Pourim : du silence de D-ieu à la joie sans limite. Article de Gilles Bernheim, grand Rabbin de France

le 16 mars 2012. dans La une, Religions

Pourim : du silence de D-ieu à la joie sans limite. Article de Gilles Bernheim, grand Rabbin de France

Le rouleau d'Esther – la meguila – représente un drame qui se déroule selon les règles de l'art. Après un prologue en bonne et due forme, l'action progresse avec une rapidité vertigineuse, sans se laisser arrêter par des descriptions, et elle passionne le lecteur par l'âpre lutte que se livrent les deux protagonistes, Aman et Mardochée. Au moment même où les intrigues d'Aman semblent aboutir et conduire Israël au bord du précipice, la situation se renverse soudain par suite d'un événement banal, l'insomnie du roi. La catastrophe prête à s'abattre sur Israël est conjurée. Aman et ses dix fils sont mis à mort, Mardochée est élevé à la plus haute dignité du royaume; Israël est non seulement sauvé, mais, s'élevant contre l'abjection où l'avait tenu Aman, il devient l'objet de la sympathie et de l'estime générales.

Plusieurs remarques s'imposent à la lecture du rouleau d'Esther. Le livre d'Esther est le seul livre de la Bible où le nom de D-ieu ne figure pas; aucune invocation, aucune prière ne lui est adressée. Pourtant, ce livre est l'objet d'une plus grande vénération que tous les autres livres de la Bible, la Torah (le Pentateuque) exceptée. Comme le dit Maïmonide: «Tous les autres livres tomberont en désuétude, seul, à côté de la Torah, le livre d'Esther survivra; le souvenir de la catastrophe dont nous étions menacés et dont nous avons été sauvés ne s'effacera jamais du cœur de notre peuple».

De plus, il n'y a pas la moindre trace ou mention d'un miracle. Les personnages agissent selon leurs caractères, chaque acteur forge des projets, et prend des résolutions conformes à sa nature; le dénouement, toutefois, provient d'un événement banal, mais providentiel.

C'est dans cette dernière particularité que semblent résider la leçon capitale de la meguila et son enseignement fécond pour les générations à venir. Les temps des miracles sont passés. D-ieu, en se dissimulant – si l'expression est permise – se tiendra derrière la scène d'où il tirera les fils par lesquels se trament les péripéties de la lutte tragique entre Israël et ses ennemis, et c'est à son messager le hasard, en apparence, qu'en dernier lieu il confiera l'arbitrage.

Il faut noter à cet égard que, selon la Tradition, l'histoire d'Esther marque la fin du temps des prophètes. Dès lors que la parole divine n'est plus transmise par la bouche des prophètes, les hommes sont confrontés à une solitude suffisamment profonde pour qu'on voie apparaître – et ce n'est sans doute pas un hasard – les prémices de la philosophie. Mais cette situation nouvelle appelle un travail de deuil. Si le nom de D-ieu n'apparaît plus, c'est à la fois parce que la voix prophétique s'est tue, et parce que D-ieu veut apprendre aux hommes à vivre avec Lui sans « présence » incarnée de Sa parole; il nous faut apprendre à faire le deuil d'une parole qui décide à la place de l'intelligence humaine et mettre cette dernière au service de l'interprétation divine. Cette inquiétude des hommes va se traduire par la naissance de la philosophie et de la science, expressions de la nostalgie de D-ieu, ce qui signifie sans doute que «le discours philosophique peut être une pathétique protestation contre le silence de D-ieu» et que plus tard, au Moyen Âge, la tentation de parler de D-ieu se fera au nom de la lumière naturelle. L'homme se tournera alors vers le monde de la nature.

Mais alors si le nom divin reste imprononçable et si, dans le livre d'Esther, il est absent, c'est peut-être aussi pour nous inciter à nous défaire de toute tentation de mainmise sur le divin à partir de la possession de son nom, et aussi pour déjouer les ruses de la conduite magique qui espère accaparer le divin à son profit. Ce qui justifierait aussi bien l'absence du nom divin dans le texte que l'absence de miracle – de magie – dans l'histoire d'Esther.

Ce qui n'empêche pas les plus grands maîtres d'Israël de souligner l'importance de la gaîté exubérante qui, à l'occasion du festin de Pourim, marque la volonté du peuple juif de se réjouir tout au long de ce jour. Cela, dans un souci d'autodérision qui traduit cette volonté de privilégier le rire et l'humour en abusant du vin, jusqu'à ne plus avoir l'esprit assez clair pour décider si la chute d'Aman ou l'élévation de Mardochée était ce qu'il y avait de plus salutaire. Il s'agit d'avertir tout un chacun de ne pas se prendre trop au sérieux. C'est au moment où le vœu d'Aman d'anéantir Israël se révèle impossible qu'il fait rire, par son inanité même. Et au plus profond, l'homme qui rit de lui-même va vers sa vérité.

 

 

Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France

 

(Actualité juive N°1200. Jeudi 1er mars 2012)
 

Commentaires (2)

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    16 mars 2012 à 20:11 |
    Ce qui est – entre autres! – très intéressant dans le livre d’Esther, c’est le thème du complot. Mardochée déjoue un complot contre le roi. Jaloux de son ascension, l’ignoble Haman l’accuse, lui et, d’une manière générale, les juifs, de comploter contre les lois du royaume. Esther réussira, à son tour, à faire échouer ce deuxième complot en rappelant au roi que Mardochée lui avait sauvé la vie.
    Dans cette histoire, Haman accuse Mardochée de ce dont il est lui-même coupable : de complot ! Figure paradigmatique des antisémites de tous les temps : le trop célèbre « Protocole des sages de Sion » impute aux juifs une machination destinée à dominer le monde ; alors que la seule machination est celle ourdie contre eux, les juifs. En réalité, ce sont toujours les antisémites qui complotent : ils projettent sur leurs ennemis leurs propres vices : l’hypocrisie et la manipulation.

    Répondre

  • Maurice Lévy

    Maurice Lévy

    16 mars 2012 à 17:06 |
    Oui, Monsieur le Grand Rabbin, j’apprécie votre texte qui s’emploie à définir l’absence du nom de D. dans le texte de la Méguila, non comme un abandon, mais au contraire, comme la nécessité pour l’homme de devoir se prendre en charge et protéger ses proches, animé des règles de justice de la Tora.
    Que n’a-t-on connu de héros ou d’héroïne pour assumer cette mission de sauvetage des Juifs d’Europe en 1939-1945 ???
    Belle leçon que nous recevons là, en cette période, de devoir se prendre en charge en toute occasion, la prière devant rester l’occasion du rassemblement, condition de la survie avant l’irréparable …

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.