Actualité

Shimon Peres : vis pacem, para bellum

Ecrit par Jean-François Vincent le 08 octobre 2016. dans Monde, La une, Politique, Actualité

Shimon Peres : vis pacem, para bellum

Shimon Peres est probablement le plus populaire de tous les hommes politiques israéliens, à l’intérieur comme à l’extérieur, voire jusque chez les Palestiniens. Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, a tenu à assister personnellement à ses obsèques.

Il restera, bien sûr, comme une colombe : prix Nobel de la paix 1994, initiateur avec Yitzhak Rabin des accords d’Oslo, artisan la même année du traité de paix avec la Jordanie, fondateur en 1996 du Centre Peres pour la paix. La paix, toujours la paix donc.

Mais si Peres était pacifique, il n’était en rien pacifiste.

En tant qu’adjoint au ministre de la défense, il fut le père de l’arme atomique israélienne, maître d’œuvre du projet « Dimona », qui le vit négocier, au nom d’Israël, à Sèvres, dans la banlieue parisienne, la livraison d’un réacteur nucléaire civil ; lequel permit la fission d’uranium et de plutonium, indispensable à la fabrication de la bombe.

Sur le plan militaire, il coordonna en 1956 la riposte franco-anglo-israélienne à l’occupation par Nasser du canal de Suez ; et en 1996, il fut, cette fois en qualité de premier ministre, à l’origine d’une guerre – baptisée « opération raisins de la colère » – contre le Hezbollah libanais, en réponse au bombardement par celui-ci du nord du pays, au moyen de roquettes de type Katioucha.

Devenu président, Peres, bien que n’ayant plus qu’un rôle représentatif, approuva l’offensive « plomb durci » contre la bande de Gaza, dont le coût matériel et humain fut considérable. « Nous ne comprenions pas, expliqua-t-il dans un discours devant l’Agence Juive à Jérusalem, et nous ne comprenons pas encore maintenant, pourquoi, après avoir évacué Gaza, ses dirigeants commencèrent à tirer des milliers de missiles contre nos civils. Pour quelle raison ? Dans quel but ? ». Parallèlement, Peres soutint le – très controversé – blocus de Gaza : « Israël lèverait le blocus, affirma-t-il, si le Hamas montrait quelque intérêt à faire la paix ».

D’où l’épitaphe, mi-figue, mi-raisin, que lui réserva le quotidien de gauche Haaretz : « si Israël se trouve au bord d’un abyme moral, peut-on lire dans son numéro du 28 septembre, Peres y a sa part. Si c’est un pays en route vers l’apartheid, il en fut le co-fondateur ».

Jugement sévère. Peres était avant tout un réaliste, conscient de ce qu’un compromis est très difficile avec les leaders palestiniens actuels, en particulier ceux du Hamas, et plus difficile encore avec l’allié du Hamas, via le Hezbollah : l’Iran.

Ainsi qu’il l’écrit lui-même dans ses mémoires : « La paix ressemble beaucoup à l’amour. C’est un processus romantique. Il faut y vivre, il faut s’y investir, il faut y croire. De même qu’on ne peut imposer l’amour, de même, on ne peut imposer la paix ».

Si tu veux la paix, prépare la guerre. Oui, M. Peres, vous avez eu raison.

L’adieu à Shimon Pérès, homme de sécurité et homme de paix

Ecrit par JCall le 08 octobre 2016. dans Monde, La une, Politique, Actualité

L’adieu à Shimon Pérès, homme de sécurité et homme de paix

Shimon Pérès, qui vient de nous quitter à l’âge de 93 ans, a consacré toute sa vie au service d’Israël. Durant cette longue et remarquable carrière, la sécurité et le développement de l’Etat juif ont toujours été ses objectifs majeurs. Mais sa perception de l’ordre des priorités a nettement évolué au fil du temps : autant le jeune Pérès passait pour un « faucon », autant le Pérès de l’âge mûr était devenu un combattant de la paix. Cette évolution reflète une prise de conscience de l’impérieuse nécessité de la paix, et aussi une inquiétude croissante face aux phénomènes négatifs apparus au sein de la société israélienne, travaillée par les logiques perverses de l’occupation et de la répression – à telle enseigne que vers la fin de sa vie, selon le témoignage de l’ancien dirigeant travailliste Ouzi Baram (Haaretz, 28 septembre 2016), Pérès en était venu à penser que « le gouvernement de la droite tourne le dos aux principes démocratiques d’Israël ».

Si Shimon Pérès a passé la première partie de sa carrière dans le domaine de la défense nationale, c’est parce que David Ben Gourion lui avait très tôt confié des tâches de premier plan. Avant même la naissance de l’Etat, ce jeune homme de 24 ans, arrivé treize ans auparavant de sa Pologne natale, était responsable des achats d’armes pour la Haganah. Quelques années plus tard, âgé de 30 ans à peine, il devint directeur général du ministère de la défense. En 1959, à l’âge de 35 ans, il passa du statut de fonctionnaire à celui d’homme politique et entra au gouvernement comme ministre adjoint de la défense. Il y resta jusqu’en 1965.

Durant cette longue période, Shimon Pérès initia et géra des projets majeurs pour la sécurité du pays, notamment la diversification des contrats d’achat d’armements à l’étranger, la création des industries militaires et des industries aéronautiques, ainsi que le développement de la capacité nucléaire israélienne avec la centrale de Dimona.

Pérès est ensuite ministre de la défense dans le premier gouvernement d’Itzhak Rabin, entre 1974 et 1977. C’est dans ce cadre qu’en décembre 1975 il facilite la création de la première « implantation » israélienne en Cisjordanie, trente familles appartenant à la mouvance nationaliste religieuse s’installant dans une base militaire proche de la ville de Naplouse. Ainsi naîtront les colonies d’Elon Moreh et Kedumim. Les colonies d’Ofra et Ariel bénéficieront elles aussi de l’aide de Shimon Pérès. Ce dernier dira par la suite son regret ; il avait sous-estimé, expliquera-t-il, la volonté des colons de faire de l’occupation des territoires un acte irréversible. Il est vrai qu’à cette époque le phénomène de la « colonisation » israélienne en Cisjordanie est encore très marginal, et est souvent vu à travers le prisme du contrôle militaire qu’en l’absence d’un règlement politique global Israël veut exercer sur les territoires. La création d’implantations juives en Cisjordanie ne prendra réellement son essor qu’après la venue au pouvoir du Likoud, en 1977. La question de l’avenir politique de la Cisjordanie passera alors au premier plan des préoccupations des dirigeants travaillistes, y compris Shimon Pérès.

Colombie : la triste victoire de la résignation

Ecrit par Alexis Brunet le 08 octobre 2016. dans Monde, La une, Politique, Actualité

Colombie : la triste victoire de la résignation

Les espoirs de paix douchés

Faisant voler en éclats les sondages qui annonçaient ces dernières semaines une large victoire du « oui » au référendum sur la paix avec les Farc, le « non » l’a emporté sur le fil dimanche dernier. Si j’étais dubitatif sur la crédibilité de ces sondages, j’ai aussi été déconcerté par l’annonce du résultat.

Santos, le président colombien, aurait pu faire passer son traité de paix avec les Farc sans consulter le peuple. Il a souhaité lui donner plus de poids en organisant un référendum. Il s’est sans doute imaginé un peu naïvement qu’on préfère une paix – même imparfaite – à une guerre. Sauf que non. L’accord n’a aucune valeur légale. Six ans de négociations pour rien. Un plan de paix de près de trois cents pages, que peu de Colombiens ont lu, pour rien. Des signatures et annonces à tout va pour rien. Les colombes et le Prix Nobel envolés. Vu ainsi ça pourrait prêter à sourire. Sauf qu’il s’agit de la tentative la plus aboutie de mettre un terme à un bien vieux et sale conflit qui s’envole avec. Pourquoi les Colombiens ont-ils rejeté cet accord dans l’isoloir ? Beaucoup ont eu peur qu’il permette aux Farc d’accéder un jour au pouvoir. L’ancien président Alvaro Uribe – grand vainqueur de ce coup de théâtre – qui n’a cessé de clamer ces derniers mois que cet accord ouvrirait la porte à une dictature communiste de type Venezuela ou Cuba, y est pour beaucoup. Il ne s’agissait pourtant que de cinq députés et cinq sénateurs des Farc qui auraient fait leur entrée dans l’arène politique. Et à moins d’un coup d’Etat, imaginer Timochenko – guide suprême des Farc – qui doit se contenter d’un taux de popularité de 3%, être couronné un jour premier roi communiste de Colombie revient à envisager que nous serions bientôt dirigés d’une main de fer par Nathalie Artaud. Une hypothèse mensongère et grotesque donc, mais qui a porté ses fruits.

Les Farc mènent le bal

L’ironie de cette histoire, c’est que la possibilité ou non de voir renaître un plan de paix est soumise au bon vouloir des Farc. Ces derniers ont affirmé à plusieurs reprises avant le vote que si le « non » l’emportait, ils ne retourneraient pas à la table des négociations. Santos a aussi dit que les hostilités reprendraient. Uribe a répété pendant des mois que cet accord devait être modifié. Sauf qu’invité aux négociations à la Havane quatre ans durant, il n’a jamais voulu y mettre les pieds. À l’annonce des résultats, tandis que Santos a affirmé vouloir lutter pour la pacification de son pays jusqu’à la fin de son mandat, Timochenko a annoncé maintenir sa volonté d’aller jusqu’à la paix. Reste à voir si les coéquipiers de ce dernier acceptent de reprendre des pourparlers et sous quelles conditions. Beaucoup de Colombiens ont estimé que ce traité n’était pas assez dur envers les Farc, et doutent de la bonne intégration des guérilléros dans la société civile. Mais ces derniers ont-ils vraiment intérêt à accepter d’aller docilement en prison – et avec le sourire – alors qu’ils n’ont jamais perdu leur guerre ?

Le migrant et les deux Europe

Ecrit par Martine L. Petauton le 08 octobre 2016. dans Monde, La une, Politique, Actualité

Le migrant et les deux Europe

L’autre ne fait décidément plus recette en Europe… et cela, même si, quelques centimètres avant le précipice, le projet de Victor Orban, le Hongrois, a butté hier sur l’abstention massive (près d’1 Hongrois sur 2 n’a pas voté) avec pour conséquences la non-validation juridique de la consultation. Mais on sent bien que c’est reculer pour mieux sauter, demain n’est plus sûr. La falaise d’Etretat est pilonnée patiemment à sa base…

Ce 2 octobre, en Hongrie, à l’abri de murs hérissés de barbelés, gardés par des chiens et des milices, Victor Orban voulait consolider un pouvoir largement populiste, si ce n’est fascisant, en faisant voter non à la question simpliste de son référendum :« Voulez-vous que la Hongrie accepte des réfugiés venus de Syrie ? »(on aura compris que la phrase est modulable à toutes autres origines de migrants). Sur le total exprimé, pas moins de 95% se sont prononcés pour ce « non ! » Le pays, à ce titre, peut devenir un modèle générique que d’autres déclineront à l’envie : ceux qui s’opposent aux « hordes » venues d’ailleurs, aux « invasions barbares », à ceux qui ne sont pas comme nous, en ça ou en ça, à l’ailleurs simplement. Ceux qui « en ont » ! Ceux que l’étrange étranger transit. Prototype de gens, de pays qui prônent la fermeture, le mur, la frontière de fer, comme seuls viatiques et programmes… Hongrie des grandes plaines où passèrent les Huns, où mugissait Gengis Khan en son temps. Unique ?? ou, malheureusement, première de cordée dans une foule de semblables ?

Cohérent, en tous cas, le petit pays nageant avec les autres de l’Est en dehors du communisme, partageant avec certains voisins cette signalétique, hors du système soviétique, dont il a souffert, hésitations multiples sur les voies « démocratiques » à choisir, adhésion à l’UE, moitié pour avoir une identité, moitié pour les mannes diverses et trébuchantes. Comme ailleurs – plus qu’ailleurs – un penchant pour des pouvoirs forts en gueule, une fabrication sur le tard et à la va-vite d’un type-hongrois mitonné à l’ombre d’un récit national (lisez donc les livres d’histoire des petits), insistant sur une identité, y compris chrétienne, dont les façons de vivre ne sauraient cohabiter avec d’autres, et surtout pas des musulmans. Ce qui correspond aussi au « sentiment national » des frères polonais, actuellement. Résumons : racisme, nationalisme, lecture pour le moins originale des valeurs des Lumières droits-de-l’hommiste et du christianisme, vision lointaine et fantasmée de l’UE à laquelle ce dimanche un défi – signe d’un pouvoir dangereusement hargneux – avait été lancé ; a été bel et bien lancé. Comme un autre Brexit qui aurait sonné au soir du 2 octobre… voilà ce qui se cuisine à l’Est. Un Est dans les 28, pourtant, car, chaque pays de l’union n’a-t-il pas accepté l’obligation de recevoir et de traiter au mieux des Droits de l’homme son quota de migrants ? La Hongrie européenne, de facto, également, mais la Hongrie de Orban s’autorise autre chose – schizophrénie curieuse. Au nom du pouvoir souverain de son peuple aux opinions évidemment mouvantes, comme c’est le cas de tous les peuples, ce peuple tout d’un coup idolâtré, en capacité de s’affranchir du Droit de la collectivité à laquelle il appartient. Référendum bonapartiste à la clé, qui ficherait à la poubelle des engagements du vivre ensemble, à plusieurs. Colocation à la hongroise, particulière. Modèle futur de vie dans une Europe à plusieurs vitesses et cercles, image de moins en moins floue de ce choc à venir entre le projet collectif et les valeurs et le repli sur un souverainisme encore frétillant. Pour lors, UE dont les « diktats » passant au-dessus de la tête des peuples serait devenue insupportable – ce que dit le vote de Budapest du jour – pour ces pays nouveaux adhérents, dont on analyse sans fin chez nous la faible maturité politique, la difficulté d’accepter la dose de collectif que porte l’UE, ceci au nom de leur récente histoire et de leur besoin inextinguible de libertés. C’est d’une autre Europe que la nôtre, dont parlent – même – certains intellectuels de ces pays d’Europe Centrale – laissons de côté la prétendue « populace » propre à tous les fascismes. On y dessine une Europe ferme, arc-boutée sur sa « civilisation » chrétienne, sur des frontières moins poreuses, militairement défendues. A l’intérieur, nous tous, à l’extérieur, les autres. On se croirait revenu au fameux choc de civilisations et à ses bulles, au siège de Vienne, au XVIème siècle, face à Soliman ; un monde en morceaux bien délimités. Un univers, des mentalités qui disent bruyamment : tout sauf cette globalisation, des marchandises – passe encore – mais des hommes ! Halte là. J’entendais dans un sujet TV, un responsable hongrois, tout sourire, présenter son pays comme le fer de lance de la défense de l’Europe, façon / poussez-vous de là, on s’en occupe…

L'Histoire, le retour de Vichy ?

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 01 octobre 2016. dans La une, France, Education, Politique, Actualité

L'Histoire, le retour de Vichy ?

L’Histoire et son enseignement ont toujours été une sorte de champ de bataille idéologique entre les politiques, parfois pour le meilleur (de vrais débats), mais le plus souvent pour le pire. Il y eut une époque où la gauche, prise dans son ensemble, apparaissait comme relativement hégémonique, dans le cadre de la grande tradition issue des recherches d’universitaires éminents, depuis la IIIème République (Albert Mathiez, Albert Soboul, puis l’École des Annales avec son « pape » Fernand Braudel, etc.). De plus, qui pourrait oublier notamment en ce qui concerne les politiques la célèbre formule prononcée devant les députés le 29 janvier 1891 par Georges Clémenceau : « La Révolution française est un bloc » ? Ajoutons qu’à partir des lendemains de la Seconde Guerre mondiale, sur la forme, une pédagogie active et individualisée commença à se mettre en place avec des hommes de talent tel que Célestin Freinet, et que par la suite d’autres pédagogues de renommée internationale, comme le philosophe et chercheur (sur la gestion mentale) Antoine de La Garanderie (décédé en 2010), apportèrent des ouvertures insoupçonnées. Or, il se trouve que, depuis quelque temps, nous assistons à une offensive de type conservatrice, voire réactionnaire, à la fois sur le fond et la forme de l’Histoire et de son enseignement à venir, en liaison avec les déjà relativement proches élections présidentielles de 2017.

Il y eut tout d’abord les déclarations récentes de Nicolas Sarkozy et de François Fillon. Le premier par ses propos (affirmés par deux fois) choqua la plus grande partie (voire l’intégralité) des professeurs d’Histoire et des historiens chercheurs. Rappelons en effet que le candidat aux primaires de la droite et du centre affirma que « pour être et se dire français, il faut devenir gaulois ». Plus idiot que cela, on ne pouvait dire, puisque tous les spécialistes savent que la Gaule n’était qu’une expression géographique (employée essentiellement par les Romains, dans l’Antiquité), et que de multiples cultures et civilisations peuplaient notre territoire, dont notamment (mais pas seulement) les Celtes. Il y eut aussi les annonces d’un autre important candidat à ces primaires, en l’occurrence François Fillon. Celui-ci déclara que s’il devenait président de la république, l’enseignement de l’Histoire se fixerait comme objectif – au moins dans le primaire pour un premier temps – de tout fonder sur « le récit national » ; en somme, une Histoire de France, mais avec forcément (en parallèle) une diminution de la place accordée à celle des Français (fait qui fut un acquis absolument considérable de l’École des Annales).

Crépusculaire, la rentrée politique…

Ecrit par Martine L. Petauton le 10 septembre 2016. dans La une, France, Politique, Actualité

Crépusculaire, la rentrée politique…

On hésite : ce tableau deCaspar David Friedrich, où deux hommes vêtus de noir regardent – ils sont de dos – un « paysage du soir » ? Et puis, non, car l’horizon y est ouvert sur le rougeoiement de lointains portant leurs lendemains, donc des possibles. Ou bien, plutôt, ce Gérard Garouste, « les violents contre eux-mêmes », un homme abîmé, torturé ? faisant face à un arbre-pieuvre aux têtes menaçantes, bref une image de cauchemar, fin d’époque, lugubre banquet où chacun mange le voisin...

Sombre et inquiétante à souhait, la rentrée politique 2016, basculant ses néants, d’Université d’été en causerie de place de village. Rien qui ressemble en fait à ce que nous connaissions ; nos rituels, où Majorité portait beau et bronzé au sortir de vacances reconstituantes, où Opposition glapissait, pleine d’appétit, toutes dents dehors blanchies par l’été. Chacune bien calée dans son rôle, un brin de guignol, mais encore du vrai politique. Rien, il faut dire, dans cette annus horribilis – une de plus – ne sonnant plus comme naguère.

La Droite, pardon les multiples Droites, entament en fanfare le bal, tirées au milieu de la piste par le plus agité des siens – remuant, comme on le dit d’un enfant sous Ritaline. Sarkozy mène la danse avec un son de fin de vieille récré de 10 h, comme toujours. Tire la couverture à lui avec force grognements, est de toutes les photos, à peine plus grisonnant que dans nos mémoires de 2012. Avez-vous remarqué, dans ses serrages frénétiques de mains de ses fans (seigneur ! encore fort énamourés), il ne cesse de dire : merci ! étonné probablement qu’on lui propose encore un rôle. Tout, à droite – et tous – dérivent plus ou moins bruyamment dans le « plus à droite, toute ». Décomplexée ou plus gênée la manœuvre, mais unanime. Face aux échecs électoraux à venir, supposés, de plus en plus plausibles, de la gauche de gouvernement, il faut que le drapeau claque clairement autre, alternance oblige, qu’il soit visible en haut du mât, que les signaux dits, écrits – voix plus ou moins haute et sonore – l’affichent partout : – quand on changera, ce sera pour le dur. Le Pen nous fait de l’ombre sur nos salades de demain, foin ! On va la doubler sur son extrême droite. Dans la foire de bonimenteurs à l’œuvre ces jours-ci, il y a ce qui est donné à entendre au peuple de Droite, électorat énervé et affamé, shooté par ses frustrations et le désir de revanche, plus loin du raisonnable que les chefs, et ce qui est glapi en direction des autres, des innombrables prétendants à la Primaire de novembre, du moins, de ceux du premier rang. Il y a là, les mines, la communication non verbale – Sarko plus mâle et colérique que le maire de Bordeaux, Lemaire, dont le sourire affable se perd dans l’œil sombre d’un Fillon… NKM tout en miel de surface et en aiguillons de fond. Et puis – mais qui d’entre nous a franchement perdu 3 heures chaudes à ouvrir ces textes – il y a le fond de sauce des programmes, chantant un « plus libéral que moi, tu meurs » à faire frissonner la canicule ; et pan dans les droits sociaux, pan dans les restes de l’État providence… allez donc voir vos retraites futures, vos chômages à venir, l’école de vos gamins, les soins de vos aînés… c’est là, dans le secret de pages froides et dures qu’on trouve le dénominateur des Droites, plus décidées que jamais à quitter les rivages d’union nationale conjoncturelle (réécoutez le diapason des leaders droitiers, franchement ignobles au lendemain de Nice), prenant de l’altitude (mauvais vents !) par rapport aux décisions de gouvernance qu’ils auraient prises identiquement, se voilant la face : – la République ! Quelle République ?

Tu quoque fili ?

Ecrit par Jean-François Vincent le 03 septembre 2016. dans La une, France, Politique, Actualité

Tu quoque fili ?

Cette semaine, Emmanuel Macron a – gentiment – poignardé dans le dos celui à qui il devait sa – brève ? – carrière politique, tout en prenant prudemment ses marques pour les présidentielles de l’année prochaine, au cas où Hollande n’irait pas.

Macron me fait penser à Jean-Jacques Servan-Schreiber : même sourire carnassier, même tropisme vers l’Outre-Atlantique (JJSS publia son Défi américain en 1967), même libéralisme assumé, même brièveté du passage aux affaires (deux mois pour JJSS, deux ans pour Macron), enfin même positionnement aux confins de la polarité droite/gauche.

Mais il y a un « hic » qui les différencie radicalement : le parricide. L’opinion n’aime pas. En 95, Sarkozy trahit son « idole » de jeunesse, Chirac, en ralliant Balladur qu’il croyait gagnant. Résultat des courses : sept ans de traversée du désert. En 98, Bruno Mégret tenta d’assassiner Le Pen père en faisant une OPA sur le Front National. Echec, son schisme échoua et le parti croupion qu’il fut contraint de fonder Le MNR (Mouvement National Républicain) végéta lamentablement.

Les Français sont légitimistes. Le président de la république, qu’on le veuille ou non, campe le pater patriae romain. Le tuer ne pardonne pas.

La psychanalyse n’a pas sa place en politique…

Rimbaud et le burkini

Ecrit par Sabine Aussenac le 03 septembre 2016. dans La une, Actualité, Société

Rimbaud et le burkini

Elle est retrouvée.

Quoi ? – L’Éternité.

C’est la mer allée

Avec le soleil…

 

Ils sont tous là, au cénacle des bien-pensants ou des libres penseurs. Je viens de croiser Edwy Plenel et Jaurès sur Mediapart, et puis Enthoven ailleurs, dans une direction contraire, bientôt BHL et Finky donneront de leurs voix, et à la rentrée tout le monde mettra son grain de sel chez Ruquier ou même chez Hanouna…

Je ne suis rien, je ne suis personne, mais je souhaiterais élever ma petite voix au nom de la FEMME, justement, car des femmes, nous entendons certes beaucoup parler depuis 48 heures, mais sans qu’elles aient réellement voix au chapitre…

J’aimerais simplement rappeler à ces messieurs de gauche et libertaires que le burkini, surgeon de la burqa, n’est rien d’autre qu’une pratique mutilatoire, au même titre que l’excision, que les lèvres à plateau ou que les pieds bandés des petites chinoises…

Le burkini en effet, n’en déplaise à ses adorateurs, tend à empêcher l’éternité rimbaldienne qu’est « la mer alliée avec le soleil », cette éternité estivale dans laquelle chaque femme offrant son corps à Râ se fait un peu origine du monde, lorsque son corps paulinien devient « le temple de l’âme », comme le dit mon Saint préféré…

Le burkini prétend, puisque c’est son rôle, permettre à la femme musulmane – et fière de le démonter publiquement – de profiter des bains de mer, mais un peu comme en ces temps victoriens où nos consœurs se baignaient en crinoline, ou presque… Il vise surtout, comme la burqa, et comme le voile, à mutiler l’intégrité du corps charnel féminin, en couvrant chastement tout ce que les yeux avides du Mâle contempteur de formes et de plaisir pourraient en déguster au passage, entre parasols et beignets aux pommes.

Car la femme musulmane, que depuis quelques décennies, les intégristes de tout poil – auxquels s’associent aujourd’hui, et j’en vomis, cher Edwy Plenel, les pseudos défenseurs des libertés, en appelant à la loi de la séparation de l’Église et de l’État et à moults autres combats… – et de divers pays ou se prétendant tels, veulent vêtir, si possible entièrement, de ces horribles oripeaux que sont le voile, la burqa et le burkini, des plages de Corse aux déserts de l’Afghanistan, des routes saoudiennes sur lesquelles aucune femme ne conduit aux Champs-Elysées arpentés par des épouses des milliardaires du Qatar, n’a de femme que la charge ancestrale de la reproduction et de la soumission !

Burkini : que dit le droit ?

Ecrit par Jean-François Vincent le 03 septembre 2016. dans La une, Actualité, Société

Burkini : que dit le droit ?

Le feuilleton – piteux et clochemerlesque – de l’été a suscité sur les réseaux sociaux des commentaires qui manifestent une ignorance dommageable du droit. Pour combler cette regrettable lacune, je me propose de faire ici une mise au point.

Il convient de garder en mémoire plusieurs points importants :

1) La loi de 1905 n’interdit le port de signes religieux qu’à l’état lui-même, aux collectivités publiques et à leurs agents. Pas au simple citoyen.

2) La loi de 2004 interdisant lesdits signes à l’école (et seulement à l’école), ainsi que celle de 2010 prohibant le niqab sur tout l’espace public sont des exceptions à la loi de 1905 et non la règle.

3) Un principe fondamental du droit, notamment du droit pénal, est l’adage selon lequel « tout ce qui n’est pas interdit est permis ».

En conséquence de quoi, le conseil d’état a très logiquement censuré l’arrêt municipal interdisant le burkini. Ce n’est d’ailleurs pas une nouveauté, la jurisprudence en la matière est d’une grande constance : le 19 février 1909, dans l’arrêt abbé Olivier, la plus haute juridiction de l’ordre administratif (il convient de rappeler ici la double hiérarchie juridictionnelle, l’ordre judiciaire pour les litiges entre particuliers et l’ordre administratif pour les litiges entre les particuliers et l’état) annulait l’arrêté d’un maire cherchant à empêcher un curé de mener, en soutane, une procession dans sa commune.

Le seul argument juridique qui pouvait valablement être invoqué, dans cette affaire, était celui de l’ordre public : le spectacle de burkinis sur une plage peut-il entraîner des violences et des affrontements, comme cela s’est produit en Corse ? La réponse, bien sûr, comme tout ce qui concerne des notions floues – les « bonnes mœurs » en sont une autre – ne saurait échapper à l’appréciation, nécessairement subjective, du juge. En l’état, le moins que l’on puisse dire est que les preuves de la réalité d’une telle menace faisaient défaut.

En conclusion, aux citoyens et à l’état de prendre ses responsabilités : si l’on veut ajouter un codicille à la loi de 1905, proscrivant les signes religieux sur tout l’espace public, alors il convient de légiférer. Mais il s’agirait, dans une telle hypothèse, d’un ajout, de quelque chose qui n’existe pas encore dans notre droit.

Le burkini n’étant toujours pas interdit, il ne peut qu’être autorisé.

Rocard, notre jeunesse

Ecrit par Martine L. Petauton le 09 juillet 2016. dans La une, France, Politique, Actualité

Pour Robert

Rocard, notre jeunesse

La 1ère fois, on l’avait entendu sur l’estrade encore bien gauchisante d’une salle de Clermont. Juste avant les présidentielles de 74, dans un vent de ralliement de son PSU à la campagne de Mitterrand. Nous, jeunes socialistes, on n’était pas peu fiers, de ses crochets de la gauche à Giscard – quelque part, l’autre lui d’en face, qui regardait alors le monde du haut de la finance. Déjà, il avait cette nervosité d’homme pressé quand il traversait les travées et ce regard intransigeant, percutant, qui mesurait la salle comme du haut d’une chaire – voyons un peu s’ils vont suivre… Et c’était difficile de ne pas être emporté par le brio, mais plus encore la pédagogie d’une voix presque sévère – n’était-il pas Protestant – qui expliquait l’économie, et la société, donc leur outil, la politique. Tout paraissait limpide, mais jamais simpliste. Plus tard, beaucoup plus tard naîtrait une légende imbécile, celle du Ha-na-ha de la marionnette qui n’arrivait même pas à finir ses phrases.

La politique et la gauche de ces années-là avaient trouvé une intelligence à la mesure de leurs ambitions, et tout ce temps après – 83 ans, dans le très bel interview de Delahousse que repassait ce dimanche la 2 en guise d’hommage – c’est toujours cette acuité, ce souci du mot juste et cette sincérité d’altitude qui prévaut.

 On vient de perdre une référence, plus, une conscience, et, incontestablement, une morale, mot parfois incongru, en politique, avec ce petit bonhomme, ce Tintin, dit-on, avec belle révérence, le même jour que l’immense Elie Wiesel, et loin après Mendes, le cher Mendes. Ceux dont on se dit qu’ils nous manquent, à peine tourné le chemin ; des bornes allumées sur le bord des nuits noires, qui se seraient éteintes ; métaphore facile mais sincère dans notre chagrin.

Plus tard, jeunes enseignants, dans le Nord, mais plus que jamais socialistes, notre camarade de section, l’ami Bérégovoy, l’avait invité, et c’est à « l’abri » de la fumée de ses cigarettes – qu’est-ce qu’on fumait, alors ! être de gauche sans la cibiche était quasi impensable… – qu’il alimentait les débats de l’avant 81 ; Rocard et ses troupes avaient rejoint le PS, son programme, ses rêves. Nos camarades communistes tordaient déjà le nez sur l’animal ; Mitterrand, ce sphinx et le littéraire infini et lyrique de son intelligence, peut-être pas encore, quoique… Nous, on prenait en bloc, on discutait des « nuit-debout » entières ; parfum idéologique de bon niveau, réflexion partout au menu, prière d’argumenter en cas de désaccord. Plutôt plus riche que maintenant, la politique et le militantisme, je crois... « Je suis un militant qui a essayé de comprendre ce qu’il faisait », assène-t-il du haut de ses 83 piges. Et comment !

<<  1 2 [34 5 6 7  >>