Littérature

L’homme de Marmara, Olivier Bass

Ecrit par Christelle Mafille le 14 juin 2013. dans La une, Littérature

éditions La Découvrance, septembre 2012

L’homme de Marmara, Olivier Bass

Je voudrais aujourd’hui vous parler d’un roman et de son auteur.

J’ai rencontré Olivier Bass au Salon du Livre d’Alençon. Nous étions l’un et l’autre conviés pour présenter nos romans (c’est lui qui a gagné !).

Outre le fait qu’Olivier est un auteur comme je les aime, à savoir humble et passionné, son roman est un vrai bijou.

Une histoire de bateaux, normal me direz-vous, Olivier est marin. Une intrigue vraiment bien menée, un mystère comme je les aime. Qui est cet homme, rescapé, repêché devrais-je dire ?

Et le dépaysement, toujours.

Enfin, l’univers des bateaux qui m’appelle depuis toujours. On entend les machines, les bruits des pas sur le pont, les rires des marins, leurs gueulantes aussi.

Des marins loin des leurs. Loin de leur terre, loin de leur mère.

Merci Olivier pour ce voyage.

Je vous livre la quatrième de couverture :

Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature ?, Jean-Marie Schaeffer

Ecrit par Jean-François Vernay le 08 juin 2013. dans La une, Education, Littérature

Thierry Marchaisse éditeur, 2011, 130 pages, 15 €

Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature ?, Jean-Marie Schaeffer

Scindé en sept chapitres teintés d’optimisme, Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature ? s’inscrit dans une mobilisation générale de ces grands noms de la communauté littéraire française qui cherchent à faire débat et à analyser l’étrange désaffection qui frappe le fait littéraire depuis quelques décennies. Avant l’ouvrage de ce philosophe, les lecteurs auront, avec autant d’intérêt, pu prendre connaissance de ceux de Dominique Maingueneau, Contre Saint-Proust. La fin de la Littérature (Belin, 2006), de Tzvetan Todorov, La Littérature en péril (Flammarion, 2007), d’Antoine Compagnon, La littérature pour quoi faire ? (Fayard/Collège de France, 2007), d’Yves Citton, L’avenir des humanités. Economie de la connaissance ou cultures de l’interprétation ? (La Découverte, 2010), et de Vincent Jouve, Pourquoi étudier la littérature ? (Armand Colin, 2010).

L’hypothèse de base de Jean-Marie Schaeffer tient à ce que « la supposée crise de la littérature cache une crise bien réelle, celle de notre représentation savante de “La Littérature” » (p.6). En clair, si crise il y a, « c’est d’abord celle des études et non celle des pratiques littéraires » (p.14) incarnées par leur tripolarisation : leur capacité (voire incapacité) à transmettre des valeurs littéraires, à étudier sur un plan cognitif les faits littéraires et à former les jeunes apprenants en littérature.

La réparation, Colombe Schneck

Ecrit par Bernard Pechon-Pignero le 01 juin 2013. dans La une, Littérature

Editions Grasset, 2012, 218 pages

La réparation, Colombe Schneck

Je doute d’être le lecteur le mieux placé pour tenter une recension du livre de Colombe Schneck La réparation. Il faudrait pouvoir le juger d’un point de vue strictement objectif, en louer la construction, l’écriture, l’intelligence et la sensibilité, toutes qualités qui suffiraient à le désigner comme un excellent livre de littérature ; j’entends par là cette catégorie relativement étroite d’écrits, qu’ils soient romanesques, biographiques, historiques ou autres, dont l’écriture répond à une nécessité  impérieuse et non au projet, au demeurant honorable, de fabriquer un produit éditorial commercialisable. Une telle nécessité d’écriture se reconnaît dès les premières pages et engage le lecteur, quelque intérêt qu’il éprouve pour le sujet, et celui-ci lui semblât-il avoir déjà été traité maintes fois, à poursuivre en vertu d’une nécessité de lecture que l’écrivain éveille en lui, en quelque sorte symétrique et complémentaire de celle qui le pousse à écrire, de même que dans une galerie ou un musée, l’amateur d’art ne peut que s’arrêter devant les œuvres que certains signes lui ont désignées comme radicalement différentes des tableaux académiques ou répondant simplement à des contraintes alimentaires devant lesquels il passe sans s’arrêter.

Ainsi, que l’on puisse dire de La réparation « encore un livre sur la Shoah ! » ne dispenserait pas de l’ouvrir et de se laisser captiver par la délicatesse, la rigueur et la force de ce récit d’une quête dont on sait d’avance qu’elle est à la fois impossible et indispensable. Il serait d’ailleurs assez inconvenant de prétendre que ce livre n’est qu’un témoignage de plus sur le martyre du peuple élu : inconvenant à l’égard de l’auteure, bien sûr, mais surtout envers ces millions d’hommes, de femmes et d’enfants dont la mémoire a été soigneusement enfouie sous les décombres des camps et des ghettos dont on a voulu faire disparaître les vestiges gênants. On ne peut se complaire légitimement dans la délectation que procure un énième roman sur les mystères inépuisables de la passion amoureuse et prétendre que lorsqu’on a lu un livre sur l’extermination des Juifs, on les a tous lus.

Mes allées ensommeillées

Ecrit par Ahmed Khettaoui le 01 juin 2013. dans La une, Ecrits, Littérature

A la mémoire de Arthur Rimbaud, René Char, Jean Sénac

Mes allées ensommeillées

Quand on me dit, en vain :

Fugace, tu touches à ta fin…

Je me sens : Monarque éternel

Suprême insecte paternel.

En réunifiant les odeurs des taudis,

Je maudis le triomphe hérité

Récemment et jadis.

Je vomis l’empire des ancêtres.

Je fermes les portes du mystère.

Je peins les galeries de mes rites…

d’où vinrent les ténèbres de mes rides.

je peins aussi les reliefs de mes gîtes.

sans tacher les joues d’André Gide…

je repeins les tableaux de Dinet (1)

Venant de mes allées ensommeillées…

Où gambadent mes médisances

D’où surgissaient mes Croyances erronées

D’où vinrent mes redoutes ensoleillées.

au bout du chemin, je salue René Char

Naissance de la mémoire

Ecrit par Johann Lefebvre le 25 mai 2013. dans La une, Ecrits, Littérature

Naissance de la mémoire

J’avais bondi, cœur tout agité, la nuque trempée, tremblant. Noir total. La main de Margoula passa sur mon torse ; ensommeillée elle murmura quelques mots rassurants. J’avais crié et bondi. Aucune image, pas de bruits, nulle parole. Je ne me souviens jamais de mes rêves. Se lever, aller chercher à boire, allumer les escaliers et gravir les marches sous la lumière tiède et jaune, le grain du béton sous la plante des pieds, le grincement de la clenche. La cuisine. Un verre. S’asseoir et écrire.

Ecrire, écrire, écrire. Déposer les mots de tout le tourbillon, avec la fatigue de l’esprit, le corps comme un train filant loin là-bas, ignorant les gares. Ecrire, marcher dans la brume de la tête confuse, dans le corps oublié du bout des doigts à laisser l’empreinte de quelques impressions, de sensations, d’idées et de sentiments. J’avalai le verre, roulai un petit truc. Qui m’aurait rejoint volontiers dans cet hiver ? je me disais. Le petit matin viendrait bientôt, tout gorgé d’espérance, j’écrivais à propos de vous, mes dames et demoiselles, je gardais le chemin, j’avais un peu froid de votre absence, mais je savais que c’était l’absence et le temps passé qui sculptaient mon écriture. Oui j’avais froid et la bombe hasch commençait à agir, j’écoutais de la musique dans la nuit bleue, mon talon suivait le rythme lent. L’hiver cette année ne ressemblait pas à l’hiver, et rien ne semblait vouloir arriver, même le silence se tenait à l’écart dans lui-même, de l’aube à la nuit tombante. Le mutisme étoilé du ciel était un manteau sur la terre, à peine les bêtes parlaient dans la nuit. Cette mélancolie des ténèbres, la suspension de toute chose, le désordre figé, la tristesse de l’absence, la figure qui s’évanouit, tout paraissait suivre le principe du vide, l’appel du néant. J’essayais de repenser ; activer la mémoire.

– A chaque fois que tu montes dans ma voiture, tout se met à vibrer en moi, dans le creux infini de mes entrailles. Tu es là à mes côtés et tout bascule dans un trouble délicieux. Mon ventre alors en est le centre de gravité.

Parlez-moi d’Anne Frank, Nathan Englander

Ecrit par Léon-Marc Levy le 11 mai 2013. dans La une, Histoire, Littérature

Editions Plon, traduction USA Elisabeth Peellaert, mars 2013, 206 pages, 21 €

Parlez-moi d’Anne Frank, Nathan Englander

Avec l'autorisation de «  La Cause Littéraire »

 

Ce recueil de nouvelles s’ouvre par celle qui donne son titre au livre : « Parlez-moi d’Anne Frank ». Curieusement, c’est loin d’être la meilleure et ne vous découragez pas à sa lecture, la suite est beaucoup plus intéressante.

Nathan Englander est dans son univers habituel : les familles juives, américaines ou israéliennes. Les histoires qu’il raconte ici se situent aussi bien dans l’actualité que dans un passé récent, pour être plus précis depuis l’après-guerre, l’après-Shoah. Et c’est bien la Shoah qui est le thème obsédant de ces nouvelles, obsédant comme dans l’esprit et la psychologie des personnages d’Englander – d’Englander lui-même. Américains de la post Guerre mondiale ou Israéliens depuis la même époque, les personnages de ces histoires n’ont pas d’autre moteur à leur rapport au monde que le souvenir – même indirect – de la Shoah. Au point que la terreur de la disparition puisse tordre jusqu’à la perception du réel, jusqu’à l’absurde :

« Notre souci, dit Mark, n’est pas l’Holocauste passé. C’est l’Holocauste actuel. Celui qui détruit plus de cinquante pour cent des Juifs de la génération présente. Notre souci, c’est le mariage mixte » (Parlez-moi d’Anne Frank).

Israël se pose ici, dès la 2ème nouvelle, comme la suite historique et éthique de la Shoah. « C’est le genre de colline où on peut construire une vie » (Collines jumelles). Mais Englander n’est pas dans l’apologie du sionisme, loin s’en faut. Au bas des collines, il y a les Palestiniens, expulsés de leurs terres et qui sont là, comme une question permanente de légitimité. L’autre obsession après – avec – la Shoah : la légitimité. Celle d’Israël, mais aussi celle des Juifs aux Etats-Unis, en butte à l’affect antisémite et à l’éternelle question sur soi des Juifs de la Diaspora. Le recueil est ainsi construit, dans un mouvement régulier d’aller-retour de la diaspora à Israël et inversement, avec la même question centrale de la légitimité du Juif : y en a-t-il une possible, ici ou là ?

Le coup monté, Carole Barjon et Bruno Jeudy

Ecrit par Fabrice Del Dingo le 11 mai 2013. dans La une, France, Politique, Littérature

Éditions Plon, 212 pages, avril 2013, 14 €

Le coup monté, Carole Barjon et Bruno Jeudy

Copé, le maire de Meaux qui est dépourvu de la moindre éthique et qui ignore le sens des mots scrupules ou honnêteté a mis la main sur l’UMP avec l’appui de quelques comparses aussi intègres que lui. Carole Barjon et Bruno Jeudy, co-auteurs du Coup monté, en dressent un tableau accablant.

Copé sait qu’il est minoritaire dans son propre camp et qu’il ne peut être élu qu’en bourrant les urnes et en ne comptabilisant pas toutes les voix de son rival haï.

Il va donc organiser un système de fraude généralisée : procurations massives pour des pro-Copé, annulation des scrutins de certains bureaux ayant voté majoritairement pour Fillon, voire carrément non-comptabilisation des votes comme dans trois départements d’outre-mer.

Tout est verrouillé : passée de l’ombre à la lumière, la Cocoé est essentiellement composée de partisans de Copé – les mauvaises langues l’appellent la cocopé – et l’usurpateur annonce sa victoire alors que la moitié des résultats n’ont pas encore été communiqués à la commission !

Comment les Dalton ont flingué Lucky Fillon avec l’aide en sous-main de ma Dalton Sarkozy. Tout cela fait un peu froid dans le dos : les amis et les partisans de Copé sont des individus peu fréquentables qui méprisent la démocratie. Ils sont à l’image de Jérôme Lavrilleux qui aime bien faire le sale boulot et se salir les mains en les plongeant dans le cambouis : on n’est pas impunément fils de garagiste, voire d’Eric Césari qui a appris les bases de l’honnêteté avec Charles Pasqua ; ou encore de Michèle Tabarot qui a la silhouette de Marine Le Pen, la chevelure de Marine Le Pen, la distinction de Marine Le Pen et les idées de Copé.

Notes de printemps

Ecrit par Johann Lefebvre le 04 mai 2013. dans La une, Ecrits, Littérature

Notes de printemps

Haïku #55

La main dévale,

de la nuque à la chute,

l’échine éprise.

 

Il était passé minuit et dans la faible lumière qui dénonce la nuit, mon index et mon œil suivaient les mots du Cantique des cantiques, et les sermons sur ceux-ci, par l’abbé Bernard de Clairvaux, dit Saint Bernard, l’incarnation du Verbe dans l’amour offert. Plus loin je trouvai une controverse sur la représentation divine (« Dispute subtile sur l’image ou le Verbe de Dieu, et sur l’âme qui est faite à l’image de Dieu. Erreur de Gilbert, évêque de Poitiers ») :

Le Verbe est vérité, sagesse, et justice. Voilà l’image. De qui est-il l’image ? De la justice, de la sagesse, et de la vérité. Car cette image est justice de justice, sagesse de sagesse, vérité de vérité, de même que lumière de lumière, et Dieu de Dieu. L’âme n’est rien de tout cela, parce qu’elle n’est point image, elle en est néanmoins capable, et elle les désire, et c’est peut-être pour cela qu’elle est faite à l’image du Verbe. C’est une créature élevée, puisqu’elle est capable de cette majesté, et le désir qu’elle a de la recevoir est une marque de sa rectitude. Nous lisons que Dieu a fait l’homme droit. Et quant à sa grandeur, sa capacité, comme nous avons dit, en est une preuve suffisante. Car il faut que ce qui est à l’image d’une chose soit conforme à cette image, et n’ait pas part en vain au nom de l’image, de même que l’image elle-même n’est pas appelée ainsi seulement de nom, et sans aucune convenance avec la chose dont elle est l’image, car il est dit de celui qui est l’image : « qu’ayant une même essence avec Dieu, il n’a pas cru faire un larcin de se rendre égal à lui (Philipp. II, 6) » (traduction par l’abbé Charpentier, œuvres complètes de Saint Bernard, Librairie de Louis Vivès, Paris, 1865 ; huit volumes).

En un mot, le verbe comme image de la pensée pour préciser que la pensée ne peut pas être une image mais qu’elle est seule à en produire, le cogito ergo sum au 13ème siècle, embryon qui traversera les siècles pour venir se réécrire sous la plume de Descartes. Bernard de Clairvaux décline ailleurs de beaux tourments philosophiques, et module la langue (même si ici traduite, et bien) avec une profondeur exceptionnelle, une présence romane. Sa lecture du Cantique des cantiques est fort curieuse, mais elle vaut un détour qui plonge dans l’étrangeté de cet hymne à l’amour physique et au désir, décrypté par un moine vivant quotidiennement dans la plus rigoureuse austérité. De façon inattendue, ses sermons sont une vive pénétration au fond de la langue et du texte, et ici vibre la présence certaine d’un énorme écrivain, un styliste indéniable.

Ceux qui m’entourent

Ecrit par Johann Lefebvre le 20 avril 2013. dans La une, Ecrits, Littérature

Ceux qui m’entourent

Ceux qui m’entourent sont morts pour la plupart, certains depuis bien longtemps ; ils m’entourent et m’accompagnent, où que j’aille, quoi que je fasse, parfois ils parlent, parfois rien ne disent, mais leur présence accompagne souvent mes absences ou témoigne de ma solitude. Ce sont de grands taiseux qui me parlent en dedans, car ils ont écrit, quelques-uns énormément, d’autres à peine mais bien suffisamment, et je les ai lus. Permettez-moi de glisser la main doucement le long du dos de leurs livres et de trouver pour chacun une poignée de mots qui serait un portrait vif en deux ou trois traits. Je ne vais pas classer, pas choisir, je file au fil de l’eau, j’ouvre l’écluse de la mémoire, des images. Excusez les absents, et puis ici il est impossible de tous les convoquer, pas la place, et d’autres ne viendront pas, si discrets.

Rimbaud : d’une saison l’autre jusqu’au détroit d’indigo. Vailland : horlogerie des mots. Fante : ta chambre pourrait être celle de Van Gogh. Pavese : il y a toujours une colline et sa crête, le soleil ne viendra plus, mourir avant l’aube. Kafka : l’angoisse des portes et des tiroirs qui s’ouvrent, nous enferment. Gautier : le mot microscope, la lentille sur les choses. Sade : bande bande bande, me débonde et abonde le foutre épais. Cioran : une ombre au Jardin du Luxembourg te ressemble, assise à mon côté sur ce banc froid. Izquierdo: ta sensualité crue, l’outrage d’un verbe humide. Dac : Rien n’est jamais perdu. Tant qu’il reste quelque chose à trouver. Merci. Brown : cette inquiétude à te lire avec le sourire. Vian : jazz dans les mots, note bleue ramassée dans l’herbe rouge. Duras : torpeur et tremblements, alcool, tes phrases à l’envers, ton silence. Artaud : un chamane à Rodez ; torture de la vie. Cohen : Leonard, le lion perdant magnifique, j’ai vu aussi la fleur dans tes jumelles. Cohen : Albert, comme le satellite fou autour de l’astre femme.

Moïse et l’idée de peuple

Ecrit par Jean-François Vincent le 20 avril 2013. dans Philosophie, La une, Littérature

Bruno Karsenti, Editions du Cerf Collection Passages, octobre 2012, 240 pages, 23 €

Moïse et l’idée de peuple

Le peuple juif, une notion politique ?

Jean-François Vincent

 

Disons-le d’emblée : pour ceux qui ont lu le livre de Freud, Der Mann Moses und die monotheistische Religion, que ce soit dans la magnifique langue du texte original ou dans l’excellente traduction des PUF, le livre de Karsenti ne présente qu’un faible intérêt. Il s’agit, dans l’ensemble, d’un simple résumé. Et comme toujours dans ces cas-là, l’original vaut mieux que la copie… Alors pourquoi une recension ? Parce qu’il y a une idée qui ne figure pas dans l’ouvrage de Freud, et dont la « valeur ajoutée » conceptuelle mérite quand même examen et discussion.

Cette idée est la suivante : la constitution politique des hébreux en un peuple s’est faite par le don de la Loi. En Egypte, les futurs juifs n’étaient qu’une peuplade d’immigrés polythéistes. Ils n’avaient aucunement conscience d’être un peuple. Reprenant les catégories de Rousseau, dans le Contrat Social, Karsenti voit dans Moïse la figure de ce que Rousseau nomme le « grand législateur », c’est-à-dire l’initiateur du corps social, de ce qui va devenir des citoyens s’assemblant pour former une nation. « Le législateur, écrit Karsenti, serait moins le gardien de la loi que le gardien d’un inconscient dont la loi se soutient – de l’inconscient opératoire dans l’idée de loi. Il permet au peuple de n’exprimer ce qu’il est que dans ce qu’il fait ».

Le législateur serait donc celui qui « prépare » psychologiquement les sujets d’un roi ou, en l’occurrence, les esclaves de Pharaon, à l’émancipation « citoyenne » aliénant de leur propre gré leurs droits naturels au profit d’un projet politique.

<<  3 4 5 6 7 [89 10 11 12  >>