Les Gadins célèbres (Suite)

Ecrit par Elisabeth Itti le 29 octobre 2010. dans La une, Humour

Les Gadins célèbres (Suite)

Ma chronique (sur les gadins célèbres) a suscité des réactions auprès d’amis. Quelques-uns se sont chargés de me rafraîchir la mémoire et de me rappeler mes turpitudes passées.

Mais aussi je tenais à rassurer mes lecteurs, qui demandaient de mes nouvelles, qui disaient s’inquiéter et croire à pire si je restais silencieuse.
Voici ce que Cécile a retrouvé sur un blog en 2007 (quelle mémoire), mon entrée fracassante dans une salle de projection à la biennale de Lyon, où une estrade s’était traîtreusement mise sur mon passage, et sur laquelle je me suis vautrée peu glorieusement. Miracle il n’y avait personne dans la salle pour glousser et s’esclaffer de ma bévue.

Ailleurs se sont mes amis du CRAC (non, non, pas ce que vous croyez …) c’est le Centre Rhénan d’Art Contemporain, - on ne se refait pas – me voyant sur le point de me diriger vers la sortie « Elisabeth cramponne-toi à la rampe » et bien oui, là aussi, j’ai dévalé les escaliers sur le dos, vous savez ces bons vieux escaliers en pierre avec une douzaine de marches, glissantes à souhait, que vous dégustez une à une, et dont vous vous souvenez longtemps.

Une dernière, relativement comique à la biennale de Venise l’année dernière : mon prof d’art recommande toujours de bien regarder un bâtiment avant de l’aborder et d’y pénétrer, mais aussi lorsqu’on le quitte, avant de s’en éloigner, de jeter un dernier regard, pour bien s’en imprégner. Aussi je jette mon dernier regard à l’Arsenal de Venise, misère, un trou dans le sol accidenté, et hop je me rattrape à la ceinture du pantalon du monsieur qui me précède, le dit monsieur tout surpris d’être agressé aussi directement et brutalement par une dame qui pourtant a l’air comme il faut ….

Patience, je m’envole pour Rome aux routes pavées, si bienfaisantes pour le dos, puis d’autres voies tout aussi remarquables, certaines même navigables. Je ne promets rien, mais vous serez tenus au courant de tout. Le volcan en a décidé autrement pas de Caravage pour moi aux Scudéries du Quirinal.

Mais je n’ai pas dit mon dernier mot, je pars pour de nouvelles aventures vers l’Italie et le lac Majeur, pour quelques jours.

A propos de l'auteur

Elisabeth Itti

Elisabeth Itti

Rédactrice

Commentaires (5)

  • jocelyne

    jocelyne

    31 octobre 2010 à 17:34 |
    C'est une véritable odyssée que vous nous révélez avec humour!!

    Répondre

  • Sarah Bornstein

    Sarah Bornstein

    30 octobre 2010 à 00:30 |
    Vous me faites tellement rire. Take Care !

    Répondre

  • OLIVIER EYQUEM as Holy Cow

    OLIVIER EYQUEM as Holy Cow

    29 octobre 2010 à 21:31 |
    J'ai un escalier assez pericoloso. Voudriez-vous venir le tester? Non, ne répondez pas, laissez-moi juste espérer votre venue. Attendre, ô doux supplice…  Au premier bruit de chute, je saurai que vous avez dit "Oui". Un "Oui" fracassant.

    Répondre

  • Guerrier Elisabeth

    Guerrier Elisabeth

    29 octobre 2010 à 20:26 |
    Un bon éclat de rire au coucher sur le dos d'une autre, c'est un délice !
    Vous avez vraiment un talent exceptionnel, qui comme tout talent doit se travailler.
    Elisabeth,s'il vous plait tombez plus tard, ailleurs mais tombez !!!

    Répondre

  • elisabeth

    elisabeth

    29 octobre 2010 à 19:46 |
    Pour Rome, le volcan en a dédidé autrement, 30 mn avant le départ, alors qu'il en faut 50 pour arriver à l'aéroport, un mail nous avertissait que le vol était annulé.

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.