L'intelligence est-elle une bénédiction ou une malédiction ?

Ecrit par Luc Sénécal le 03 décembre 2010. dans Monde, La une

L'intelligence est-elle une bénédiction ou une malédiction ?


La planète est un monde composé de plusieurs « mondes » qui bien qu’ils se côtoient, se mélangent de plus en plus fréquemment, se disputent, se déchirent et parfois même, se font la guerre. Mais certains de ces mondes persuadés de la justesse de leurs us et coutumes issus souvent d’un historique laborieux, douloureux et complexe, s’effilochent lentement grignotés dans leurs certitudes par l’intégration lente et inévitable de valeurs étranges car étrangères aux leurs.

Ou bien ils se sclérosent sur leurs positions, se protègent d’influences extérieures comme ils le peuvent et s’arment non pas nécessairement d’armes belliqueuses mais souvent d’intolérance sournoise et patiente. Jusqu’à vieillir inévitablement et se retrouver dépassés définitivement par un mouvement dont ils ne perçoivent plus l’avancée ni l’origine.

Ou bien ils choisissent des extrêmes pour revivre et faire revivre leurs croyances, leur donner plus de force et de pouvoir sur les esprits, jusqu’à terroriser par leur violence aveugle et sauvage des populations qu’ils considèrent nécessairement comme impies. Ne serait-ce que pour justifier le caractère sacré de leurs luttes.

Faibles ou puissants, rebelles ou conformistes, ces mondes ne parviennent pas à intégrer qu’ils n’en font qu’un. Quelques soient leurs positions géographiques sur ce globe, ils sont toujours au centre ou du moins le croient-ils. Car de centre dans un globe, il n’y en a aucun. Sauf qu’à force de refuser l’écoute de l’autre, de se combattre, de vouloir imposer ses « vérités », de s’engouffrer parfois dans un piège d’apparences agréables ou l’inverse mais trompeuses, on finit par ne plus comprendre. Ne plus se comprendre.

Mieux, on finit par ne plus admettre les arguments fondés qui sont admis et qui concernent un ensemble. Surtout lorsque parfois parmi ces arguments, certains présentent des lacunes ou bien ont été falsifiés. Ce qui permet de s’engouffrer dans la brèche. Car d’autres intérêts très fortement inquiétés par ce qu’ils représentent comme conséquences ou comme menaces, se font fort d’agir tant par la désinformation que par la persuasion. Persuasion qu’un tel effet perturbateur concernant les changements à venir, auraient sur tous et sur chacun. Persuasion que le pouvoir ne tient alors qu’à un fil qu’il ne faut pas rompre.

Alors le temps s’arrête. On ne parle plus d’avenir mais de présent. On ne projette plus dans le futur mais on se fixe sur l’instant. On se plaint. On récrimine. Ou on fait comme si de rien n’était. On poursuit sa route à l'aveuglette. On regarde ses chaussures refusant de voir l'horizon. On refuse même avec sincérité d’ailleurs, d’évoquer certains faits évidents pour en reprendre d’autres, d’apparence contradictoire et ainsi se rassurer. On en invente au besoin comme « contre feu », pour ainsi dire. On devient aveugle et sourd et ce qui est pire, on le devient parfois malheureusement de bonne foi.

Cependant la planète est composée elle aussi, de plusieurs mondes. Et cette fois-ci, autres que le monde humain qui n’en est que l’une des composantes. Elle, elle est par ailleurs, nous le savons désormais, un monde parmi bien d’autres même très lointains et inaccessibles pour l’humain. Et pourtant ils sont là. Alors on peut croire ou faire semblant de croire que « l’intelligence » n’appartient qu’à l’humain. Même si à l’évidence, au fur et à mesure que l’on apprend, que l'on intègre et que l'on comprend mieux, tant par les progrès de la science que par les réflexions de nos anciens et parfois même de nos contemporains, on admet que « l’intelligence » est partout. Partout différente et parfois indifférente. Comme celle de l’être humain peut l’être vis-à-vis d’autres mondes et même faisant partie de son propre monde.

Jusqu’à les renier et en définitive se renier soi-même. Vraiment ?

Permettez-moi toutefois d'en douter. Laissez-moi réflechir. A trop vouloir se concentrer dans le détail, dans le présent, dans son propre monde peut-être. Mais si, en tant qu'être humain instruit certes mais humble, dans la sincérité d'une ouverture d'esprit, du coeur et de l'âme, je perçois l'ensemble, je ne sais si "l'intelligence" est une malédiction ou plutôt... une bénédiction.

A propos de l'auteur

Luc Sénécal

Rédacteur

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.