Littérature

A propos de Souvenirs tenus

Ecrit par Jean-François Joubert le 06 septembre 2014. dans La une, Littérature

Recueil d’A, de Cédric Robert, aux Editions du Pont de l’Europe – 10 Euros

A propos de Souvenirs tenus

Aux vents hurlants, qui tourbillonnent et nous perdent dans les couloirs de la vie, l’enfant coule, encore bercé par sa mémoire, prend plumes et plumeaux et dépoussière l’écrit. L’auteur, Cédric Robert, naquit puis adopta cette curieuse folie, celle de raconter sa vie adulte, ses humeurs et petits plaisirs « responsables » en une multitude d’histoires. L’auteur nous livre son Recueil D’A, ce livre jubilatoire, car sensible et fin, en mode suggestion et écrit l’affirmation Souvenirs Tenus.

Pour devenir une voix, celle du nom de « poésie », il faut l’interaction de plusieurs faits, un bain de jouvence, donc connaître le sens du bonheur et des turpitudes, un petit grain de folie, des souvenirs, et des questions. La case dite « poète » ne peut se faire, s’offrir sans questionnement. Ne cherchez pas de réponses toutes faites, posez-vous ces interrogations qui se lèvent dès que le regard va vers le ciel, je cite : « Ou sera-t-elle cet endroit de mort où l’on soigne les blessés en perfusion d’oublis ? ». C’est ce regard qui fait sa différence, sa souffrance, sa solitude, son exclusion et sa beauté d’âme. Ce n’est pas une science pure la poésie, mais une recherche esthétique, des questions qui arpentent l’Univers, en serpentins, telles des rivières qui éclairent celui qui est photosensible d’un sourire, le plaisir d’une rencontre et, si nous sommes malins, c’est pour se jouer de ce destin, pas pantin ; acteur pour exister, pas pour briller. Et pourtant, cet auteur est un diamant de richesse intérieure, car sa révolte est pour Aliénor. Est-ce un nuage ? Un bateau ? Une femme ? Cédric Robert a raison de poser un prénom. Par expérience d’auteur, vaincre la page blanche, c’est donner du sens. Son écrit est universel. Il me donne frissons et émotions en découvrant son Univers et lui, avant même d’atteindre mon regard d’oiseau blessé, il a un but : son texte est un cadeau, voire une offrande, un don d’Amour. Oubliez chez lui la prétention, n’y voyez que l’obligation d’exprimer ses « souvenirs ». Un livre Humain qui pose le grand A, la majuscule. Le texte « à la mer » est notre point de rencontre. L’éditeur, Éditions du Pont de l’Europe, un pont de rencontre, une suspension entre Terre et Ciel. Je cite : « Face à la vie, tout en toi est élégance ». Dandy des mots. Je ne sais pas s’il se rend compte qu’en sublimant cette rencontre, c’est sa richesse intérieure qui est sublimée tant il s’efface et fait face. Dualité non contradictoire ! Sa lutte que je partage : « Mais, je fais de l’ineffable une lutte, L’horloge est de ta perte arrêtée, Pourtant, elle sonne deux fois justes, Et me rappelle encore les jours passés ». Si vous êtes pressés, sachez ce que peut devenir le temps en mode solitude vraie. « Route vraie » disent les marins, celle qu’on trace sur la carte, tenir un cap pour ne pas s’échouer, ne pas faire naufrage, sans une métaphore vide de sens.

Quand je lis Souvenirs Tenus, je lis une rencontre, une immersion, un partage des sentiments, des émotions dit-on ? J’aime alors ce mot, l’invention Humaine d’intelligence. Un concept, comme un autre, pour parler oiseau comme j’aime le faire. La plume de l’auteur est juste finesse et élégance, semblable au modèle féminin de sa mémoire errante, qui me réjouit ! Le roman se dévore, la poésie se déguste. Choisissez de prendre le temps de savourer le menu de Souvenirs Tenus !

KI-C-KI

Ecrit par Gilberte Benayoun le 30 août 2014. dans La une, KI-C-KI, Littérature

KI-C-KI

En cette fin d’été parisien, souvent pluvieux et si peu lumineux, mon choix pour le ki-c-ki de cette fin août s’est porté sur un lumineux et éminent auteur, européen, de langue allemande, vingtième siècle, à deviner, ou à découvrir… à travers ces éblouissants passages que j’ai eu grand plaisir à extraire et retranscrire, studieusement penchée sur ce célèbre pavé de lecture, grandiose chef-d’œuvre de si belle esthétique littéraire, à lire et à goûter en fin gourmet de belle et éclatante littérature, au menu de cette semaine.

 

Extraits :

 

On reconnaît les villes à leur démarche, comme les humains. Ce même voyageur, en rouvrant les yeux, eût été confirmé dans son impression par la nature du mouvement des rues, bien avant d’en être assuré par quelque détail caractéristique. Et s’imaginerait-il seulement qu’il le pût, quelle importance ? C’est depuis le temps des nomades, où il fallait garder en mémoire les lieux de pâture, que l’on surestime ainsi la question de l’endroit où l’on est. Il serait important de démêler pourquoi, quand on parle d’un nez rouge, on se contente de l’affirmation fort imprécise qu’il est rouge, alors qu’il serait possible de le préciser au millième de millimètre près par le moyen des longueurs d’ondes ; et pourquoi, au contraire, à propos de cette entité autrement complexe qu’est la ville où l’on séjourne, on veut toujours savoir exactement de quelle ville particulière il s’agit. Ainsi est-on distrait de questions plus importantes.

Il ne faut donc donner au nom de la ville aucune signification spéciale. Comme toutes les grandes villes, elle était faite d’irrégularité et de changement, de choses et d’affaires glissant l’une devant l’autre, refusant de marcher au pas, s’entrechoquant ; intervalles de silence, voies de passages et ample pulsation rythmique, éternelle dissonance, éternel déséquilibre des rythmes ; en gros, une sorte de liquide en ébullition dans quelque récipient fait de la substance durable des maisons, des lois, des prescriptions et des traditions historiques.

C’est alors que, mettant de l’ordre dans sa maison, comme dit la Bible, il fit une expérience dont l’attente avait été, somme toute, sa véritable occupation. Il s’était mis dans l’agréable obligation de réinstaller entièrement à neuf, et à sa guise, la petite propriété laissée à l’abandon. De la restauration fidèle à l’irrespect total, il avait le choix entre toutes les méthodes, et tous les styles, des Assyriens au cubisme, se présentaient à son esprit. Quel choix fallait-il faire ? L’homme moderne naît en clinique et meurt en clinique : il faut que sa demeure ressemble à une clinique ! Cet impératif venait d’être formulé par un architecte d’avant-garde, tandis qu’un autre, réformateur de l’aménagement, exigeait des parois amovibles sous prétexte que l’homme doit apprendre à vivre en confiance avec son semblable et cesser de s’en isoler par goût du séparatisme. Des temps nouveaux venaient de commencer (il en commence à chaque minute) : à temps nouveaux, style nouveau !

Reflets du temps a lu pour vous

Ecrit par Gilberte Benayoun le 23 août 2014. dans La une, Littérature

Reflets du temps a lu pour vous

« Si tu voyais ça, papa… » : quel joli titre ! prometteur !

Promesse tenue par son auteur, Sabine Vaillant : de l’humour, du rire, des larmes… de très touchants personnages, livre très agréable à lire, une écriture au style fluide comme l’eau fraîche d’une rivière, une héroïne adolescente, très attachante, joliment prénommée Ombeline, et donc 160 pages pleines de vie, d’humour et de délices… (oui oui… malgré tout, malgré la mort de « papounet », malgré tout le reste…) pour tous les âges : ados, adultes, ou centenaires…

Pour donner envie, et mettre en appétit, voici quelques savoureux paragraphes du chapitre 1, pour dire voilà comment ça s’est passé au début, suivis de quelques lignes du chapitre 21 de ce charmant roman de 27 chapitres joliment ciselés et chouettement haletants !

 

Extraits :

Aujourd’hui lundi 11 avril, 18 heures, cela fait un an que mon père est mort.

Personne ! je suis seule dans l’appartement, pas un bruit. Même le chat dort sur le velours de ses pattes.

Tout a été très vite pour papounet. Il ne se sentait pas bien. Il s’est couché. Ma mère a appelé son médecin, qui lui a fait une visite de « courtoisie », comme a dit grand-mère.

– Rien de grave, fatigue et petite gastro, du repos et dans trois jours vous n’y penserez plus, a-t-il diagnostiqué dans un sourire, griffonnant une ordonnance sur le bureau de mon père.

Ça, c’est sûr, électroencéphalogramme plat, il ne risque pas de penser !

Crétin de toubib, pour ne pas dire plus…

Reflets des Arts Bibliographie subjective

Ecrit par Johann Lefebvre le 23 août 2014. dans La une, Arts graphiques, Littérature

Reflets des Arts Bibliographie subjective

Les écrits sur l’art et les artistes sont fort nombreux et constituent une source précieuse pour la compréhension de cette activité spécifiquement humaine et de ceux qui la pratiquent, depuis les traités d’esthétique jusqu’aux biographies d’artistes, en passant par les critiques. Le choix d’ouvrages que je vous propose est un parcours de lectures, le mien, qui peut être pris comme une piste vers d’autres découvertes puisqu’il fait des carrefours avec les chemins esthétiques de chacun. Il n’y a donc pas d’oublis dans cette liste forcément non exhaustive, juste des évocations. J’invite nos lecteurs à porter en commentaires du présent article les ouvrages sur l’art qui à leurs yeux méritent d’être lus.

PHILOSOPHES. L’esthétique, branche bien ramifiée de la philosophie, dont l’objet est le beau, que celui-ci soit abordé par son essence ou par sa perception, a été le sujet de dissertation de penseurs de tous les temps. Bien que d’origine grecque (αίσθησιs), le mot « esthétique », en tant que philosophie de l’art ou science du beau, est un terme récent inventé par Alexander Gottlieb Baumgarten dans son « Meditationes philosophicae de nonnullis ad poema pertinentibus » (Méditations philosophiques sur quelques aspects de l’essence du poème, 1755), qu’il reprend et développe dans « Æsthetica », où il approfondit l’idée d’une science de la connaissance sensible, à tel point que théoriquement et historiquement cet essai est une réforme de la Poétique aristotélicienne. Voici quelques repères :

PLATON : « Le Banquet », « Hippias majeur », « Phèdre », « Ion »

ARISTOTE : « La Poétique »

VOLTAIRE : l’article « Beau » dans son « Dictionnaire Philosophique Portatif » (1764)

Emmanuel KANT : « Observations sur le sentiment du beau et du sublime » (1764)

Georg Wilhelm Friedrich HEGEL : « Esthétique (leçons) » (1818-1829)

Arthur SCHOPENHAUER : « Le monde comme volonté et comme représentation » (1819)

Friedrich NIETZSCHE : « La Naissance de la tragédie » (1872), « Le Cas Wagner » (1888)

« lire en été » : Douce promenade au pays de la grande Colette

Ecrit par Stéphanie Michineau le 12 juillet 2014. dans La une, Littérature

« lire en été » : Douce promenade au pays de la grande Colette

S’il y en a une qui a su parler de l’été, c’est bien elle !!

« Il n’y a de réel que la danse,
la lumière, la liberté, la musique…
Il n’y a de réel que rythmer sa pensée,
La traduire en beaux gestes »

COlette&Epigraphe COsi, « Pensées en désuétude » (Edilivre, maison d’éditions pour tous&Paris)
C’est bon, c’est tout. C’est tout bon mais pas du tout cuit.

Une piqûre de rappel qui opérera dans les cœurs comme tartines de miel butinées, çà et là, par les lectrices, les lecteurs de Reflets du Temps.
Pendant l’été, ON a bien le temps !
Juste… avant, quelques mots de présentation de mon cru sur ses maux tus :
A SAVOIR que cet extrait est tiré de La Pléiade et que les relents Proustiens de la mémoire involontaire du « temps re.couvré » par le souvenir et les saveurs, ne lui font pas défaut.
La grande COlette a rendu l’âme à Paris tandis qu’elle est percluse par l’arthrite et résorbe sa douleur afin de ne pas « ennuyer » les autres et être un fardeau à leurs yeux.
Le cadre du Palais-Royal sera sa dernière demeure.
Elle se souvient des temps trépassés et heureux avec sa mère…

« En remontant plus loin – beaucoup plus loin – je me souviens que ma mère préparait l’été et tenait en réserve, pour le cas où ses enfants auraient eu ces engelures ouvertes qu’on appelle chez nous “crevasses”, une bouteille de vinaigre de roses, pétales de roses rouges infusés un mois dans du vinaigre fort, le tout clarifié au papier-filtre. L’odeur mordante et fine d’un tel remède, je ne l’ai pas encore oubliée, quoique je n’aie jamais souffert d’engelures. Mais je savais mentir, tendre un index, offrir un orteil nu, mendier la compresse embaumée, et la sucer en cachette, pour son double goût de vinaigre et de rose…

«  poèmes d'été » : Reflets (rimbaldiens) d’été

Ecrit par Gilberte Benayoun le 12 juillet 2014. dans La une, Littérature

«  poèmes d'été » : Reflets (rimbaldiens) d’été

Pour nos Reflets d’Eté, je me suis replongée – avec bonheur – dans mon livre grand format « Les Manuscrits d’Arthur Rimbaud, L’Intégrale » (Claude Jeancolas, Editions Textuel, 2012), de presque 600 pages, pour dénicher dans cette « bible » rimbaldienne quelque lumineuse poésie pouvant illustrer notre « Une » de reflets d’été consacrée au thème de l’été.
Et de ce délectable plongeon, je suis remontée à la surface avec, dans la main, ce court et follement beau poème de « l’homme aux semelles de vent », que je propose à nos lecteurs, en guise d’apothéose poético-littéraire… en souhaitant, avant tout, de bonnes vacances, un bel été, un beau soleil et de belles lectures à nos lecteurs de Reflets du Temps !

Par les beaux soirs d’été
« Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue…

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien…
Mais un amour immense entrera dans mon âme :
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, – heureux comme avec une femme ! »

Arthur Rimbaud (le 20 avril 1870)

Douce France

Ecrit par Bénédicte Fichten le 05 juillet 2014. dans La une, France, Politique, Littérature

Douce France

J’ai demandé à mon ami Charly s’il voulait vraiment que je critique son ultime pamphlet : la dernière fois que j’ai écrit pour un webmag, ça a été un « bins » pas possible. Sous peine de poursuites, il a fallu retirer l’article : le responsable lui-même dût s’en mêler. Bref. Charly a répondu : « oh que oui ! » ; alors, j’y vais. Car ça y est, il a encore frappé ! La plume d’oncle Charly a encore virevolté, tentant de toucher ses cibles.

Rappel-Extrait de cet « Écrire libre », en mai dernier, relatif aux propos de ce jour : « Que François Hollande ait remanié les choses, choisi Manuel Valls, accepté Ségolène Royal, donné Bercy à Arnaud Montebourg, et conservé la très attaquée Christiane Taubira est pour moi un véritable coup de maître et une preuve de haute intelligence ». Voilà pour le cadre.

Le pamphlet, maintenant : on fera aisément le lien entre « Le coup du Père sang-froid » et « Les larmes de Marianne » également chroniqué ici-même, qui soulignent tous deux, par le biais de couvertures très parlantes, le destin d’une République décidément bien peu chanceuse : après les pleurs, en effet, coule désormais le sang de cette Belle aux cheveux d’or, victime encore (p.199, Charly écrit : « il devient beaucoup plus intéressant de tirer sur la République, plutôt que de braquer une banque »). Il est vrai : nous autres français devons tous avoir honte du « score du FN pour notre république lors des dernières européennes » (p.10), c’est une véritable leçon à tirer pour la France. Je l’ai déjà souligné : François Hollande aurait dû, en premier lieu, s’attaquer au problème de l’emploi (« L’emploi est la seule priorité qui vaille », p.47), mais pour tout le reste ?

J’aurais, au départ, voulu voir quelqu’un d’autre à la Présidence ; à présent, je le soutiens. Si j’avais une tendresse pour Valérie Trierweiler dont le parcours est intéressant, il m’est toujours paru évident que le chef de l’État devait prendre garde à l’esprit compétitif de Ségolène Royal. Je crois, très sincèrement, que ce dernier écoute les Français et reste véritablement honnête dans ses choix. Sans doute, découvrant les réalités du pouvoir, a-t-il perdu un peu sa verve au profit du professionnalisme, mais il est digne, en tout cas. Il a commencé par une erreur ; son « mea culpa » a vite suivi : mieux valait, sans doute, définitivement, pour le toujours « couple parental » mettre les différends de côté et faire avec les descendants (également engagés). Bien entendu, la vie politique restera un jeu – dangereux – où tous les coups sont parfois permis (exemple : « Juppé (…) a été condamné à 14 mois  de prison avec sursis et un an d’inéligibilité pour prise illégale d’intérêts dans l’affaire des emplois fictifs du RPR », p.37), mais je ne m’inquiète pas pour l’ancienne compagne du Président, qui avait, à mon avis, bien trop de caractère pour s’installer à l’Élysée simplement pour faire des galas de charité, chanter la Marseillaise ou se faire tirer les traits. Elle a ce qu’elle souhaite, rester journaliste (par ailleurs, elle s’est, en plus, à l’heure des « au revoir », offert le plaisir de partir en voyage avec une actrice : quand je disais que tous les coups étaient permis et que les femmes n’envient rien aux hommes ! J’en suis à peu près sûre…). Voilà pour repositionner les choses. No comment ensuite alors sur : « Il semble que le normal se retrouve entre deux chaises après avoir couru deux levrettes en même temps » (p.87), qui fait sourire mais semble bien mal placé eu égard à la situation évoquée plus haut…

Reflets des Arts La Révolution Française & les Arts

Ecrit par Johann Lefebvre le 28 juin 2014. dans La une, Arts graphiques, Littérature

Reflets des Arts La Révolution Française & les Arts

Avant la Révolution, il y avait en France six académies, toutes sises à Paris : l’Académie française, fondée par Richelieu en 1635 ; l’Académie de peinture et sculpture, invention de Mazarin en 1648 ; l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1664) & l’Académie des sciences (1666), fondées par Colbert ; puis l’Académie de musique, fondée la même année ; enfin l’Académie d’architecture, en 1671.

La courte période durant laquelle la Révolution Française modifie profondément le paysage socio-politique du pays, de 1789 à 1799, voit la révocation des institutions d’Ancien Régime et l’introduction du principe d’égalité entre les citoyens. Aussi, les Salons, seulement ouverts jusqu’à présent aux membres des Académies royales et à certains artistes disposant de privilèges, sont dorénavant accessibles à tous les artistes, les systèmes très hiérarchisés qui structuraient les Académies sont démantelés : désormais tous les artistes ont une chance d’intégrer les expositions et les instituts, et d’une certaine façon, par le mécénat et les ventes de leurs œuvres, multiplient les occasions de pénétrer davantage la bourgeoisie.

Il en est de même pour le théâtre, la musique, l’opéra, puisque seuls deux lieux disposent, sous l’ancien régime, du privilège de présenter librement des pièces au public. Il s’agit de l’Opéra et de la Comédie Française. Toutes les autres scènes payent tribut aux deux premières. Lever cette dépendance devient une exigence révolutionnaire qui est portée par La Harpe le 24 août 1790 à l’Assemblée nationale sous forme de pétition dans laquelle il est demandé qu’on puisse « jouer tout et partout ». Cette requête, favorablement accueillie par les députés, est à l’origine d’une commission dont le rapport (Rabaut-Saint-Étienne, Chapelier, Target) est rendu en séance du 13 janvier 1791 pour aboutir au vote d’un décret dont l’article 1er est formulé ainsi : « Tout citoyen pourra élever un théâtre public, et y faire représenter des pièces de tous les genres, en faisant, préalablement à l’établissement de son théâtre, sa déclaration à la municipalité du lieu » (1). C’est aussi pour les mêmes raisons que les Salons de peinture et de sculpture sont ouverts à tous les artistes. Ce qui permet d’accélérer l’apparition de nouveaux styles et mouvements. Bertrand Barère plaide en juillet 1791 : « L’égalité des droits qui fait la base de la Constitution a permis à tout citoyen d’exposer sa pensée ; cette égalité légale doit permettre à tout artiste d’exposer son ouvrage : son tableau, c’est sa pensée ; son exposition publique, c’est sa permission d’imprimer ».

Reflets du temps a lu pour vous

Ecrit par Gilberte Benayoun le 28 juin 2014. dans La une, Littérature

Reflets du temps a lu pour vous

« L’Ecrivain raté » de Roberto Arlt est un petit bijou de livre à dévorer, découvert au hasard d’une de mes flâneries de lectrice assoiffée, dans ma librairie préférée, L’Arbre à lettres, dont j’ai le plaisir d’en faire partager les délices à nos lecteurs de Reflets du temps.

Pour une petite mise en bouche, et un aperçu du « bijou », voici déjà la quatrième de couverture de ce petit livre d’une soixantaine de pages, traduit de l’espagnol et publié aux Editions Sillage, juin 2014 (6,50 €) : « Après un premier succès, un jeune auteur s’aperçoit avec terreur que l’inspiration l’a déserté. Naguère animé par une confiance quasi mégalomane en son talent, il connaît à présent le plus affreux des doutes et tente, par tous les moyens – ruse, intimidation, esbroufe – de donner le change au public, à ses pairs, et surtout à lui-même. Hilarante satire de la République des lettres, L’Ecrivain raté était inédit en français ».

 

Extraits :

 

Personne n’imagine le drame qui se cache sous les traits de mon visage serein, mais moi aussi j’ai eu vingt ans, et le sourire de l’homme tendu vers la perspective d’un prochain triomphe. Sensation de toucher le ciel du bout des doigts, d’épier, d’une hauteur céleste et parfumée, le pas dolent des mortels dans une plaine de cendres.

Je me souviens…

Un taillis de branchages noirs sur le bord d’une lune jaune traçait, dans mon imagination, des panoramas helléniques, et le murmure du vent entre les branches m’évoquait l’écho de bacchantes dansant au son de sistres et de luths.

Oh ! Bien que vous n’y croyiez pas, moi aussi j’ai eu vingt ans, prétentieux comme un dieu grec, et les immortels n’étaient pas des ombres dorées comme ils le sont pour l’entendement du reste des hommes, mais habitaient un pays proche et riaient aux éclats […].

Mes vingt ans n’étaient pas abîmés et laids comme ceux de certains lutteurs impitoyables. Mes vingt ans promettaient la gloire d’une œuvre immortelle. Il suffisait alors de regarder mes yeux brillants, l’obstination de mon front, la volonté de mon menton, d’écouter le timbre de mon rire, de percevoir le battement de mes veines, pour comprendre que la vie débordait en moi, comme une rivière d’un lit trop étroit.

Reflets des Arts « Pierre Grassou », de Balzac

Ecrit par Johann Lefebvre le 14 juin 2014. dans La une, Littérature

Reflets des Arts « Pierre Grassou », de Balzac

La nouvelle « Pierre Grassou », que Balzac fait publier en décembre 1839, est un excellent reflet des arts, de son temps, qui sous la forme d’une fable indique au lecteur dans quelle étrange période est entrée la production artistique, en particulier dans son rapport avec la bourgeoisie, laquelle est tout simplement dénuée de réelle sensibilité esthétique, plutôt attachée à la personne de l’artiste et à la façon dont celui-ci se montre au monde.

Le premier paragraphe de « Pierre Grassou », assez long, tire à boulets rouges sur un art, en l’occurrence la peinture, livrée à l’ignorance crasse de la bourgeoisie qui, n’ayant plus que de la démocratie libérale plein la bouche, a transformé les salons et les expositions en vulgaires bazars où la quantité a supplanté la qualité, où le mauvais et le médiocre côtoient le chef-d’œuvre grâce à un nivellement se voulant l’expression simple de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, mais qui n’est en fait que le façonnage d’une société où, déjà, le politiquement correct et la pensée unique sont les piliers robustes d’une classe dominante sans goût et triste, dont le matérialisme à tout crin est la béquille nécessaire au soutien de sa débilité encombrante.

C’est donc ce manque de goût certain que nourrit, dans la farce de Balzac, la médiocre peinture de Grassou, dit de Fougères, et dont profite le magouilleur Elias Magus qui lui commande des faibles copies de maîtres pour les revendre en tant qu’authentiques toiles de talent, après les avoir patinées et vieillies, auprès d’une clientèle snob et ignare, tels monsieur et madame Vervelle, dont la fille est à marier ; une famille dont Balzac fait un portrait potager.

Grassou, roi du pastiche sans vraiment le vouloir – il ne saurait faire autrement –, dupliquant maladroitement, lourdement, empâtant quelques paysages hollandais ou singeant « La Leçon d’anatomie » de Rembrandt, n’entend pas les remarques d’un de ses maîtres, Schinner, ou de son camarade, talentueux lui, Joseph Bridau (1), qui l’enjoignent vivement de changer de métier… Mais Grassou, Breton entêté, persiste et, sous l’influence des achats répétés de Magus, suit la voie de la peinture pour d’abord en survivre avec de minimes revenus. Mais c’est sans compter sur une exhibition qui va tout changer, du moins pour Grassou, et rien pour l’histoire de l’art, à savoir le Salon de 1829 qui ne dispose plus de jury de présélection.

<<  3 4 5 6 7 [89 10 11 12  >>