer le père des dieux, comme ça, aux aurores, et de revisiter, si j'ose dire, la " théorie de la relativité " !

Car, vus de là-haut, nos problèmes, ici-bas, doivent paraître minuscules ... Remuer ciel et terre, s'attirer les foudres, coup ou voix de tonnerre, autant d'expressions qui, au fond, n'intéressent que les Terriens que nous sommes ! Trop souvent, hélas, nous nous croyons sortis de la cuisse de Jupiter : erreur fatale, que nous payons, presque chaque jour, au prix fort !

A propos de l'auteur

Claude Gisselbrecht

Claude Gisselbrecht

Rédacteur

Professeur de Lettres

A collaboré au quotidien régional " Le Républicain Lorrain " ( critique littéraire et responsable de rubrique ).

A signé de nombreux " papiers " dans la rubrique " Courrier des Lecteurs " de plusieurs journaux et magazines ( " Le Monde ", " Marianne ", " Le Nouvel Observateur ", ...), et des chroniques sur LeMonde.fr.

Commentaires (3)

  • Jean-Luc Lamouché

    Jean-Luc Lamouché

    01 octobre 2010 à 17:57 |
    Clin d'œil : cher monsieur, lorsque vous dites qu'on se croit "sortis de la cuisse de Jupiter", je me permets de rappeler que, dans l'étonnant film de science-fiction "2001 : l'Odyssée de l'espace" (1968), le grand Stanley Kubrick - en partant notamment du livre de Arthur C. Clarke portant le même titre, et de la nouvelle "La Sentinelle" - développa l'hypothèse (fictive, bien-sûr) du développement de la vie et de l'intelligence à partir de ces fameux monolithes extraterrestres dont tout le monde se souvient.
    Kubrick, reprenant la fiction de Clarke, montrait comment un processus de création d'un nouveau soleil (dans notre système solaire), à partir de l'ancienne planète gazeuse Jupiter, aboutissait à faire progressivement de son ancien satellite Europe une planète habitable (comme la Terre à ses débuts).
    Vous voyez : nous sommes peut-être - effectivement - "sortis de la cuisse de Jupiter" !

    Répondre

  • Matthieu Delorme

    Matthieu Delorme

    27 septembre 2010 à 18:59 |
    Très joli billet Claude. Poétique et tellement bien vu. Belle leçon de sagesse, si peu entendue...

    Répondre

    • Claude Gisselbrecht

      Claude Gisselbrecht

      28 septembre 2010 à 15:06 |
      Merci ... La sagesse, sans vouloir donner de leçon, s'acquiert en prenant énormément de recul ... Mais pas trop.

      Cordialement,
      C.G.

      Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.